» Un regard sur l’avenir de l’éducation en vue du développement durable
12.04.2017 - Education Sector

Un regard sur l’avenir de l’éducation en vue du développement durable

© German Commission for UNESCO

Comment les expériences d’apprentissage dans le cadre de l’éducation en vue du développement durable (EDD) peuvent-elles aider à transformer les sociétés ? Comment créer les environnements et les expériences d’apprentissage qui mènent à l’empathie, à la passion et aux comportements durables ?

Pour trouver des réponses à ces questions, l'UNESCO a rassemblé des experts internationaux et des acteurs locaux les 27 et 28 mars à Gelsenkirchen, une ville allemande située dans un ancien bassin minier, pour le deuxième d’une série de cinq colloques sur l'avenir de l'EDD. Les colloques sont conçus pour générer de nouvelles idées et assurer la pertinence et la continuité de l'EDD au-delà du Programme d'action global (2015-2019).

L'événement de deux jours a encouragé la libre pensée, le dialogue et le partage d'histoires, de récits et de points de vue entre acteurs locaux et spécialistes extérieurs issus de différentes disciplines. Ils ont discuté des conditions et des pédagogies capables de promouvoir efficacement les compétences générales, les valeurs et les attitudes qui permettent aux citoyens de soutenir le changement de paradigme pour une société durable.

Les 25 participants originaires de 16 pays (dont l'Allemagne, l'Australie, le Bhoutan, le Brésil, le Canada, les États-Unis d’Amérique, la Finlande, l'Inde, le Japon, Madagascar, les Pays-Bas, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la République de Corée, le Royaume-Uni et le Sénégal) ont représenté des domaines allant de la neuroscience et des technologies de l'information à la sociologie, à la formation des enseignants, aux médias et aux jeunes, en mettant tous l'accent sur la durabilité.

Visites de terrain dans les sites d’apprentissage 

Parmi les temps forts de l’ordre du jour du colloque figuraient des visites de terrain dans trois différents sites d'apprentissage locaux. Le premier, la Weiterbilungskolleg (WEL), est un établissement d'apprentissage de la deuxième chance qui met en œuvre activement l'apprentissage basé sur des projets dans le cadre de son approche scolaire globale de l'EDD. Le WEL participe actuellement à la campagne 2016-2020 « Schule der Zukunft » (École de l'avenir) qui vise à promouvoir l'EDD par le biais de réseaux et d'activités à l’échelle locale. En tant qu’école de la deuxième chance, accueillant des étudiants qui vivent déjà leur vie d’adulte en dehors de l'école, le WEL aborde activement les questions de durabilité sociale telles que le racisme et la diversité dans son apprentissage, dans une ville où 40 % de la population est issue de l’immigration. Les apprenants adultes sont encouragés à réfléchir sur la durabilité non seulement dans leur apprentissage, mais aussi dans leur vie quotidienne et leurs emplois. Lorsqu'on leur a demandé comment l'apprentissage avait changé leur réalité quotidienne, les étudiants du WEL ont répondu qu'ils avaient « appris à aimer la vie » et « étaient devenus plus ouverts, compréhensifs et curieux de savoir pourquoi les gens sont comme ils sont ».

La deuxième visite a été faite au centre d'éducation non formelle Ziegenmichelhof, qui présentera deux programmes phares d’EDD traitant des compétences générales et des valeurs pour le développement durable. Le centre est né du projet officiel allemand 2013/2014 dans le cadre de la Décennie pour l'EDD. Mis en œuvre dans une ancienne ferme entourée d'un jardin, le programme Wellness and Cosmetics for Girls permet aux filles d’aborder des questions relatives à la santé, aux ressources naturelles et aux modes de vie durables. Le programme Harmony with Horses met l’accent sur l'empathie en apprenant à assumer la responsabilité d’un autre être (un cheval) et confère à l'apprentissage des dimensions sociales et mondiales. « Nous devons mettre en pratique ce que nous prêchons aux enfants », a souligné le propriétaire, Michael Lorenz.

Le parc de biomasse Hugo, le troisième lieu visité, a été construit sur le site de l'ancienne mine Hugo 2/5/8 à Gelsenkirchen-Boer. Il s’agit d’un parc d'énergie renouvelable durable et d’un espace d'apprentissage tout au long de la vie pour l'EDD. La zone auparavant fermée a été rendue à la population et est devenue un immense site d'« apprentissage basé sur des projets ». Les acteurs locaux organisent des ateliers d'idées conjointement avec les citoyens, en abordant les défis liés à la revitalisation de la région par la réflexion critique, la prise de décision collective et la résolution des problèmes. Sous la direction des organisations locales, les citoyens deviennent les agents du changement et le parc un environnement d'apprentissage vivant en faveur du développement durable. Pour décrire l'énergie collective que les habitants ont déployée afin de créer l'une des villes les plus durables d’Allemagne, Werner Rybarski, chef du Bureau d’Action 21 pour la ville de Gelsenkirchen, a déclaré : « Le mot allemand pour désigner la patrie, les racines, est « heimat ». La patrie est une vision, de là « où nous voulons aller », ainsi que d'où nous venons. Il est important de savoir où vous voulez aller aussi bien que d'où vous venez. « L'apprentissage collectif devient la base d'une vision commune et d'une action partagée pour une ville durable.

Créer des espaces d’apprentissage

Ces sites d’apprentissage impressionnants ont au moins une caractéristique en commun. Tous mettent l’accent sur la participation et vivent la démocratie comme une condition essentielle à la création d’une société durable, dans une atmosphère d’espoir et de confiance dans une région durement touchée par la pauvreté et le chômage. Ensemble, les sites montrent comment il est possible de concevoir des espaces d’apprentissage de qualité.

Leslee Udwin, directrice générale de Think Equal, et Arjen Wals, professeur d’apprentissage transformateur pour la durabilité socio-écologique à l’Université de Wageningen aux Pays-Bas et à l’Université de Gothenburg en Suède, ont tous deux observé que les populations de la région avaient subi une perte – la fermeture des mines. Ils semblent par conséquent être particulièrement conscients de ce que signifie la perte, et prêts à examiner leurs atouts et à les valoriser.

Au travers d’une discussion approfondie sur les thèmes à enseigner, la manière d’enseigner et les changements à apporter aux systèmes éducatifs, les participants au colloque ont identifié l’appropriation, la pertinence et l’apprentissage par les pairs comme étant les principaux moteurs pour transformer les individus en agents du changement en faveur du développement durable.

Walter Hirche, conseiller international auprès de la plate-forme nationale pour l’EDD en Allemagne et président du Comité sur l’éducation de la Commission allemande pour l’UNESCO, a souligné l’évolution du rôle des enseignants : « Les enseignants sont eux-mêmes des apprenants. Ils devraient apprendre à coopérer et à utiliser l’expertise d’individus extérieurs à l’école dans le cadre de réseaux ».

Les participants à la réunion ont réaffirmé l’importance de l’EDD pour relever les défis évolutifs de la durabilité. Comme en témoignent les bonnes pratiques adoptées à Gelsenkirchen, l’éducation en tant que forme d’intervention civique pour enseigner des valeurs et des attitudes en faveur d’une communauté durable peut encourager la curiosité et la responsabilité qui mènent à la résilience et à l’action. Irmeli Halinen, ancien chef du développement du curriculum à l’Agence nationale finnoise pour l’éducation, a dit : « Le changement fondamental nécessaire consiste à faire en sorte que tous les éléments de l’éducation puissent travailler ensemble en unité pour socialiser l’être humain ».




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page