» La Directrice générale de l'UNESCO convoque une réunion spéciale de l’équipe de direction pour examiner le pla...
21.06.2017 - ODG

La Directrice générale de l'UNESCO convoque une réunion spéciale de l’équipe de direction pour examiner le plan d'urgence face à la persistance de la crise financière

Le 20 juin 2017, la Directrice générale a convoqué une réunion spéciale de l’équipe de direction afin de discuter de la situation financière critique prolongée de l'Organisation en raison de l’insuffisance actuel des flux de trésorerie, découlant du non-paiement des contributeurs importants de l'organisation.

"L'esprit de cette réunion, qui a engendré des préoccupations considérables au sein du personnel de l'Organisation, consiste à faire face à la situation financière actuelle dans laquelle l'Organisation se trouve aujourd'hui", a déclaré Irina Bokova. En tant que Directrice Administrative de cette Organisation, il est de ma responsabilité d’appeler chacun d'entre vous à prendre des mesures afin que tous ensemble nous puissions anticiper les risques et faire face à la situation financière actuelle avec la parfaite conscience des responsabilités qui incombent à chacun. Personne ne peut être dans le déni".

La Directrice générale a exhorté l’équipe de direction (SMT) à assurer un suivi étroit de la situation des flux de trésorerie propres à leurs secteurs et bureaux respectifs.

Ce faisant, ils sont tenus d'entreprendre une évaluation approfondie des risques des activités et des opérations et de lui soumettre des mesures palliatives pour faire face à la situation actuelle avant décembre 2017 , par la mise en œuvre du plan d'urgence à l'automne.

Elle a souligné que tous les managers doivent entreprendre un examen approfondi de leurs activités, examiner les engagements statutaires afin de réduire les coûts de façon générale, des activités au personnel, l'expertise technique et les missions d'ici la fin de juin, avant la mise en œuvre du plan d'urgence conformément à la décision 201 EX / 25 du Conseil d'administration.

"Ce faisant, nous respectons notre responsabilité de surveiller la situation financière de l'Organisation ainsi que ses implications pour la mise en place des programmes", a déclaré Irina Bokova.

La Directrice générale a également souligné que, contrairement à la période 2011-2012, l'Organisation dispose d'un mécanisme d'évaluation des risques et, par conséquent, les managers se doivent de concevoir et suivre leurs propres plans d'évaluation des risques.

Elle a également souligné qu'il n'y aura pas de fonds d'urgence de secours, comme cela a été le cas en 2012, créant ainsi une pression supplémentaire sur les ressources budgétaires déjà tendues.

La Directrice financière de l'Organisation a donné une présentation détaillée de la situation de la trésorerie en expliquant que, pour effectuer des paiements, l'UNESCO doit disposer de liquidités prévisibles. Elle a poursuivi en soulignant que l'Organisation se trouve dans une situation exceptionnelle avec 3 de ses 25 contributeurs principaux qui ont des arriérés s’élevant à 75 millions de dollars, qui s’ajoutent aux arriérés chroniques à chaque exercice biennal.

La Directrice financière a indiqué que des efforts importants avaient été fait pour rappeler aux États membres leurs obligations et, en particulier, pour garantir une date de paiement afin de planifier les besoins d'emprunt.

Le Directeur du Bureau de la planification stratégique a évoqué le processus consultatif existant avec les secteurs et les services, en leur demandant d'évaluer l'impact de cette réduction budgétaire sur les programmes avant la mise en œuvre du plan d'urgence, y compris en identifiant les engagements et les événements majeurs ainsi que les opérations prévus pour les 6 prochains mois, qui seraient affectés, que ce soit au siège ou sur le terrain.

Une analyse préliminaire des contributions reçues est actuellement en cours. Une évaluation globale des risques devrait être mise en place, en tenant compte des risques plus larges pour l'Organisation, ainsi que des mesures palliatives possibles, y compris les risques programmatiques et les risques de positionnement stratégiques de l'UNESCO.

Il a également indiqué que le Comité de gestion des risques devrait être consulté pour obtenir des conseils sur l'analyse des risques et des recommandations pour l'atténuation des risques.

Enfin, la Directrice générale a demandé au Comité de gestion des risques d'examiner en détail les plans d'évaluation de toute l'Organisation et de lui soumettre ses recommandations finales.

Elle a également évoqué son intention d'adresser des lettres formelles au Président du Conseil exécutif et au Président de la Conférence générale sur la situation financière afin de maintenir un dialogue ouvert et transparent sur cette question.

"Les États membres doivent être pleinement informés et font partie intégrante de la réponse à la situation critique de l'Organisation", a-t-elle ajouté.

La Directrice générale a conclu en demandant à ce que le groupe de travail à composition ouverte sur la préparation du 39 C / 5 qui se tiendra jeudi 29 juin soit pleinement informé de l'analyse des risques en cours et l'éventuel plan d'urgence.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page