» Les filles sont deux fois plus nombreuses que les garçons à ne jamais commencer l’école, d’après l’eAtlas de l...
02.03.2016 -

Les filles sont deux fois plus nombreuses que les garçons à ne jamais commencer l’école, d’après l’eAtlas de l’UNESCO

© UN Photo/Marco DorminoA classroom in Gao, Mali

Paris, 2 mars– Près de 16 millions de filles âgées de 6 à 11 ans ne fréquenteront jamais l’école primaire, contre environ 8 millions de garçons si la tendance actuelle se poursuit, selon de nouvelles données de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU).*

Publié en amont de la Journée internationale de la femme (8 mars), l’eAtlas de l’UNESCO sur l’inégalité entre les sexes dans l’éducation montre que les filles sont  plus susceptibles d’être privées de leur droit à l’éducation, malgré tous les efforts et les progrès réalisés ces 20 dernières années. 

Les disparités entre les sexes restent les plus élevées dans les États arabes, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et de l’Ouest. 

En Afrique subsaharienne, 9,5 millions de filles n’iront jamais en classe contre cinq millions de garçons, selon les données de l’ISU. Au total, plus de 30 millions d’enfants âgés entre 6 à 11 ans ne sont pas scolarisés dans la région. Certains commenceront à un âge plus avancé, mais de nombreux autres enfants, dont une majorité de filles, resteront complètement exclus du système scolaire.  

L’écart entre les sexes est encore plus marqué en Asie du Sud et de l’Ouest, où 80 % des filles non scolarisées n’auront jamais accès à l’éducation formelle, contre 16 % des garçons non scolarisés. Cela concerne quatre millions de filles, contre près d’un million de garçons. 

Parmi les millions d’enfants exclus de l’école dans les États arabes, les filles sont majoritaires, bien qu’il soit impossible de produire des estimations précises en raison des conflits qui font rage dans la région.

« Nous n’atteindrons jamais les Objectifs de développement durable, si nous ne luttons pas contre la discrimination et la pauvreté qui affectent la vie des filles et des femmes d’une génération à l’autre », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « Nous devons travailler à tous les niveaux, des populations jusqu’aux dirigeants, pour inscrire l’égalité et l’inclusion au cœur de chaque politique, afin que toutes les filles, quelle que soit leur situation, aillent à l’école, restent à l’école et deviennent des citoyennes autonomes. »

L’eAtlas sur l’inégalité entre les sexes dans l’éducation illustre les écarts qui existent entre les sexes, du primaire au supérieur, en s’appuyant sur les dernières données disponibles de l’Institut de statistique de l’UNESCO. Avec quelque 100 cartes et graphiques interactifs, l’eAtlas montre les parcours éducatifs des filles et des garçons de plus de 200 pays et territoires.

« Nous voyons clairement où commencent les injustices et comment elles s’additionnent dans la vie des filles et des femmes les plus marginalisées », a déclaré Silvia Montoya, Directrice de l’Institut de statistique de l’UNESCO. « Mais les données montrent également que les filles qui commencent l’école primaire et effectuent la transition vers l’enseignement secondaire ont tendance à obtenir de meilleurs résultats que les garçons et à poursuivre leurs études. »

****

Besoin d’une carte interactive ou d’un graphique pour votre article, votre blog ou votre site Internet ? Vous pouvez facilement intégrer et partager les cartes et les graphiques de l’eAtlas de l’UNESCO sur l’inégalité entre les sexes dans l’éducation, automatiquement mis à jour avec les dernières données disponibles.

*L’ISU produit des données annuelles sur le nombre d’enfants non scolarisés et des estimations sur leur probabilité à commencer l’école. Il est important de noter que le nombre de filles et de garçons susceptibles de rester exclus de l’éducation peut varier considérablement d’une année à l’autre, en raison des fluctuations dans les estimations de la population.

Pour plus d’informations : 

Katja Frostell, Institut de statistique de l’UNESCO (Montréal, Canada), +1 514 343 7705, k.frostell(at)unesco.org




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page