» Au côté du Président Hollande et du Vice-Président Biden pour la défense du patrimoine culturel
21.09.2016 - ODG

Au côté du Président Hollande et du Vice-Président Biden pour la défense du patrimoine culturel

Courtesy The Metropolitan Museum of Art/Don Pollard

Le 20 septembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a participé à une manifestation organisée par le Metropolitan Museum of Art (MET) et le Département d’État américain qui avait pour thème « La lutte actuelle pour la protection et la préservation du patrimoine culturel des minorités religieuses ».

Le Président français, François Hollande, et le Vice-Président des États-Unis, Joe Biden, ont prononcé un discours inaugural introduit par le Sous-Secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des Emirats Arabes Unis, Cheikh Abdullah bin Zayed bin Sultan Al Nahyan.

Le Secrétaire d'État adjoint pour les affaires éducatives et culturelles, Evan Ryan, est intervenu lors de la manifestation, qui s’est tenue au MET de New York, menée par le Directeur du musée, Thomas P. Cambell.

Le Vice-Président Biden a lancé un message fort pour rappeler l’importance du patrimoine culturel pour toutes les femmes et tous les hommes.

« L’aspiration à construire, l’aspiration à sanctifier les traditions est ce qui nous rend humains et c’est pourquoi défendre le patrimoine culturel revient à défendre l’humanité tout entière », a déclaré le Vice-Président.

Le Président Hollande a parlé de son engagement personnel à défendre le patrimoine commun de l’humanité. C’est une incitation à constituer une nouvelle coalition mondiale qui s’appuierait sur l’expérience de l’UNESCO et sur les conventions existantes et créerait de nouveaux mécanismes de prévention, d’intervention d’urgence, de réhabilitation et de restauration financés par un nouveau fonds. Le Président Hollande a évoqué en particulier la prochaine conférence qui sera organisée à Abou Dhabi en décembre pour lancer ce dispositif.

« Il s’agit de défendre notre histoire commune pour construire ensemble l’humanité », a déclaré François Hollande.

La Directrice générale de l’UNESCO a parlé de la nécessité d’agir en partenariat et avec détermination.

« Le patrimoine culturel d’intérêt religieux est en première ligne des nouveaux conflits alimentés par des idéologies prônant l’extrémisme violent », a déclaré Irina Bokova. 

« Ces destructions délibérées constituent un crime de guerre et sont devenues une tactique de guerre pour répandre la peur et la haine. »

Le Secrétaire d'État adjoint pour les affaires éducatives et culturelles, Evan Ryan, a parlé de l’importance « d’alerter sur le patrimoine en péril ».

« Ces destructions ne peuvent être dissociées des persécutions dirigées contre les personnes et les minorités pour des motifs culturels et religieux », a poursuivi Irina Bokova.

« Il ne s’agit pas seulement de protéger de vieilles pierres, mais de défendre les droits humains et notre humanité commune. »

La Directrice générale a souligné le rôle moteur de l’UNESCO dans ce domaine, comme en témoigne la reconstruction de 14 mausolées détruits par des extrémistes violents à Tombouctou, au Mali, et le renforcement de son partenariat avec la Cour pénale internationale en vue de mettre fin à l’impunité pour de tels crimes. 

Elle a évoqué la Convention de 1970 contre le trafic illicite des biens culturels de l’UNESCO comme un fondement sur lequel s’appuyer.

Une table ronde a suivi, modérée par Knox Thames, Conseiller spécial des États-Unis pour les minorités religieuses au Proche-Orient, en Asie du Sud et en Asie centrale, à laquelle ont participé Lise Ackerman, World Monuments Fund ; Zainab Bahrani, Université de Columbia ; Elizabeth Bolman, Temple University ; et Christina Maranci, Tufts University.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com