» La langue arabe dans les programmes de l’UNESCO sur la traduction
11.12.2012 - Culture Sector

La langue arabe dans les programmes de l’UNESCO sur la traduction

Alors que l'UNESCO s'apprête à célébrer, le 18 décembre, la Journée internationale de la langue arabe, il est bon de rappeler que la traduction constitue un des piliers du dialogue et se trouve au centre des actions de l’UNESCO depuis sa création. L’analyse des échanges entre les pays, les régions et les langues effectués grâce à la traduction permet de comprendre, d’aider et de promouvoir le dialogue interculturel.

En 1948, au tout début de l’existence de l’UNESCO, l’Organisation a lancé l’idée de la création d’une Collection d’œuvres représentatives  - une sorte de liste de patrimoine littéraire de l’humanité. Le programme a pris fin il y une dizaine d’années, tout en restant un point de repère pour les éditeurs en quête de textes de référence à rééditer ou à traduire vers d’autres langues. On y trouve 62 titres des œuvres traduits de l’arabe vers trois langues véhiculaires (anglais, français, espagnol) : et une trentaine de textes traduits vers l’arabe .

L’Index Translationum, crée en 1932 par la Société des Nations et repris par l’UNESCO en 1948,  est le seul répertoire international des ouvrages traduits dans le monde, existant à ce jour.

Accessible en ligne , l’Index Translationum permet d’obtenir immédiatement les statistiques sur l’évolution des traductions par pays, par langue, par auteur, par thème ou par année.  

La base de données de l’Index recense, pour la période 1979-2009,  11.500 livres traduits vers l’arabe dans la quasi-totalité des pays arabophones .

Ce résultat est le fruit d’une collaboration de l’Index avec des bibliothèques nationales, instituts bibliographiques et ministères des pays arabes. L’UNESCO s’efforce de promouvoir et de refléter  une  image fidèle des échanges effectués par le biais de la traduction entre les pays arabes et le reste du monde.

La base de l’Index Translationum donne aussi la possibilité de mesurer la présence de la création littéraire et intellectuelle arabe dans le monde.

En plus de la  collecte de données l’Index Translationum collabore avec les pays arabes sur divers  projets liés à  la traduction. Tant au niveau national, par exemple, avec les traducteurs marocains  lors du colloque Le livre traduit et son rôle dans le développement culturel qui a eu lieu à Rabat en septembre 2012, qu’au niveau international lors de la participation à l’élaboration d’un vaste rapport sur la traduction dans la région méditerranéenne par le projet mené par la Fondation Ana Lindh et Transeuropéennes.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page