» L’UNESCO et le Parlement européen s'unissent contre l'extrémisme violent
21.03.2017 - ODG

L’UNESCO et le Parlement européen s'unissent contre l'extrémisme violent

© UNESCO

«Construire un avenir plus juste, plus pacifique et plus durable pour tous commence sur les bancs de l'école», a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, lors de son discours d'ouverture, le 21 mars, à l’occasion d’un événement organisé au Parlement européen en partenariat avec l'UNESCO sur « le rôle de l'éducation dans la prévention de l'extrémisme violent ».

La réunion était organisée à la veille du premier anniversaire des attaques terroristes de 2016 à Bruxelles, et s'est déroulé sous la conduite de M. Pavel Telicka, vice-président du Parlement européen, et de M. Ilhan Kyuchyuk, membre du Parlement européen, en présence de nombreux parlementaires.  

A cette occasion, la Directrice générale a appelé à la création de nouvelles formes d'éducation.

«Nous avons besoin d'une éducation de qualité qui touche toutes les filles et tous les garçons, une éducation qui favorise le dialogue et la compréhension entre les cultures», a-t-elle déclaré. « L'éducation aujourd'hui doit porter sur l'apprentissage de la vie dans un monde sous pression, il doit traiter des nouvelles formes d'alphabétisation culturelle. »

Ce message été repris par Pavel Telicka, qui a déclaré que les jeunes «ne sont pas nés terroristes», et par Ilhan Kyuchyuk, qui a souligné l'importance de l'éducation, des compétences et des opportunités d'emploi, « pour renforcer l’autonomisation des jeunes tout en respectant les droits de l'homme et les libertés fondamentales. »

Irina Bokova a ainsi souligné que « Nous devons agir rapidement, non seulement pour contrer l'extrémisme violent, mais pour empêcher sa propagation », soulignant que l'éducation est le moyen le plus puissant de construire la paix et de contrer les processus qui peuvent mener à l'extrémisme violent.

« Nous devons construire les défenses de la paix dans l'esprit des femmes et des hommes, en commençant par l'éducation », a déclaré la Directrice générale en rappelant l'importance du « soft power » pour contrer une menace qui s'appuie sur une vision exclusive du monde, sur de fausses interprétations de la foi, sur la haine et l'intolérance.

L'événement comportait une table ronde qui a exploré «comment empêcher l'extrémisme violent et la radicalisation par l'éducation».

Paolo Fontani, Représentant de l'UNESCO auprès des institutions européennes, a animé le panel composé du Professeur Pat Dolan, du Centre de recherche sur l'enfance et la famille de l'UNESCO, Hans Bonte, Maire et Représentant fédéral pour la circonscription de Bruxelles-Halle-Vilvoorde et Sara Zeiger, Analyste d’Hedayah.

Le professeur Pat Dolan a souligné l'importance de nourrir l'empathie chez les jeunes, de construire l'engagement et de promouvoir l'autonomisation tout en approfondissant la solidarité. « Pour tout cela, l'éducation est la clé. »

Le maire et député Hans Bonte a partagé l'expérience de la ville de Vilvoorde dans la prévention et la lutte contre la radicalisation menant à l'extrémisme violent - la ville ayant vu un nombre record de jeunes radicalisés partir en Syrie.

« Les jeunes sont aujourd'hui confrontés à un énorme stress », at-il déclaré. «Nous devons en tenir compte lorsque nous parlons d'éducation et de systèmes éducatifs pour soutenir les jeunes et les maintenir en apprentissage. Nous devons travailler sur tous les fronts, avec les jeunes, dans les écoles – c’est précisément là que tout se joue. »

Il a souligné la nécessité d'établir des liens au niveau local pour créer et nourrir le sentiment d'appartenance et de solidarité pour les jeunes de tous horizons.

Sara Zeiger, d’Hedayah, le Centre international d'excellence pour la lutte contre l'extrémisme violent, basé à Abu Dhabi, EAU, a parlé de la nécessité d’adopter des approches globales de l'éducation pour un impact maximal, adapté à des contextes spécifiques. Elle a partagé les bonnes pratiques de deux cas, au Pakistan et au Nigéria, qui ont favorisé l’émergence de l’esprit critique, de la capacité de résilience ainsi que des compétences professionnelles chez les jeunes.

Des discussions ont ensuite été menées sur l'importance de renforcer l'éducation aux médias auprès des jeunes et d'approfondir le dialogue avec les représentants religieux - y compris pour lutter contre le discours de haine sur Internet tout en respectant les droits de l'homme. Le rôle essentiel de l'appui aux enseignants a été souligné dans les discussions.

«Nous devons aider les jeunes à développer un nouveau sentiment d'appartenance, de nouvelles compétences et leur donner confiance en l'avenir - et cela doit commencer sur les bancs des écoles», a conclu Irina Bokova.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page