» Le Comité directeur pour l’agenda Éducation 2030 trace la feuille de route pour 2017-2019
14.12.2016 - Education Sector

Le Comité directeur pour l’agenda Éducation 2030 trace la feuille de route pour 2017-2019

© UNESCO - UNESCO Assistant Director-General for Education Mr Qian Tang with H.E. Dessima Williams. Special Adviser for the Implementation of the Sustainable Development Goals, UN General Assembly

Les membres du Comité directeur Éducation 2030 ont défini une feuille de route biennale pour traduire les engagements de l’agenda Éducation 2030 en actions.

Le plan d’action a été élaboré à l’issue d’une réunion de deux jours qui s’est tenue au Siège de l’UNESCO les 8 et 9 décembre, durant laquelle les 38 membres du Comité directeur ont examiné les moyens de renforcer la coordination au niveau régional et mondial, de coopérer avec la Commission de l’éducation et d’approuver les instruments d’évaluation des progrès. Plus généralement, le Comité a décidé de la meilleure façon de collaborer, en particulier en ce qui concerne le plaidoyer, les politiques et les stratégies, le suivi et l’évaluation, et le financement.

« L’éducation est au centre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, en tant que droit humain fondamental, en tant que force pour l’emploi, la transformation et la paix », a réaffirmé le Sous-Directeur général de l’UNESCO pour l’éducation, M. Qian Tang, ouvrant la réunion au nom de la Directrice générale, Irina Bokova.

Lors de la réunion, à laquelle ont participé des représentants de la société civile et d’organismes internationaux, ainsi que des représentants nationaux et régionaux, Dessima Williams, Conseillère spéciale pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable auprès de l’Assemblée générale des Nations Unies, est intervenue pour souligner l’importance de sensibiliser le public au programme des ODD.

« Si les systèmes éducatifs y parviennent, nous pouvons être plus confiants dans le fait que les prochaines générations ancreront profondément les ODD dans leur cœur et dans leur esprit, tout en tenant leurs gouvernements responsables », a-t-elle dit.

Première année charnière

Suite à une présentation de la directrice de l’Institut de statistique de l’UNESCO, Sylvia Montoya, le Comité directeur a approuvé les indicateurs élaborés par un groupe de travail conjoint afin de suivre les progrès accomplis dans la réalisation des 10 cibles de l’Objectif de développement durable 4 (ODD 4).

Soulignant l’importance de l’éducation pour atteindre l’ensemble des ODD, Aaron Benavot, directeur du Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM), a présenté les conclusions du Rapport GEM 2016 intitulé « L’éducation pour les peuples et la planète », qui explore les liens entre l’éducation et les ODD.

Les participants ont salué la contribution apportée par la Commission internationale pour le financement de possibilités d'éducation dans le monde dans son rapport publié en septembre. Il a été convenu que l’idée d’élaborer un nouveau Pacte de financement de l’éducation pour la « Génération des apprenants » – la principale recommandation du rapport – pourrait être réalisée au mieux en assurant des liens actifs entre le Comité directeur et les 25 hauts commissaires de la Commission de l’éducation.

Tirer parti des efforts nationaux

La deuxième journée de la réunion a été consacrée aux moyens de tirer le meilleur parti des efforts des pays, des organisations régionales et des mécanismes mondiaux.

Le Comité a reconnu le rôle important que jouent les « pays champions » dans la sensibilisation par le biais de l’Initiative mondiale du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation avant tout (2012-2016), qui a inscrit l’éducation à la citoyenneté mondiale et l’éducation dans les situations d’urgence à l’agenda politique. Compte tenu du caractère universel de l’agenda Éducation 2030, ils ont décidé de mettre en place des plates-formes afin de partager les expériences entre les pays sur les questions émergentes dans le domaine de l’éducation.

Le Comité directeur s’est penché sur les moyens d’approfondir la coopération au niveau régional dans le cadre des processus et mécanismes régionaux élargis, tels que ceux qui existent déjà en Afrique, dans les États arabes et en Europe ainsi qu’au niveau international, notamment avec le Forum politique de haut niveau des Nations Unies, ainsi qu’avec la société civile et le secteur privé.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page