» Deux nouvelles langues en danger ajoutées à l’Atlas interactif de l’UNESCO
09.12.2010 - UNESCOPRESS

Deux nouvelles langues en danger ajoutées à l’Atlas interactif de l’UNESCO

Le koro (Arunachal Pradesh, Inde) et le jeju (Ile de Jeju, République de Corée) viennent d’être ajoutés à l’Atlas des langues en danger de l’UNESCO dans sa version en ligne. L’UNESCO en profite pour encourager la documentation sur ces langues en danger et les efforts de revitalisation partout dans le monde.

La découverte du koro a été annoncée en octobre 2010 par le projet Enduring Voices (Voix qui perdurent) du National Geographic. Ce langage non écrit est parlé par 800 à 1 000 personnes du district Kameng Est, dans l’Etat d’Arunachal Pradesh (Inde). Le koro était connu par les linguistes mais considéré jusque là comme un dialecte du aka, une langue tibéto-birmane.

Sur la base des informations récemment révélées, l’équipe éditoriale de l’Atlas des langues en danger a décidé d’actualiser l’Atlas en y incluant le koro. Selon les linguistes Gregory Anderson et David Harrison, du projet Enduring Voices, les locuteurs du koro sont culturellement submergés par le groupe dominant aka.

Le jeju est une langue particulièrement en danger. Ses locuteurs ne dépassent pas les 10 000 sur l’île de Jeju (République de Corée) et la transmission entre les générations a été interrompue : les seuls qui parlent couramment jeju aujourd’hui sont des vieillards de plus de 70 ans.

L’addition de ces deux langues sur la liste coïncide avec le lancement de la plateforme élargie de l’Atlas interactif en ligne. Elle offre aux usagers davantage de fonctions de recherche et de navigation,  un ensemble de données téléchargeables, des résumés statistiques et un outil de rétroaction simplifié. A noter que les réactions des usagers (principalement des chercheurs et des locuteurs de langues en danger) ont été traitées par l’équipe éditoriale et cet élément a été ajouté à la nouvelle plateforme.

En décembre 2010, l’Atlas interactif de l’UNESCO compte 2 475 langues en danger. Leur degré de vitalité va de « vulnérable » à « morte ».




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page