» Semaine de l’apprentissage mobile 2017 : l’éducation dans les situations d’urgence et de crise
28.12.2016 - Education Sector

Semaine de l’apprentissage mobile 2017 : l’éducation dans les situations d’urgence et de crise

© UNHCR

Le monde connaît actuellement le plus grand nombre de personnes déplacées jamais observé. Le HCR estime qu’en 2015, 24 personnes ont dû fuir leur maison chaque minute, soit quatre fois plus qu’il y a dix ans. Dans le monde, une personne sur 113 a été déplacée à cause d’un conflit ou de persécutions. 51 pour cent des réfugiés sont des enfants qui, pour beaucoup, ont été séparés de leurs parents ou voyagent seuls.

Le téléphone mobile est souvent l’un des rares effets qu’emportent les personnes forcées de quitter leur maison et dans bien des cas les personnes déplacées ont accès à un smartphone.

De plus en plus souvent, les technologies mobiles peuvent fournir de bouée de sauvetage pour l'éducation, offrant des possibilités d’apprentissage aux personnes là où elles se trouvent, les préparant au travail, facilitant leur intégration dans de nouvelles communautés, éveillant leur imagination, renforçant leur résilience et éclairant une voie entre un présent incertain et un avenir plus prometteur.

La semaine de l’apprentissage mobile, qui aura lieu cette année des 20 au 24 mars 2017 au siège de l’UNESCO à Paris, explorera les moyens par lesquels la technologie peut contribuer à répondre aux besoins éducatifs des réfugiés et des autres apprenants déplacés par des situations d’urgence et de crise. 

On dénombre dans le monde entier plus de 21,3 millions de réfugiés et le HCR estime que les enfants réfugiés ont cinq fois plus de probabilités que les non réfugiés d’être non scolarisés. Seulement 50 pour cent des enfants réfugiés ont actuellement accès à l'école primaire et ces chiffres empirent avec l’âge : juste 22 pour cent de réfugiés s'inscrivent à l'école secondaire et seulement 1 pour cent continue vers l'enseignement supérieur.

Selon les données de l’Institut de statistique de l’UNESCO, les enfants non scolarisés se trouvent de plus en plus souvent dans des pays touchés par les conflits, mais l'éducation, qui peut contribuer à protéger les enfants et à rompre les cycles de conflit, n’est souvent pas prise en compte dans les premières phases de la réponse aux urgences et aux crises.

Mettant en avant l’urgence à proposer des services éducatifs aux millions d’enfants et de jeunes dont l’avenir est compromis par les conflits, le déplacement et les catastrophes naturelles, la Directrice générale d'UNESCO, Irina Bokova, a déclaré : « L'éducation doit être considérée comme un élément de la réponse initiale, au moment où la crise éclate. Elle fait partie intégrante de toute stratégie de construction de la paix. »

Urgence et innovation

Organisé par l'UNESCO et le HCR en collaboration avec l’UIT, l’institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et des communications, l’événement réunira des responsables et des experts travaillant à l’intersection de l’éducation, de la technologie et des crises, pour un partage de pratiques innovantes venant du monde entier, et pour démontrer les options ouvertes aux gouvernements et à d'autres organisations qui œuvrent à faire des technologies mobiles des alliées de l’éducation.

Pour Mark West, spécialiste des TIC dans l'éducation à l'UNESCO, « les technologies mobiles ont un potentiel considérable pour faciliter l'apprentissage dans les situations d’urgence et de crise, mais nous commençons à peine à comprendre comment les exploiter au mieux et comment le faire à grande échelle. »

L'UNESCO a un programme dédié qui examine comment faciliter l’apprentissage, surtout pour les populations vulnérables, grâce à des technologies mobiles abordables. De son côté, le HCR travaille lui aussi sur ces questions. L'organisation a mis en place une Unité pour l’innovation qui élabore de nouvelles solutions afin d'aider les réfugiés, en partenariat avec d'autres organisations dans l'Accélérateur d’éducation humanitaire qui identifie, appuie et développe des innovations éducatives d'avant-garde. Le HCR travaille aussi en partenariat avec des universités, des organisations et des donateurs au sein du Consortium d’apprentissage connecté pour l'enseignement supérieur pour les réfugiés, qui encourage et coordonne la mise en oeuvre d’un enseignement supérieur de qualité, accrédité, dans les contextes de conflit, de crise et de déplacement.

« Il est fondamental que les enfants déracinés par la guerre et la violence ne soient pas encore davantage laissés pour compte » a déclaré Filippo Grandi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés. « Nous devons être inventifs pour trouver des solutions. » 

Pour Jacqueline Strecker, gestionnaire du Learn Lab du HCR au Kenya, « proposer des services éducatifs dans le contexte des réfugiés représente une montagne de défis, dont la rareté des ressources, la formation limitée des enseignants et les nombreux problèmes de protection. Les technologies mobiles offrent des solutions pour contribuer à résoudre ces défis et ouvrir le monde aux élèves. » 

La Semaine de l’apprentissage mobile est la conférence phare annuelle sur les TIC dans l’éducation. Entrant maintenant dans sa sixième année, l'événement voit la participation de représentants gouvernementaux de plus de 50 États membres de l'ONU et il accueille plus de 100 intervenants et présentations. Les inscriptions sont ouvertes et l'UNESCO et le HCR lancent un appel à des propositions de présentations et d'ateliers jusqu'au mardi 17 janvier 2017.

Cette édition accueillera un symposium le lundi 20 et le mardi 21 mars ; des ateliers le mercredi 22 mars ; des laboratoires d’idées le jeudi 23 mars et un forum politique de haut niveau organisé en étroite collaboration avec l’UIT le vendredi 24 mars.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page