07.03.2011 - UNESCOPRESS

L’UNESCO célèbre la Journée internationale de la femme

Le sort des millions de filles d’âge scolaire qui vivent dans des zones en conflit ou en situation de post-conflit sera mis en vedette lors du lancement à Paris du Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous de l’UNESCO, lancement qui se déroulera au siège de l’UNESCO le 8 mars, Journée internationale de la femme.

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, lancera la version française de ce rapport, intitulé La crise cachée : les conflits armés et l’éducation, lors de l’ouverture d’une conférence internationale sur l’égalité d’accès à l’éducation, à la formation et à la science et la technologie, qui réunira des intervenants de haut niveau venus de toutes les régions du globe.

« Le Rapport montre comment les viols et autres violences sexuelles ont été utilisés en tant que tactique de guerre dans de nombreux pays », a déclaré la Directrice générale. « L’insécurité et la terreur liées aux violences sexuelles maintiennent les jeunes filles en dehors des écoles. La Journée internationale de la femme est l’occasion de mettre en lumière cette injustice et de lutter contre elle».

Le Rapport appelle à mettre fin à l’impunité qui caractérise trop souvent ces violences sexuelles, en renforçant la surveillance des violations des droits de l’homme concernant l’éducation, en appliquant plus rigoureusement la législation internationale existante et en créant une Commission internationale sur le viol et les violences sexuelles, soutenue par la Cour pénale internationale.

Le lancement et la conférence ouvriront toute une série d’événements et d’initiatives de l’UNESCO destinés à célébrer la Journée internationale de la femme.

L’édition 2011 des Femmes font l’info, une initiative mondiale visant à promouvoir l’égalité entre les sexes dans les médias, sera aussi lancée à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Le thème de cette année – Formation à la maîtrise de l’information et des médias et genre – entend contribuer à une meilleure appréhension des perspectives de genre dans les médias et les systèmes d’information.

Une édition spéciale du Courrier de l’UNESCO sera également publiée à cette occasion. Les porte-parole des Sans-voix : Cinq femmes parlent de leurs actions regroupe des interviews de Michaelle Jean (Canada), Sana Ben Achour (Tunisie), Aminetou Mint el Moctar (Mauritanie), Sultana Kamal (Bangladesh) et Monica Gonzalez Mujica (Chili).

Des expositions artistiques se tiendront également à l’UNESCO lors de cette Journée, avec des femmes artistes du Brésil, d’Egypte, du Gabon, du Liban, de Thaïlande et des Etats-Unis. Plusieurs événements culturels sont aussi programmés le 8 mars, notamment une soirée musicale avec Kareyce Fotso (Cameroun) et Geta Burlacu (République de Moldova).

Le 9 mars, l’UNESCO accueillera la table ronde Autonomisation des femmes – Leadership social, éducatif et culturel, organisée en collaboration avec la Thaïlande (Salle IV).

La Journée internationale de la femme a été fêtée pour la première fois il y a près de 100 ans par une poignée de pays européens. Chaque 8 mars, l’UNESCO célèbre cette Journée en organisant autour d’un grand thème des tables rondes, conférences, expositions et événements culturels mettant en vedette des questions liées à l’autonomisation des femmes et la promotion de l’égalité entre les sexes.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page