» Travailler en dépit des problèmes : l’UNESCO tente de placer l’éducation en Somalie sous le signe de l’espoir ...
26.06.2013 -

Travailler en dépit des problèmes : l’UNESCO tente de placer l’éducation en Somalie sous le signe de l’espoir et du progrès pendant une semaine difficile

Kate Holt- School children attend class in a make shift clarrroom, which is being run by SCC, and NGO which is supported by UNICEF in Majo camp for IDP's Mogadishu, Somalia on 10 July 2012

Mogadiscio – 20 juin 2013 – Pour la première fois en vingt ans, plus de deux cents spécialistes de l’éducation somaliens se sont réunis à Mogadiscio, en Somalie, pendant les trois jours de la Conférence sur l’éducation nationale (NEC) soutenue par l’équipe conjointe de l’UNESCO et de l’UNICEF.

En dépit des attaques lancées contre le siège de l’ONU le deuxième jour, les autorités somaliennes et l’équipe de la Conférence ont été en mesure de formuler un ensemble d’actions et de mécanismes prioritaires visant à renforcer le système éducatif somalien, notamment grâce au renforcement de la coopération entre les autorités responsables de l’éducation aux plan régional et national. Selon les propres termes du Président de la République fédérale de Somalie, Hassan Sheikh Mohamud, la NEC « a adressé un message explicite à ceux qui ont organisé l’attaque haineuse contre le siège de l’ONU : les Somaliens rejettent l’appel à la haine et à la violence ». Il a par ailleurs ajouté que l’éducation est « la clé de voûte de la reconstruction du pays et du processus de réconciliation. »

Aujourd’hui, en Somalie, sur les 1,7 million d’enfants (selon les estimations) en âge de fréquenter l’école primaire, seulement 710 860 sont scolarisés. Par ailleurs, seulement 37 % de l’ensemble des apprenants sont des filles. Ces chiffres sont le reflet des années de violences continuelles qui ont considérablement entravé l’élaboration du curriculum, des normes et des règles nationaux ainsi que la planification du secteur. De ce fait, le système éducatif du pays est devenu plus fragmenté, ce qui a eu une incidence sur la stabilité de l’ensemble.

Pour surmonter ces énormes obstacles, la NEC a rassemblé des responsables de l’élaboration des politiques de l’éducation, des planificateurs, des universitaires, des représentants du secteur privé, des représentants d’ONG et des membres de la société civile de haut niveau, de toutes les régions du pays, y compris de la diaspora somalienne.

Pendant les trois jours de la Conférence, ils ont examiné les défis et défini des réponses communes. Cinq thèmes ont fait l’objet d’une attention particulière : gouvernance de l’éducation, qualité de l’éducation, accès à l’éducation, éducation non formelle et formation des jeunes aux compétences de base, et enseignement supérieur.

Pendant les cérémonies d’ouverture, Mohamed Djelid, Directeur régional de l’UNESCO et représentant auprès de la Somalie, a souligné que « l’éducation de la Somalie doit progresser sur une voie que les Somaliens ont choisie, dans le respect d’une approche sectorielle, et soutenue par des partenaires œuvrant de concert dans le cadre de normes et de règles acceptables dans l’éducation » ; il a ajouté que « les autorités somaliennes de l’éducation doivent s’attendre à bénéficier du même niveau de soutien – dans le domaine de l’éducation – que les autres pays. »

Le deuxième jour de la NEC, à environ 11h35, le siège de l’ONU à Mogadiscio a été attaqué par des militants d’Al Shabaab. Pendant près de trois heures et demie, des coups de feu et des explosions ont retenti à travers la ville alors que les forces nationales somaliennes, avec le soutien de l’AMISOM, tentaient de sécuriser le complexe. (voir encadré) 

Le Président Hassan Sheikh Mohamud, dans son discours de clôture, s’est réjoui que la NEC ait continué en dépit des terribles événements, et a ajouté que la Conférence avait « adressé un message explicite à ceux qui ont organisé l’attaque haineuse contre le siège de l’ONU : les Somaliens rejettent l’appel à la haine et à la violence ». Il a déclaré que l’éducation est « la clé de voûte de la reconstruction du pays et du processus de réconciliation. »

Dans son intervention de clôture, la Ministre a souligné que « avec le soutien des amis du ministère – l’UNESCO et l’UNICEF – le ministère a été en mesure de démontrer de la façon la plus tangible qui soit que les choses pouvaient changer en Somalie. »

La NEC (18-20 juin 2013), a été organisée par la Direction de l’éducation, de la culture et de l’enseignement supérieur du ministère du Développement humain et de la Fonction publique et soutenue par le Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est (Nairobi) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). La Conférence et le programme de renforcement des capacités qui sera mis en place pour soutenir la mise en œuvre des conclusions adoptées lors de la réunion, sont financés grâce aux fonds d’urgence de l’UNESCO.

L’équipe de soutien de l’UNESCO envoyée à Mogadiscio était composée de Michael Croft (Coordinateur de programme), Hassan Keynan (Spécialiste de programme en éducation) et Walter Matoke (Assistant de programme). Lire les citations

De nombreux participants ont souligné que pour la première fois, une conférence à laquelle ils assistaient était entièrement conduite dans la langue nationale, ce qui a été fort apprécié et a démontré que le processus était entièrement sous contrôle des autorités nationales.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page