» La Directrice générale déplore le meurtre du cameraman hondurien Manuel Murillo Varela
30.10.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale déplore le meurtre du cameraman hondurien Manuel Murillo Varela

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé aujourd’hui le meurtre du caméraman Manuel Murillo Varela retrouvé mort le 24 octobre dans la capitale Tegucigalpa, le visage criblé de balles.

« Je déplore le meurtre de Manuel Murillo Varela », a déclaré la Directrice générale. « De tels acte ne doivent pas rester impunis. J’appelle les autorités à faire leur possible pour qu’une enquête approfondie soit menée et que les auteurs de ce crime soient traduits en justice».

Manuel Murillo Varela, 32 ans, avait travaillé comme caméraman de plusieurs personnages publics  et  récemment pour TV Globo. D’après les informations de l’Ifex (Réseau mondial Défendre et promouvoir la liberté d’expression), il avait été kidnappé et torturé en 2010 par des hommes qui voulaient lui reprendre certains de ses enregistrements vidéo. Manuel Murillo Varela bénéficiait depuis le 25 février 2010 de mesures de protection de la part des autorités.

Manuel Murillo Varela est le 8e journaliste hondurien à faire l’objet d’une condamnation par l’UNESCO depuis le début de l’année 2012. Une liste complète des journalistes assassinés est disponible en ligne.

                                                          ****

                 Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page