» Première session de la plénière sur la Plateforme scientifique et politique sur la biodiversité et les service...
27.09.2011 -

Première session de la plénière sur la Plateforme scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES)

De nombreuses organisations et initiatives contribuent à l’interface science-politique sur la biodiversité et les services écosystémiques. Il n’existe toutefois, à l’heure actuelle, aucun mécanisme mondial reconnu à la fois par la communauté scientifique et par le monde politique qui permette de rassembler les informations, de les synthétiser et de les analyser à l’appui de la prise de décisions dans les forums politiques, tels que les conventions mondiales sur l’environnement et les consultations sur les politiques de développement. L’IPBES sera le mécanisme permettant de combler les lacunes de l’interface science-politique dans le domaine de la biodiversité et des services écosystémiques.

le PNUE prépare la réunion plénière en vue de rendre l’IPBES pleinement opérationnelle en coopération avec l’UNESCO, la FAO, le PNUD et d’autres organisations. Cette réunion devrait en principe se tenir en deux sessions, la première du 3 au 7 octobre 2011 et la deuxième au début de l’année 2012. Lors de cette plénière, les représentants des gouvernements devraient examiner le projet de principes et les procédures régissant les travaux de l’IPBES, sa structure de gouvernance, les procédures de candidature et de sélection de l’institution ou des institutions d’accueil et du pays hôte de la plateforme, ainsi que les premiers éléments du programme de travail de l’IPBES.

La participation de l’UNESCO devrait permettre un cadre intergouvernemental renforcé favorable à la plateforme. En tant qu’organisation spécialisée de l’ONU responsable des sciences, l’UNESCO réaffirme la crédibilité scientifique du processus. Dans le cadre de son mandat dans le domaine de la culture, l’UNESCO garantira que les évaluations entreprises par l’IPBES prendront également en compte les services culturels et l’influences des facteurs humains sur la biodiversité. L’UNESCO contribuera également à l’amélioration des connaissances, à l’évaluation des tendances et de l’état de la biodiversité et des services écosystèmiques, à l’identification de réponses politiques potentielles et au développement des capacités de l’interface science-politique de la biodiversité.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page