11.08.2012 -

Penser l’avenir à l’Institut pédagogique de Yangon

© UNESCO/Cynthia Guttman – Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, avec les étudiants de l’Institut pédagogique de Yangon, le 10 août.

« L’avenir se présente désormais aux jeunes du Myanmar sous un aspect tout à fait différent, maintenant que le pays s’ouvre et accomplit des réformes de transformation démocratique », a dit Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO, le 10 août 2012, lors d’échanges avec les étudiants et les enseignants de l’Institut pédagogique de Yangon. « Il faut donner aux jeunes des possibilités et des compétences qui leur ouvrent les portes de la vie professionnelle, en leur assurant une éducation de qualité, une formation et une éducation techniques et professionnelles et un enseignement supérieur de haut niveau. Et cela revêtira encore plus d’importance lorsque le marché de l’ASEAN s’ouvrira en 2015. »

Accueillie par le recteur de cet Institut créé en 1931 comme établissement de formation des maîtres, Mme Bokova a fait valoir que l’UNESCO était prête à aider le gouvernement à réaliser son ambition d’« une nation moderne et développée, grâce à l’éducation ». Elle a expliqué que l’aide de l’Organisation, passant par le Programme de renforcement des capacités au service de l’Éducation pour tous, servirait à renforcer les établissements de formation des maîtres, à soutenir la réforme de l’enseignement supérieur, à moderniser l’enseignement technique et professionnel, et à soutenir les programmes de planification préalable aux catastrophes et de prévention du VIH. L’UNESCO apportera également son concours au prochain Examen global du secteur de l’éducation que compte réaliser le Ministère de l’éducation en vue d’améliorer la qualité, l’inclusion et les résultats d’apprentissage.

L’Institut étant expert de la formation des maîtres, Mme Bokova a fait observer que « le rôle des maîtres change à mesure que les sociétés évoluent. Aujourd’hui plus que jamais, les enseignants sont appelés à être une source d’inspiration, formant les esprits et inculquant aux femmes et aux hommes la manière d’apprendre, afin de jeter les bases de l’apprentissage tout au long de la vie ».

M. Kim Gwang-jo, Directeur du Bureau régional de l’UNESCO pour l’éducation en Asie et dans le Pacifique, a souligné combien il importe de partager au niveau régional les savoirs découlant de la pratique, et de tirer les enseignements de différentes études de cas afin de mieux persuader les décideurs. Il a fait observer également que doter les jeunes des compétences voulues, c’est aussi leur faire la place nécessaire pour lancer leurs propres activités professionnelles, et il a appelé l’attention à cet égard sur ce que fait l’UNESCO dans la région pour l’éducation à l’entreprenariat.

La Directrice générale comme M. Kim ont tous deux fait valoir le rôle critique de l’éducation pour les progrès du développement dans tous les domaines, qu’il s’agisse d’améliorer la santé, de faire reculer la misère ou d’assurer la dignité fondamentale des êtres humains et l’égalité entre les sexes.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page