» Le projet visant à cartographier les fonds marins d’ici 2030 est opérationnel
07.03.2018 - Commission océanographique intergouvernementale

Le projet visant à cartographier les fonds marins d’ici 2030 est opérationnel

Le projet Seabed 2030 de la Nippon Foundation-GEBCO visant à cartographier la totalité des fonds marins d’ici 2030 a débuté ses activités grâce à un capital d’amorçage de 2 millions de dollars US par an de la Nippon Foundation (Japon).

Officiellement lancé lors de la Conférence des Nations Unies sur les océans (5-9 juin 2017) à New York, le projet s’appuie sur l'expérience d’organisations internationales et d’experts en cartographie sous la coordination de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) et de l’Organisation hydrographique internationale (OHI).

Une carte complète des fonds océaniques pourrait contribuer aux efforts mondiaux visant à lutter contre la pollution, assurer la conservation marine, prévoir la propagation des ondes de tsunami et mieux comprendre l’étude des marées et d’action des vagues. Elle pourrait également être utile aux opérations de recherche et de sauvetage, comme lors de la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines en mars 2014.

Malgré l’utilité évidente de leurs applications, des données bathymétriques détaillées – la topographie du plancher océanique – manquent encore pour une grande partie de l’océan mondial. Plus de 85% du plancher océanique de la planète reste à cartographier par des méthodes de cartographie modernes et, quelles que soient les normes technologiques invoquées, nous en savons plus sur Mars que sur les profondeurs de l’océan.

Le projet Seabed 2030 contribuera de façon significative à l’Objectif de développement durable 14 : « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable », ainsi qu’à la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable proclamée en décembre dernier par l’Assemblée générale.

« Entre 2021 et 2030, la Décennie de l’ONU pour les sciences océaniques au service du développement durable devrait servir de cadre collectif pour renforcer les investissements dans les sciences et technologies océaniques. Cartographier les fonds marins devrait donc constituer l’une des grandes réussites de ce partenariat mondial, » a indiqué Vladimir Ryabinin, Secrétaire exécutif de la COI.

Lors d’un événement spécial organisé le 20 février à Tokyo, le Président de la Nippon Foundation, M. Yohei Sasakawa, a annoncé que le projet Seabed 2030 était à présent pleinement opérationnel. Il a appelé au « soutien d’un grand nombre de parties prenantes, notamment des experts techniques de renommée mondiale. Il est primordial que la communauté maritime travaille main dans la main pour atteindre cet objectif important, » surtout par le biais d’engagements financiers qui permettront d’augmenter le capital de départ promis par la Nippon Fondation.

Un panel de spécialistes éminents de la cartographie océanique a participé, sous la bannière de la Carte générale bathymétrique des océans (GEBCO) de la COI-OHI, à l’événement à Tokyo, en présence de Shin Tani et le Professeur Martin Jakobsson, respectivement Président et Vice-Président du Comité directeur du GEBCO. Ils ont souligné qu’une compréhension de la bathymétrie de l’océan mondial est essentielle non seulement pour améliorer la navigation maritime, mais également notre capacité à prédire les changements climatiques et à surveiller la biodiversité et les ressources marines.

L’événement a été l’occasion de présenter le premier Directeur de Seabed 2030, M. Satinder Bindra. M. Bindra, ancien journaliste international, apportera sa grande expérience acquise à la Banque asiatique de développement, au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et à l’ONU Environnement, où il a appuyé des initiatives environnementales clés ainsi que le développement durable. Il dirigera et coordonnera les efforts de l’équipe projet internationale.

M. Bindra a noté que « depuis son lancement, le projet a fait des progrès rapides en s’appuyant sur l’expérience de près de 28 organisations et réseaux internationaux répartis dans plus de 50 pays. » Il a ensuite présenté la feuille de route du projet, préparée par une équipe d’experts en cartographie océanique, de même qu’une structure basée sur quatre centres régionaux, chacun étant responsable d’une région spécifique de l’océan, et sur un centre mondial chargé de produire la carte mondiale.

Les centres régionaux seront hébergés par des institutions universitaires et de recherche en Allemagne, en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis et en Suède. Le centre mondial, responsable de la gestion centralisée des données et des produits, est basé au Centre national d’océanographie de Southampton (Royaume-Uni).

En conclusion, M. Bindra a insisté : « Il s’agit d’une occasion unique de construire un bien commun mondial et de faire quelque chose d’important pour les générations futures… A mesure que nous renforcerons notre coopération, nous pourrons approfondir notre compréhension de l’océan et améliorer notre capacité à cartographier les 85% restants des fonds marins, et ce, plus rapidement que jamais. »

***

La Carte générale bathymétrique des océans (General Bathymetric Chart of the Oceans, GEBCO) s’est associée à la Nippon Foundation pour le projet Seabed 2030. GEBCO est un projet conjoint de l’Organisation hydrographique internationale (OHI) et de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO – l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. Elle est la seule organisation dont la mission est de cartographier la totalité des fonds marins. Elle a pour origine la série de cartes GEBCO initiée en 1903 par le Prince Albert I de Monaco et pour objectif de fournir des ensembles de données bathymétriques les plus fiables et les plus accessibles possibles sur l’océan mondial.

La Nippon Foundation est une fondation privée à but non lucratif établie en 1962 dans le but de mener des activités philanthropiques, qu’elle finance grâce aux recettes de courses de bateaux à moteur. Les objectifs globaux de la Fondation consiste en l’innovation sociale, l’aide aux activités humanitaires et la gestion mondiale de l’océan, en incorporant les idéaux du développement social et de l’autosuffisance. La Fondation applique ces principes en œuvrant pour améliorer la santé publique et l’éducation, réduire la pauvreté, éliminer la faim et venir en aide aux personnes handicapées.

***

Pour plus d'information, veuillez contacter :

Tetsushi Komatsu (t.komatsu(at)unesco.org)




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page