» Il faut s’approprier l’objectif mondial sur l’éducation, recommande la Conseillère spéciale pour le Président ...
21.12.2016 - Education Sector

Il faut s’approprier l’objectif mondial sur l’éducation, recommande la Conseillère spéciale pour le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Dessima Williams

© UN

« Faire plus, le faire ensemble et le faire mieux », tel est le message de S. E. Dessima Williams, Conseillère spéciale sur la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) pour le Bureau du Président de l’Assemblée générale des Nations Unies.

L'ambassadrice Williams, qui a représenté le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, S. E. M. Peter Thomson, lors d'une récente réunion du Comité directeur Éducation 2030 au Siège de l'UNESCO, est une fervente partisane de la mise en œuvre rapide et concrète du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

À l’UNESCO, elle a évoqué la nécessité de rendre le programme accessible à tous, l’action cruciale du Comité directeur Éducation 2030, ainsi que les besoins spéciaux d’un petit État insulaire en développement (PEID) tel que la Grenade, son pays d’origine. Elle a également parlé de la façon dont elle intègre les pratiques durables dans sa vie quotidienne.

Le Programme 2030 est une initiative ambitieuse et universelle qui vise à éliminer la pauvreté par le développement durable d’ici à 2030, dans le cadre de 17 objectifs. À travers l’Objectif de développement durable 4 qui vise à « Assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous », il place l’éducation au centre de la réalisation de l’ensemble des objectifs.

« La nomenclature qui accompagne une entreprise aussi ambitieuse que celle-ci peut être effrayante ; mais au lieu de regarder le programme des ODD comme un « autre » compliqué, nous devrions nous l’approprier. Appelez-ça comme vous voulez tant que vous faites quelque chose pour y arriver. Faites le point sur votre façon de vivre et demandez-vous comment vous pourriez changer votre vie pour la rendre plus durable et moins dommageable pour la planète.

« Il n'y a aucune excuse pour ne pas s'impliquer dans ce changement de paradigme ; en fait, vous êtes probablement déjà en train de faire une partie du travail sans lui donner de nom officiel. Les ODD formalisent les comportements humains positifs dans un cadre unique. Tous les êtres humains aiment acquérir de nouvelles connaissances et trouver de meilleures façons de faire les choses. »

Mme Williams s’intéresse en particulier au rôle des filles et des jeunes femmes pour promouvoir les objectifs du nouveau programme et en tirer parti.

« Le monde dispose aujourd’hui d’une masse de femmes et de filles instruites qui ont pu accéder à l’éducation dans le passé ; nous devons canaliser cela de façon positive et faire en sorte qu’elles deviennent des chefs de file et des modèles pour les nombreuses autres qui ont encore accès à l'éducation formelle ».

L’ambassadrice Williams est satisfaite des travaux du Comité directeur Éducation 2030 relatifs à l’ODD 4.

Œuvrer en faveur de l’éducation des enfants dans les zones rurales

« C’est la première fois que cet objectif a son propre mécanisme de coordination ; et nous avons au sein du comité, non seulement l'expertise technique et historique nécessaire, mais aussi un vaste leadership politique. Ce genre de travail se fait trop souvent dans des tours d’ivoire. La composition élargie de ce comité nous offre ainsi une occasion unique d’obtenir plus. Et vite. »

À ceux qui doutent de la possibilité d’atteindre les cibles d’ici 2030, en particulier après les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), elle dit que « bien que les OMD ont réduit les inégalités et sorti des gens de la pauvreté, ces progrès ont été inégaux, insuffisants et très coûteux pour l’environnement. Nous devons en tirer les leçons cette fois-ci ».

Outre sa mission officielle, l’ambassadrice Williams, qui a été pendant quatre ans la Représentante permanente de la Grenade auprès des Nations Unies à New York, œuvre dans son pays pour mettre en évidence les défis des Petit états insulaire en développement liés à l’éducation des garçons et des filles.

 « Ce sont des enfants qui, si on leur donne accès à l’éducation formelle, peuvent choisir des métiers mieux payés que leurs parents ».

« L’existence territoriale même de nombreux PEID est menacée par les changements climatiques. Les petits États insulaires sont particulièrement vulnérables face à l’augmentation du niveau de la mer. On ne peut rien changer à leur isolement mais on peut leur apporter un meilleur soutien financier, par exemple, et leur donner les moyens de rédiger leurs propres manuels scolaires et d’adopter des pratiques agricoles plus résistantes au changement climatique. » 

Ce dernier sujet l’intéresse particulièrement, en tant que passionnée de produits biologiques et ardente partisane d’un style de vie non toxique, notamment afin de réduire les matières plastiques. Elle a également adopté un mode de vie durable en faisant des régimes, en optant autant que possible pour la marche plutôt que pour la voiture, et en faisant connaître les ODD autour d’elle.   




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page