» Mobiliser les sciences océaniques et la société civile pour le développement durable
06.11.2017 - Commission océanographique intergouvernementale

Mobiliser les sciences océaniques et la société civile pour le développement durable

© UNESCO/C. Alix - Les participants de haut niveau de l'événement parallèle organisé par la COI sur la Décennie des Nations Unies des sciences océaniques pour le développement durable (2021-2030) - 2 novembre 2017, Siège de l'UNESCO (Paris, France)

Le 2 novembre 2017, la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO, avec le soutien du Gouvernement de la Norvège, a organisé un événement parallèle pour mobiliser une meilleure coordination des efforts entre les nations et les secteurs afin de générer de nouvelles connaissances et une meilleure compréhension de l’océan, et ainsi améliorer la gestion, l’intendance et le développement durable de 71% de notre planète.

Organisée lors de la 39e Conférence générale de l’UNESCO, cette manifestation parallèle a bénéficié de la participation spéciale de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO ; M. Peter Thomson, premier Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l'océan ; et M. Bjørn Haugstad, Vice-ministre au ministère de l'Éducation et de la Recherche de la Norvège.

Dans leurs discours d’ouverture, ils ont appelé conjointement à mettre en place une Décennie des Nations Unies des sciences océaniques pour le développement durable (2021-2030) : L’océan dont nous avons besoin pour l’avenir que nous voulons. Peter Thomson a soutenu qu’aujourd’hui plus que jamais, « nous avons besoin d’une bonne science pour prendre de bonnes décisions » en vue de protéger notre océan.

L’événement parallèle a promu cet effort majeur de la part de la COI de l’UNESCO et de nombreuses autres parties prenantes pour atteindre l’Objectif de développement durable 14 sur la conservation et l’utilisation durable des océans, des mers et des ressources marines. Mme Bokova a souligné que « la coopération et la diplomatie scientifiques sont essentielles » pour créer le cadre collectif nécessaire à la réalisation de l’ODD 14 d’ici 2030.

Une discussion sous forme de table ronde a complété les allocutions de haut niveau, avec le Secrétaire exécutif de la COI, Vladimir Ryabinin ; le président de la COI, Peter Haugan (Norvège) ; la Vice-rectrice de l’Université Malaysia Terengganu, Prof. Nor Aieni Haji Mokhtar ; et le Directeur général de la Fondation Tara, représentant également la Plateforme Océan et Climat, Romain Troublé.

Les panélistes ont notamment discuté de la nécessité de renforcer la coopération internationale en matière d’observations et de cartographie océaniques – seuls 10% de l’océan ont été cartographiés et moins de 0,05% des fonds marins l’ont été en haute résolution – ainsi que le développement des capacités et le transfert de technologie marine.

Le Rapport mondial sur les sciences océaniques, publication phare de l’UNESCO publiée plus tôt cette année, a également été mentionné : ce dernier rend compte de l’état des lieux et de l’évolution des capacités en matière de sciences océaniques, et contribuera grandement à suivre les progrès de l’ODD 14 et de la Décennie des sciences océaniques.

Les questions du public, dont celles des internautes qui suivaient le webcast, ont principalement porté sur la façon dont la Décennie propose d’intégrer plus largement le secteur privé et la société civile dans son programme de travail. Peter Thomson a conclu cet événement en promettant qu’en tant qu’Envoyé spécial pour l’océan, il cherchera à rassembler tous les acteurs de l’océan dans une alliance pour soutenir la Décennie des sciences océaniques.

Environ 110 personnes ont participé à cet événement parallèle, à la fois en salle et en ligne à travers le webcast.

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Julian Barbière (j.barbiere(at)unesco.org)




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page