» Une culture de la Paix à travers l’éducation : UNESCO participe aux célébrations de la journée internationale ...
15.06.2016 - UNESCO Office in Dakar

Une culture de la Paix à travers l’éducation : UNESCO participe aux célébrations de la journée internationale des Casques Bleus à Dakar

©UNPHOTO/M. Dormino

La promotion de la culture de la paix joue un rôle central dans la mission de l’UNESCO. Le concept de « Culture de la paix » est né en Afrique, car il a été élaboré pour la première fois à une échelle planétaire par l’UNESCO lors du Congrès international sur « La paix dans l’esprit des hommes », organisé à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire en 1989.

L’Assemblée générale des Nations Unies considère qu’une culture de la paix consiste en « cet ensemble de valeurs, d’attitudes, de traditions et coutumes, de modes de comportement et de styles de vie qui reflètent et impliquent le respect de la vie et le respect de l’être humain et de ses droits, la répudiation de la violence sous toutes ses formes, la reconnaissance de l’égalité de droits des hommes et des femmes, la reconnaissance du droit de chacun à la liberté d’expression, d’opinion et d’information, l’attachement aux principes de la démocratie, de la liberté, de la justice, du développement pour tous, de la tolérance, de la solidarité, du pluralisme et de l’acceptation des différences ainsi que de la compréhension entre nations, entre groupes ethniques, religieux, culturels et autres, et entre individus. Les éléments constitutifs d’une culture de la paix sont donc la non-violence et le respect des droits de l’homme, le respect et la solidarité entre les peuples et le dialogue entre les cultures, la corrélation entre la paix, d’une part, et la participation démocratique et le développement humain durable, d’autre part, le libre mouvement et la mise en commun des informations et des connaissances, les actions qui contribuent à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix après les conflits, et l’égalité entre les hommes et les femmes, toutes choses au service desquelles doivent être mis des projets conçus de manière à permettre à chacun de s’employer activement à changer son système de valeurs, ses attitudes et ses comportements ».

Héritière de l’histoire de la pensée africaine et de la diaspora, la culture de la paix est endogène au continent. Les intellectuels africains n’ont pas adopté une posture de repli sur soi ou de confrontation avec le reste du monde. Ils ont prôné une conscience identitaire et d’ouverture à d’autres peuples et cultures. C’est à l’Afrique et aux Africains, comme Léopold Sédar Senghor, que l’Humanité doit le concept de « refondation de la civilisation de l’universel », fruit du dialogue entre cultures et civilisations.

Pour promouvoir la coopération inter-agence pour la promotion de la culture de la paix, UNESCO a partagé sa vision, son cadre d’action et ses activités sur l’éducation à la culture de la paix lors des célébrations de la Journée Internationale des Casques Bleus avec un débat sur « la paix à travers l’éducation et la culture » au Centre d’Information des Nations Unies à Dakar le vendredi 27 mai 2016.

Le Centre d’Information des Nations Unies de Dakar (CINU) et le Bureau Régional du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH/BRAO) en partenariat avec le Bureau du Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), l’UNESCO et l’association du Capitaine Mbaye Diagne ont organisé une conférence avec pour thème Honorer nos héros : « La paix à travers l’éducation ».

Cette année, la journée internationale des Casques Bleus a rendu hommage à nos héros, plus d’un million d’hommes et de femmes qui ont servi sous les couleurs du drapeau des Nations Unies avec distinction et courage depuis le premier déploiement de personnel de maintien de la paix en 1948. Dans le monde il y a eu plus de 3400 casques bleus qui depuis cette année ont trouvé la mort dans l’exercice de leurs fonctions.

Durant les célébrations de cette journée à Dakar, un hommage a été rendu au Capitaine Mbaye Diagne, officier sénégalais de la mission des Nations Unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR), qui a sauvé, sans arme et face à un danger extrême, la vie de centaines, voire d’un millier de Rwandais lors du génocide de 1994 au Rwanda. Parmi les participants figurent notamment la femme du capitaine Mbaye Diagne, Madame Yacine Mar Diop, et le colonel Faye, représentant le chef d’état-major des armées sénégalaises. La mémoire des actions du Capitaine a été ravivée à travers la projection du film « Etoiles noires : Le Capitaine Mbaye Diagne » du réalisateur Djieydi Djigo et une chanson dédiée au capitaine « African héro » par le chanteur Rwandais Manu Rusengamihigo.

Dans ce cadre, l’UNESCO a contribué avec le partage de sa vision, son cadre d’action et de ses activités liés notamment à l’éducation à la culture de la paix. « Pour aboutir à la paix à travers l’éducation et la culture, plusieurs programmes ont été mis en place en appui à nos Etats Membres »- affirme Hervé-Huot Marchand, spécialiste de l’éducation au Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, en citant quelques exemples comme le Manuel de Référence de la CEDEAO avec des modules sur la culture de la paix, la prévention et gestion des conflits, les droits humains, la citoyenneté et le civisme, la démocratie et la bonne gouvernance, le genre, la santé publique, l’environnement, entre autres.

En plus, d’autres projets concernant des cours en ligne d’autoformation à l'éducation pour la paix et la promotion du rôle des média dans la prévention de la violence et de l’extrémisme à travers des campagnes et des conférences de sensibilisation sur la jeunesse et contre la radicalisation et le discours de haine en ligne ont été présentés. Ces projets, tout comme d’autres en développement avec un caractère multisectoriel dans les différentes champs d’intervention de l’UNESCO, montrent l’engagement continu de l’UNESCO pour atteindre une autonomisation socio-économique des jeunes et pour le développement durable des pays.

« Les jeunes, à travers une éducation basée sur le respect, le dialogue, l’égalité, la solidarité, le respect de la nature, la tolérance et le partage des responsabilités peuvent être le moteur pour une vision du monde plus respectueuse, multiculturelle, démocratique et plurielle, où l’engagement pour régler pacifiquement tous les conflits est toujours à l’ordre du jour » réaffirme Saip Sy, coordonnateur national de programme au Bureau de l’UNESCO à Dakar.

D’autres informations sur cette activité sont disponibles sur le site du CINU : http://dakar.sites.unicnetwork.org/2016/05/27/celebration-de-la-journee-internationale-des-casques-bleus-lonu-et-lassociation-capitaine-mbaye-diagne-rendent-hommage-aux-heros/




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com