» Premier test réussi pour le système d'alerte aux tsunamis dans l'Atlantique du Nord-Est, la Méditerranée et le...
10.08.2011 - UNESCO PRESSE

Premier test réussi pour le système d'alerte aux tsunamis dans l'Atlantique du Nord-Est, la Méditerranée et les mers adjacentes

Le dispositif de communication du système d'alerte rapide aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'Atlantique du Nord-Est, la Méditerranée et les mers adjacentes (NEAMTWS) a été testé pour la première fois avec succès le 10 août. Cette étape constitue bond en avant pour le système qui a été lancé en 2005 sous l'égide de la Commission océanographique intergouvernementale (COI).

Les points focaux d'alerte aux tsunamis de 31 pays participants* de la région ont reçu un message de test à 10h36 GMT, par courrier électronique, télécopie et par le Système mondial de télécommunications (SMT) ** de  l’Observatoire et Institut de Recherche Sismique Kandilli d’Istanbul (KOERI, Turquie). Les premiers résultats montrent que les messages ont été bien reçus quelques minutes à peine après leur envoi.

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, s’est félicitée du succès de ce premier essai. «Cette dernière décennie nous a montré, à elle seule, la terrible force destructrice des séismes et des tsunamis à plusieurs reprises », a déclaré la Directrice générale. « Le test d'aujourd'hui représente une étape importante vers l'amélioration de la sécurité pour la vie de dizaines de millions de personnes vivant dans cette région en particulier, et répond aux ambitions de l'UNESCO d'établir un système mondial d'alerte rapide».

«L'objectif du test était de s'assurer du bon fonctionnement des flux de communication entre points focaux des centres régionaux et nationaux potentiels, a déclaré Ocal Necmioglu, co-président de l'Équipe spéciale du NEAMTWS pour la communication et chercheur responsable de cet exercice à KOERI. «L'exercice s'est bien déroulé. Une évaluation complète sera faite dans les prochains jours.»

«La transmission rapide des messages d'alerte et la réactivité des autorités nationales sont cruciales pour l'efficacité de tout le système d'alerte aux tsunamis, notamment en Méditerranée où les tsunamis se propagent en un temps très court», a déclaré François Schindelé, Président du Comité intergouvernemental du groupe de coordination du NEAMTWS.

Le succès de ce premier essai ouvre la voie à la création de nouveaux centres régionaux d'alerte aux tsunamis. Les deux premiers centres, KOERI en Turquie et le Centre d’énergie atomique en France, devraient être opérationnels en 2012 à l’issue d’un test plus complet. D’autres tests sont prévus en Grèce, Italie et Portugal à une date ultérieure.Bien qu’ils soient historiquement moins fréquents que dans les océans Pacifique, des tsunamis liés à une activité sismique dans la région de la Méditerranée et de l’Atlantique du Nord-Est ont déjà été observés. En 1755, la ville de Lisbonne a été détruite par un important tsunami provoqué par un fort tremblement de terre au niveau de la faille Açores-Gibraltar. En 1908, un séisme sous-marin suivi d’un tsunami a emporté les vies de 100 000 personnes en Sicile et en Calabre (Italie). Plus récemment, des tsunamis de plus faible ampleur ont également été recensés notamment au large des côtes algériennes (2003).

Le système d’alerte rapide aux tsunamis dans l’Atlantique du Nord-Est et la Méditerranée est l’un des quatre systèmes d’alerte aux tsunamis et d’atténuation de leurs effets qui est coordonné par l'UNESCO-COI. Des systèmes similaires existent dans les océans Pacifique, Indien et dans les Caraïbes.
_____

*Il s’agit des 31 pays membres du Groupe intergouvernemental de coordination du Système d'alerte rapide aux tsunamis et de mitigation dans l'Atlantique du nord-est, la Méditerranée et les mers adjacentes (GIC/NEAMTWS) : Allemagne, Belgique, Bulgarie, Cap-Vert, Chypre, Croatie, Danemark, Egypte, Espagne, Estonie, Fédération de Russie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Israël, Italie, Liban, Malte, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Slovénie, Suède, Syrie, Turquie, Ukraine.

** Placé sous l'égide de l'Organisation météorologique mondiale, le Système mondial de télécommunications dispose de moyens et installations de télécommunications destinés à assurer rapidement la collecte, l'échange et la diffusion des données d'observation météorologique.

Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO

Contact : Sue Williams
Tél: +33 1 45 68 17 06; s.williams @ unesco.org




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page