» Les ministres de la Santé et de l’Éducation d’Afrique australe et orientale s’engagent à répondre aux besoins ...
19.12.2013 -

Les ministres de la Santé et de l’Éducation d’Afrique australe et orientale s’engagent à répondre aux besoins des jeunes

© UNESCO - Representatives from the ministries of health and education, Mozambique, showing their support for the needs of young people during the ministerial commitment meeting

Lors d’une réunion historique des ministres de la Santé et de l’Éducation qui s’est tenue au Cap, en Afrique du Sud, du 6 au 7 décembre, vingt pays d’Afrique australe et orientale se sont engagés à améliorer de façon significative l’éducation sexuelle et les services de santé proposés aux adolescents et aux jeunes.

Les engagements accordent la priorité à la formation des enseignants et des autres professionnels ainsi qu’à l’élaboration de curricula de bonne qualité qui garantiront à l’ensemble des jeunes l'éducation dont ils ont besoin pour empêcher l’infection par le VIH et les grossesses non souhaitées. Ils promettent également de réduire de moitié d’ici à 2015 le nombre de jeunes qui n’ont pas accès à des services de santé abordables, équitables et appropriés, et d’œuvrer à mettre un terme à la violence sexiste et aux mariages précoces d’ici à 2020. Ces engagements ont suivi de près la publication d’un rapport régional de l’UNESCO sur la situation de l’éducation et de la santé des jeunes de la région, "Jeunes d’aujourd’hui. Il est temps d’agir", dans lequel les jeunes eux-mêmes appellent à une amélioration des services. 

« Pour un grand nombre de personnes de la génération précédente, accepter l’idée que nos jeunes sont des êtres sexués a été difficile. Mais l’abondance des témoignages recueillis à travers le monde selon lesquels parler aux jeunes de sexualité et leur faciliter l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive ne fait pas augmenter l’activité sexuelle devrait nous rassurer… En tant que gardiens de leur éducation, de leur santé et de leur bien-être, nous devons élargir notre point de vue et répondre à ce qui constitue leur réalité actuelle et leur vécu », a déclaré Enver Surty, vice-ministre sud-africain de l’Éducation de base. 

Fervent militant pour la jeunesse, Yemurai Nyoni, du Zimbabwe, est l’un des nombreux jeunes qui ont participé aux réunions. A l'issue des discussions, il a déclaré : « Ce qui me plaît dans cet engagement, c’est l’effort qu’il déploie non pas pour remplacer un quelconque document final existant, mais pour renforcer la mise en œuvre d’engagements précédents. Bien qu’il s’agisse d’un engagement ministériel de haut niveau, c’est aussi notre document car il cible directement les jeunes de nos pays. » 

En adoptant ces engagements, les ministres sont convenus de soumettre chaque année un rapport sur les progrès accomplis lors des sommets de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC). Un mécanisme de responsabilisation en cours de création permettra aux organisations de la société civile et aux jeunes de contrôler les progrès accomplis par leurs gouvernements. Pour en savoir plus

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page