» L’alphabétisation ouvre grand la porte au monde mais des millions d’adultes en sont toujours exclus
08.09.2016 - Secteur de l'Education

L’alphabétisation ouvre grand la porte au monde mais des millions d’adultes en sont toujours exclus

© ICAE

À l’occasion du 50e anniversaire de la Journée internationale de l’alphabétisation, le Dr Katarina Popović – Secrétaire générale de l’IUCAE (Conseil international de l’éducation des adultes, Uruguay) et Professeure à la Faculté de philosophie de l’Université de Belgrade (Serbie), explique à l’UNESCO pourquoi, malgré l’évolution de notre réflexion sur l’alphabétisation, des adultes en sont toujours privés.

 

 

« L’alphabétisation est une porte d’entrée sur le monde », a déclaré Mme Katarina Popović, Secrétaire générale de l’IUCAE et membre du groupe de base de l’Alliance mondiale pour l’alphabétisation qui a été lancée récemment.« Notre perception de l’alphabétisation a beaucoup évolué en 50 ans, mais le principal changement s’est produit au niveau de notre prise de conscience de son importance cruciale. Ce n’est pas une simple compétence technique.  En réalité, comme l’a dit Paulo Freire, il ne s’agit pas de lire le mot, mais de lire le monde. C’est, avant tout, un droit humain et une porte d’accès à d’autres droits ». Mme Popović a indiqué que parmi les autres changements majeurs figuraient l’abandon des anciennes méthodes réductrices d’évaluation et d’enseignement de l’alphabétisation et du calcul, même si quelque chose entre l’auto-évaluation et le contrôle réducteur des seules compétences appliquées était toujours nécessaire. « Nous considérons désormais non seulement que l’alphabétisation est un processus continu et lié au contexte social, mais qu’il existe de nombreux types d’alphabétisation, notamment financière, politique, sanitaire, civique et technique », a-t-elle dit.Une autre évolution dans l’apprentissage des adultes a trait au fait qu’ils ne sont plus obligés d’utiliser des matériels conçus pour les enfants. Les adultes sont plus motivés par les matériels personnalisés et peuvent absorber d’autres messages sur la santé maternelle ou la protection contre le VIH, par exemple, tout en apprenant. L’une des évolutions majeures a été l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Bien qu’appréciant les avantages de la technologie en tant qu’outil, Mme Popović met en garde sur son utilisation en tant que substitut.« Les programmes innovants, qui utilisent les technologies mobiles de manière créative, ont une place, mais ils ne remplaceront jamais le besoin d’apprentissage en face à face et axé sur le dialogue. La recherche a prouvé que les enseignants étaient nécessaires, en particulier si l’on veut que l’alphabétisation joue un rôle transformateur et inspire des changements positifs ». La volonté politique et des financements sont nécessaires pour progresser davantageMalgré les innovations et les campagnes stimulées par la récente prise de conscience de l’importance de l’alphabétisation – le Forum mondial sur l’alphabétisation estime le coût de l’analphabétisme pour l’économie mondiale à 1,2 billions de dollars – le rythme des progrès accomplis dans l’alphabétisation des adultes est lent. Mme Popović regrette également l’imprécision de la cible 4.6 de l’Objectif de développement durable 4 concernant l’alphabétisation, qui entend « d’ici à 2030, veiller à ce que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter ».« Selon moi, cette cible démontre un manque de volonté politique. Nous ne pouvons pas signer pour 100 % et nous n’avons pas le droit moral de proposer 50 % donc nous allons à « l’essentiel » », a-t-elle dit.Le manque de ressources est un autre obstacle majeur au progrès.« Pour faire des progrès, l’alphabétisation doit être plus étroitement associée aux autres objectifs tels que ceux liés à la pauvreté, car il est évident que celle-ci a un impact sur la qualité des résultats en matière de santé, l’amélioration de la longévité, la réduction du taux de criminalité, l’amélioration de la qualité de vie et les comportements environnementaux éclairés », a-t-elle indiqué.Elle aurait souhaité que soit prise en compte l’idée de l’alphabétisation familiale, la recherche ayant démontré le pouvoir des parents éduqués et en particulier des mères, et que l’alphabétisation soit rétablie en tant qu’indicateur dans l’Indice de développement humain, suite à son retrait en 2010.Bien qu’elle reste pessimiste quant à l’avenir de l’alphabétisation des adultes, elle est rassurée par la prise de conscience et l’engagement croissants parmi un groupe de parties prenantes plus diversifié. « Nous avons déjà toutes les preuves et les recherches dont nous avons besoin sur l’importance de l’alphabétisation des adultes. Maintenant, nous devons les mettre en pratique », a-t-elle dit.Ayant œuvré pour la paix en Europe du Sud-Est et en particulier en ex-Yougoslavie, Mme Popović connaît bien l’autre fonction essentielle de l’alphabétisation en tant que moteur de la paix.« Nous avons fait des expériences très intéressantes avec des cartes superposées indiquant les zones de conflit et les taux d’alphabétisation et d’analphabétisme. Bien sûr, nous ne pouvons pas dire que l’alphabétisation apporte la paix, mais nous pouvons dire qu’elle permet une réflexion critique qui peut conduire à des choix différents, des choix autres que l’extrémisme ».




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page