» L'UNESCO lance le programme du Fonds "Malala pour l'éducation des filles" au Pakistan
06.02.2014 -

L'UNESCO lance le programme du Fonds "Malala pour l'éducation des filles" au Pakistan

© UNESCO/M. Guevel - Irina Bokova, Director-General of UNESCO, visiting Pakistan, February 2014

Islamabad - 6 février. La Directrice générale de l'UNESCO et le ministre de l'Education du Pakistan ont signé un accord de fonds-en-dépôt pour soutenir l'accès, la qualité et la sureté de l'apprentissage pour les filles dans les zones reculées du Pakistan.

Le fonds de 7 millions de dollars se concentrera sur le renforcement des capacités dans l'éducation formelle et non formelle, la formation à l'égalité entre les sexes genre auprès des enseignants et la sensibilisation des communautés pour soutenir l'éducation des filles. Ce programme s'inscrit dans la mise en oeuvre du Fonds Malala pour le droit des filles à l'Education annoncé au siège de l'UNESCO en décembre 2012.

L'éducation des filles « est l'une des forces les plus puissantes pour la dignité humaine. Il s'agit d'un enjeu de droits humains et aussi d'une stratégie gagnante pour le développement humain et la paix. Il n'y a pas de meilleur investissement à long terme qu'un pays puisse faire pour favoriser l'inclusion sociale, la justice, l'équité et la croissance économique », a déclaré la Directrice générale. Le Pakistan compte 3,8 millions de filles non scolarisées, tandis que celles qui fréquentent l'école sont plus susceptibles de décrocher que les garçons. « Aujourd'hui, les disparités entre les sexes entre garçons et filles dans l'accès à l'enseignement primaire s'élèvent à 10 % », a déclaré le Ministre Fédéral de l'éducation M. Baligh -ur- Rehman. « Avec le programme du Fonds Malala mis en œuvre au Pakistan, nous avons l'intention de réduire l'écart à 5 % en 3 ans. » Expliquant la philosophie générale de ce programme, la Directrice générale a déclaré que « L'éducation n'est pas seulement une question de quantité, de quantité de dollars ou de taux de scolarisation. C'est une question de qualité de l'enseignement dispensé dans les écoles, il s'agit de formation des enseignants, de compétences pertinentes pour des emplois décents et une société inclusive. Le programme du fonds Malala agit à ce niveau."

Lors du Forum national sur le droit des filles à l'éducation, le ministre a également décrit les mesures récentes prises par le gouvernement pour accélérer les progrès, y compris l'inscription dans la Constitution de l'éducation gratuite et obligatoire pour tous les enfants de 5 à 16 ans, adopté avec l'appui technique de l'UNESCO , et un engagement à augmenter les dépenses d'éducation de 2% à 4% du PIB, ainsi que le développement d'un plan d'action national sur ce sujet.

« L'Islam reconnaît des droits absolument égaux pour les filles et les garçons" , a déclaré le ministre Baligh ur-Rehman. «L'éducation dans le monde d'aujourd'hui n'est pas un choix mais un droit fondamental de chaque enfant. Le gouvernement est responsable moralement, éthiquement et légalement d'assurer l'éducation pour tous les enfants sans distinction de religion ou de sexe".

Pendant le Forum, en présence de responsables des Nations Unies, de groupes de la société civile, d'experts et de donateurs, l'accent a été mis sur l'évolution des mentalités, la formation d'enseignantes et la sécurisation des écoles et des transports scolaires, en particulier dans les zones rurales et éloignées. « Les familles veulent envoyer leurs filles à l'école, mais elles veulent que leurs enfants soient en sécurité et reçoivent tune éducation de qualité. Les écoles doivent être situées plus près de familes et des politiques plus ciblées doivent être mises en place pour atteindre les exclus », a déclaré Mme Bokova . « L'engagement des familles et des dirigeants locaux, y compris les chefs religieux , est essentielle pour convaincre tout le monde que l'éducation est le meilleur investissement pour l'avenir. »

Au Lycée des filles d'Islamabad, la Directrice générale a souligné l'importance de l'éducation au développement durable pour l'autonomisation des filles. En présence du ministre de l'Éducation, elle a inauguré un système de récupération des eaux de pluie ainsi qu'un laboratoire informatique alimenté par des panneaux solaires, deux projets soutenus par l'UNESCO. Devant plusieurs centaines d'étudiants , elle a affirmé que « ces projets incarnent les objectifs essentiels de notre travail pour promouvoir l'éducation pour le développement durable. Notre objectif est de vous donner les moyens, comme étudiants, comme citoyens, de prendre l'avenir entre vos mains, de le façonner pour le bien de tous, et c'est précisément ce que vous faites. »




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page