» La communauté #Khomani d’Afrique du Sud endeuillée par le décès d’une des dernières locutrices de la langue n|...
14.01.2013 - Culture Sector

La communauté #Khomani d’Afrique du Sud endeuillée par le décès d’une des dernières locutrices de la langue n|uu

Force est de constater que de plus en plus de communautés autochtones commencent à se désintégrer et leurs savoirs et leur langues s’affaiblissent.

L’UNESCO recense 2473 langues en danger, selon l’Atlas interactif UNESCO des langues en danger dans le monde.

Le n|uu est une de ces langues qui commencent à disparaître pour atteindre la quasi-extinction.

Mme Ouma Aenki Kassie, qui était l’une des dernières locutrices de langue n|uu, une langue en « situation critique » selon l’UNESCO, est décédée à Upington, en Afrique du Sud, le 7 janvier 2013.

Le n|uu, parlé par la communauté #Khomani d’Afrique du sud, est une langue San et la majorité de ces consonances sont des clicks. La plupart des #Khomani parle aujourd’hui le Khoekhoegowap (Nama) et/ou l’Afrikaans en première langue.

Avec le décès de Mme Ouma Aenki Kassie, il ne resterait que 7 locuteurs du n|uu.

En 2006, l’UNESCO a aidé les #Khomani à organiser des ateliers pour la revitalisation de la langue, mais davantage d’ efforts concertés sont nécessaires pour sauvegarder cette part précieuse du patrimoine de l’humanité.

Une langue qui disparaît, ce n’est pas seulement une perte pour le patrimoine culturel, c’est aussi une perte des savoirs traditionnels, comme le savoir précieux des herbes médicinales ou de certaines espèces locales ou encore la connaissance de l’environnement. Ainsi, chaque langue qui disparaît appauvrit l’humanité de multiples façons.

Aidez l’UNESCO à travailler avec les communautés et les gouvernements pour sauvegarder les langues en danger !

Contact: Anahit Minasyan, Specialiste de  Programme




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page