» La conférence de Madrid appelle à protéger la diversité culturelle pour la paix au Moyen-Orient
24.05.2017 - ODG

La conférence de Madrid appelle à protéger la diversité culturelle pour la paix au Moyen-Orient

© UNESCO

Le 24 mai 2017, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, s'est adressée à la Conférence: Victimes des persécutions ethniques et religieuses au Moyen-Orient, à Madrid (Espagne). L'événement s'est déroulé en présence du ministre des Affaires étrangères d'Espagne, M. Alfonso Maria Dastis Quecedo, du ministre des Affaires étrangères du Royaume hachémite de Jordanie, M. Ayman H. Safadi et du ministre des Affaires étrangères irakien, M. Ibrahim Al-Jaafari.

La conférence fait suite au débat public tenu par le Conseil de sécurité de l'ONU le 27 mars 2015 et la conférence tenue à Paris le 8 septembre 2015 sur les victimes des persécutions ethniques et religieuses au Moyen-Orient. Lors de la conférence de Paris, un plan d'action a été présenté qui définit une feuille de route pour la communauté internationale afin de soutenir ceux qui sont persécutés pour des raisons ethniques ou religieuses. L'objectif de la conférence de Madrid était de faire le point sur les mesures prises, de déterminer les priorités les plus pressantes, ainsi que d'identifier des programmes, des projets et des actions pour permettre aux populations déplacées de rentrer et de favoriser la réconciliation et la stabilisation.

Tous les participants ont souligné la nécessité de protéger le patrimoine culturel et la diversité culturelle dans la région ainsi que d'enseigner la tolérance, le vivre ensemble dans les écoles, et protéger les victimes de persécutions ethniques et religieuses.

 Mme Nadia Murad, parlant au nom de la communauté Yezidi, a appelé à une mobilisation et à une protection urgentes de toutes les communautés du Moyen-Orient, « nous n'avons pas de voix, nous avons besoin du soutien de la communauté internationale », a-t-elle déclaré au public.

« Les extrémistes violents visent à la fois le patrimoine et les vies humaines - ils ciblent les victimes et les minorités de tous les milieux, Shebak, Turkmènes, Yezidis, Musulmans, Chrétiens ..., comme symboles du pluralisme qu'ils abhorrent", a déclaré la Directrice générale. « Les extrémistes violents ciblent les écoles, parce qu'ils connaissent le pouvoir de la connaissance à contrer leur discours fondé sur de fausses interprétations de la foi et de l'histoire, ils détruisent la culture, car ils savent qu’elle peut favoriser le dialogue et aider les peuples à vivre ensemble dans la diversité », a-t-elle ajouté.

 « Nous avons besoin du "hard power" pour répondre à l’extrémisme violent, mais nous avons aussi besoin du "soft power "pour le prévenir, par l'éducation, la culture et l'information. C'est le rôle de l'UNESCO et l'objectif de l'Organisation des Nations Unies, sa stratégie antiterroriste à l'appui des États membres ».

 « C'est le message que j'ai partagé au Sommet des Etats arabes et des Etats-Unis la semaine dernière à Riyad sur la prévention de l'extrémisme violent », a déclaré la Directrice générale. « C'est aussi le message intégré dans le plan d'action de Paris ».

La Directrice générale a souligné l'importance d'enseigner la paix et de fournir aux personnes les compétences nécessaires pour surmonter les suspicions et les divisions afin de développer un dialogue. Cela sous-tend toute l'action de l'UNESCO pour prévenir l'extrémisme violent par l'éducation d'urgence et la protection du patrimoine. L'UNESCO a proposé le lancement d'une initiative régionale visant à enseigner l'histoire de la diversité culturelle dans les écoles du Moyen-Orient, afin de favoriser les compétences interculturelles et la citoyenneté inclusive. Cette initiative mettra également l'accent sur la diversité culturelle dans le processus de sauvegarde et de restauration des villes historiques de la région.

Dans son discours d'ouverture, le ministre des Affaires étrangères espagnol a déclaré: « l'extrémisme violent ne peut être associé à aucune culture ou religion. Nous sommes ici pour exprimer notre solidarité avec les victimes et réaffirmer notre détermination à agir ». Le ministre a exhorté tous les participants à contribuer au fonds d'urgence de l'UNESCO pour la protection du patrimoine, afin de restaurer, en priorité, le patrimoine religieux commun, tel que le sanctuaire de Nabi Yunus à Mosul, qui est vénéré par toutes les religions monothéistes et un moteur d'unité et de dialogue.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page