» L’adaptation des compétences à l'industrie élargit les perspectives d’emploi des étudiants du secteur hôtelier...
17.10.2016 - Education Sector

L’adaptation des compétences à l'industrie élargit les perspectives d’emploi des étudiants du secteur hôtelier du Botswana

© UNESCO/John Churu

À Gaborone, en République du Botswana, grâce à l’étroite participation du secteur, un cursus sur la gestion hôtelière conçu dans le cadre des projets « Une meilleure éducation pour l’essor de l’Afrique » de l’UNESCO (BEAR) a bénéficié à 200 étudiants.

Ces étudiants inscrits en arts culinaires, en gestion hôtelière et en gestion des voyages ont suivi un cours testé sur deux établissements.

Dans le contexte de la Conférence mondiale UNESCO-Cedefop sur les compétences qui se tiendra au siège de l’UNESCO, à Paris, les 20-21 octobre 2016, les résultats positifs du programme BEAR mettent en évidence l'impact que peuvent avoir des systèmes d’enseignement et de formation techniques et professionnels de qualité (EFTP) sur l'emploi des jeunes. 

Intitulée « Compétences, emplois et développement durable : tendances mondiales et défis locaux », la conférence réunira des décideurs, des experts et des parties prenantes de différentes régions du monde venant discuter des tendances du marché au niveau mondial et des façons dont l'éducation peut contribuer à réduire les éventuelles disparités entre l’offre et la demande de compétences.

Nyaladzi Radisebo, qui a suivi un stage de gestion hôtelière de six mois, a indiqué : « L'industrie apprécie réellement les services que nous rendons. À l’issue de mon stage, l'hôtel Town Lodge m'a appelé pour y retravailler comme chef remplaçant, bien que je ne sois pas encore diplômé (…) J’avais fait une formation dans un autre établissement, je n’avais pas eu la moindre offre d’embauche. Les choses ont changé lorsque je suis passé au programme BEAR.”

Des systèmes de notation transparents

L'équipe BEAR du Botswana a réalisé une analyse du marché du travail et élaboré des programmes d’enseignement pour de nouveaux cours sur les arts culinaires, la gestion hôtelière et la gestion des voyages, en dialogue étroit avec l'industrie. La forte implication des parties prenantes dans l’élaboration du programme s’est traduite par un impact majeur sur le rapprochement entre l’offre et la demande de compétences.

Madame Tjedu Radinaane, enseignante en gestion hôtelière, a déclaré : « L’un des aspects positifs de ce programme est l’implication du secteur dans sa croissance. C'est pourquoi nos étudiants sont acceptés sans aucune hésitation pour les stages de travail. »

Elle souligne également l'importance de la transparence des systèmes de notation des qualifications, qui sont bien compris et acceptés par l’industrie :

« Avant l’arrivée du programme BEAR, les programmes d’enseignement technique du Botswana avaient un système de notation qui n’était pas suffisamment bien défini pour être accepté par l'industrie. »

Le projet BEAR est financé par le gouvernement de la République de Corée ; il a pour but d’aider les pays de la SADC (Botswana, République démocratique du Congo, Malawi, Namibie et Zambie) à améliorer leurs systèmes d’EFTP. Les projets EFTP mettent en œuvre des programmes sectoriels depuis 2011, par le recours à des partenariats publics-privés. 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page