» Un élève témoignage sur le harcèlement lors d’un colloque international
03.02.2017 - Education Sector

Un élève témoignage sur le harcèlement lors d’un colloque international

O Driscoll Imaging/Shutterstock.com

Jakob Hennaert, élève d’une école associée de l’UNESCO en Belgique, a partagé son expérience personnelle de harcèlement scolaire devant plus de 270 personnes venues de 70 pays lors du Colloque international sur la violence et le harcèlement à l’école : des données à l’action qui s’est tenu à Séoul, en République de Corée.

« Je faisais partie des enfants harcelés. À l’école primaire je me sentais un peu exclu, l’un de ces enfants plus âgés dont les autres enfants se moquaient …en tant qu’enfant, c’était très dur pour moi, et chaque jour mon père devait me forcer à aller à l’école », a dit M. Hennaert, de l’école Athénée Royal de Koekelberg.

« Un enfant est censé jouer, mais c’est très dur quand vous n’avez pas d’amis…le sentiment d’être laissé de côté est un sentiment qu’aucun enfant ne devrait connaître, mais malheureusement cela arrive encore ». 

Bien que la situation se soit améliorée pour M. Hennaert au collège, grâce à des enseignants compréhensifs et à un environnement scolaire épanouissant, chaque année, des millions d’autres filles et garçons souffrent de violences scolaires.

« Le harcèlement est vraiment un grand problème auquel sont confrontées la plupart des écoles, mais c’est devenu encore pire à cause d’Internet. Même chez eux, les enfants reçoivent des messages blessants. J’ai vu des élèves perdre complètement confiance en eux à cause des choses blessantes, et souvent fausses, qui se disaient sur eux sur les réseaux sociaux », a-t-il dit.

De nouvelles mesures concrètes

Deux semaines après le Colloque international, organisé conjointement par l’UNESCO et l’Institut de prévention de la violence scolaire à l’Université féminine Ewha à Séoul, en République de Corée, du 17 au 19 janvier 2017, des mesures concrètes ont été prises pour rendre les écoles sûres et exemptes de violence pour tous.

Comme annoncé durant l’événement, l’UNESCO a commencé à mettre au point une plate-forme pour le suivi et l’évaluation des progrès accomplis dans la lutte contre la violence et le harcèlement à l’école, comprenant les données nouvelles et existantes et renforçant les indicateurs.

Les participants ont également dressé une liste d’actions pour mettre en œuvre les recommandations issues du Rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur la Protection des enfants contre les brimades, en tenant compte d’autres rapports clés tels que Au grand jour : réponses du secteur de l'éducation à la violence fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité ou l'expression de genre, Lutte contre la violence de genre en milieu scolaire : orientations mondiales, et le nouveau rapport Violence et harcèlement à l'école : rapport sur la situation dans le monde, qui a été publié le premier jour du colloque.

En outre, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence à l'encontre des enfants, Marta Santos Pais, a annoncé un nouveau rapport en 2018 sur la mise en œuvre des recommandations du Secrétaire général.

S. E. Young Lee, Vice-Ministre de l’éducation de la République de Corée, ouvrant le colloque au nom de S. E. Joon Sik Lee, Vice-Premier Ministre et Ministre de l’éducation, a évoqué l’impact de la violence et du harcèlement à l’école sur les enfants et les jeunes, en ajoutant que « les écoles devraient être un endroit où les enfants se sentent heureux et créatifs ».

Le Ministre de l’éducation du Bhoutan, S. E. Norbu Wangchuk, a dit aux participants que « …les écoles sont le miroir de la société actuelle, mais aussi un indicateur de l’avenir de la société ».




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page