» À l’occasion de la Journée internationale de la femme, zoom sur la violence liée au genre en milieu scolaire
08.03.2017 - Education Sector

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, zoom sur la violence liée au genre en milieu scolaire

© M.W Ruddock

[Translate to francais:] Every year, an estimated 246 million children are subject to some form of gender-based violence – mistreatment, bullying, psychological abuse and sexual harassment in or on the way to school. Agenda 2030 places gender equality and inclusive and equitable quality education at the heart of its concerns, and addresses violence against girls and boys as a cross-cutting concern. It also includes concrete commitments particularly under Target 4.a with the provision of gender-sensitive education facilities, and safe, non-violent, inclusive and effective learning environments for all.

Chaque année, environ 246 millions d’enfants sont victimes d’une forme ou d’une autre de violence liée au genre – mauvais traitements, harcèlement, violences psychologiques et harcèlement sexuel – au sein ou sur le chemin de l’école. Le Programme 2030 place l’égalité des genres et l’éducation de qualité inclusive et équitable au cœur de ses préoccupations, et aborde la violence contre les filles et les garçons comme un problème transversal. Il prend également des engagements concrets, en particulier sous la cible 4.a, concernant notamment la fourniture d’équipements éducatifs sensibles au genre, ainsi que la création d’environnements d’apprentissage sûrs, exempts de violence, inclusifs et efficaces pour tous.

La compréhension des inégalités de genre et des normes de genre, ainsi que de leur rôle dans la réalisation d’actes de violence, est une étape essentielle pour briser le cycle de la violence. Adopter une optique de genre dans l’analyse des données sur la violence scolaire, ainsi que dans la mise en œuvre des mesures de prévention et de réaction, est une première étape importante pour comprendre les causes profondes de la violence, identifier les individus les plus vulnérables ainsi que les moyens de protéger ces élèves.

Les filles sont particulièrement vulnérables

La violence liée au genre en milieu scolaire (VGMS) englobe les menaces de violence sexuelle, physique ou psychologique se produisant à l’intérieur ou aux abords des écoles et des établissements éducatifs, en raison de normes et de préjugés sexistes et de relations de pouvoir inéquitables. C’est une violation des droits humains fondamentaux de l’enfant et une forme de discrimination fondée sur le genre. Bien que la VGMS touche tous les enfants, les filles y sont particulièrement exposées.

  • La VGMS entraîne la perte d’une année de scolarisation dans l’enseignement primaire. Cela représente un coût annuel d’environ 17 milliards de dollars des États-Unis pour les pays à revenu faible et intermédiaire.
  • En Ouganda, 78 % des élèves du primaire et 82 % du secondaire déclarent avoir subi des violences sexuelles à l’école, perpétrées dans 67 % des cas par des enseignants de sexe masculin. Dans des pays tels que l’Afghanistan, le Pakistan et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, des parents ont retiré leurs filles de l’école, estimant que la sécurité de celles-ci n’était pas assurée.
  • Les filles sont plus souvent victimes de harcèlement psychologique, de cyber-harcèlement, de violences et de harcèlement sexuels. Les garçons sont plus souvent confrontés aux châtiments corporels et aux violences physiques que les filles.

Les nouvelles Directives mondiales publiées par l’UNESCO et ONU-Femmes pour lutter contre la VGMS recommandent un ensemble complet de stratégies pour aider les pays souhaitant atteindre leurs objectifs ambitieux en matière d’éducation pour tous et d’égalité des genres. Il s’agit notamment de recommandations concernant le renforcement des systèmes de suivi afin de recueillir des données fiables, l’amélioration des indicateurs pour suivre les progrès accomplis, et l’élaboration de méthodes de recherche formative qui fournissent des données contextuelles sur l’ampleur et l’expérience de la violence. Les Directives tiennent compte également des considérations particulières en termes d’éthique et de sécurité pour la mesure de la VGMS, en mettant l’accent sur les questions éthiques du travail avec les enfants et les jeunes sur les sujets sensibles de la violence et les normes profondément ancrées entourant le genre et la sexualité.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page