11.03.2013 - Secteur de la Communication et de l'information

Avancées pour la sécurité des journalistes au Pakistan

© UNESCO,Promouvoir la sécurité des journalistes à la conférence d’Islamabad : Phyza Jameel, UNESCO, Spécialiste pour la Communication et Information et Francesco d'Ovidio, Directeur pays de l’Organisation internationale du travail et représentant du Comité des droits de l’homme de l’équipe de pays des Nations Unies au Pakistan

Sous les auspices du plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité, la Pakistan Coalition of Media on Safety (PCOMS) [Coalition pakistanaise des médias pour la sécurité] a été lancée au cours d’une conférence à Islamabad le week-end dernier. Cette initiative fait suite aux recommandations de la Déclaration d’Islamabad adoptée lors d’une conférence organisée par l’UNESCO en novembre de l’année dernière.

La PCOMS est une alliance de parties prenantes des médias du pays, qui travaille à l’unification des programmes pour la sécurité des journalistes, des travailleurs des médias et des groupes médiatiques. Son lancement a été le point culminant d’une conférence des 6 et 7 mars, organisée par Intermedia Pakistan avec le soutien d'International Media Support (IMS), d'Open Society Foundations (OSF) et de l'UNESCO; conférence à laquelle de nombreuses parties prenantes, comme des membres du parlement, ont assisté.

Le Directeur exécutif d’Intermedia Pakistan, Adnan Rehmat, a déclaré : « la démocratie n’est pas en sécurité tant que les journalistes ne le sont pas non plus ». Au cours des cinq dernières années (2009 – janvier 2013), Intermedia a dénombré 44 assassinats de journalistes pakistanais, pour la plupart des pigistes et des indépendants, qui n’ont pas donné lieu à la condamnation des responsables.

Cette coalition inclut des représentants de l’Union fédérale des journalistes du Pakistan, de l’Association des sociétés de radiodiffusion, des propriétaires de groupes médiatiques ou d’édition ainsi que des ONG.

« Cette initiative importante montre que le plan d’action des Nations Unies a le pouvoir de catalyser des avancées significatives dans le but d’assurer la sécurité des journalistes » a déclaré Guy Berger, Directeur de la Division pour la liberté d’expression et le développement des médias au siège de l’UNESCO, à Paris. Kozue Kay Nagata, Directeur de l’UNESCO au Pakistan, a aussi souligné l’importance de la sécurité des journalistes en tant que condition préalable à la couverture médiatique, qui pourrait contribuer au développement et à une meilleure éducation au Pakistan.

Le Coordonnateur résident des Nations Unies pour le Pakistan, Timo Pakkala, a exprimé son soutien à la conférence, tout comme l’ont fait Kazuo Tase, du Centre d’information des Nations Unies à Islamabad et Francesco d'Ovidio, Directeur pays de l’Organisation internationale du travail et président de l’équipe spéciale inter institutions sur les droits de l’homme de l’équipe de pays des Nations Unies. Axel Plathe, Directeur de l’UNESCO au Népal, a partagé son expérience de la mise en place du plan des Nations-Unies.

Ce plan des Nations Unies a été conçu en 2011 et finalisé en novembre 2012 au sein d’une Stratégie de mise en œuvre qui propose des recommandations pour la mise en place au niveau national.

La conférence a aussi établi l’International Friends of Media Alliance on Safety [Alliance internationale des amis des médias pour la sécurité] qui rassemble des organisations internationales de soutien au développement des médias, qui veulent coordonner leurs efforts pour la sécurité des médias au Pakistan.

Cette alliance comprend : le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), la Media Legal Defence Initiative (MLDI), Article IX, la Fédération internationale des journalistes (FIJ), la Maison de la liberté (FH), l’Institut international pour la sécurité de la presse (INSI), Reporters sans frontières (RSF), l’International Media Support (IMS), l’UNESCO, l’Institut international de la presse (IIP), Internews Networks, le réseau Echange international de la liberté d'expression (IFEX), Amnesty International (AI), l’Association mondiale des journaux (WAN-IFRA), l’Institut Fojo et la Press Emblem Campaign (PEC).

Un groupe de travail de la PCOMS travaillera à présent à la rédaction d’une « charte nationale sur la sécurité des médias » qui prend sa source dans la déclaration d’Islamabad et d’autres programmes de travail afin de définir les domaines d’action prioritaires, ainsi que de dresser une liste des actions individuelles ou communes pour la mise en œuvre du plan des Nations Unies au Pakistan. Cette charte sera suivie par un « plan de route pour la sûreté et la sécurité » plus détaillé.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page