» La Directrice générale de l’UNESCO demande une enquête sur le meurtre du journaliste iraquien Mohammed Bdaiwi
24.03.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO demande une enquête sur le meurtre du journaliste iraquien Mohammed Bdaiwi

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le meurtre de Mohammed Bdaiwi Owaid al-Shammari, chef du Bureau de Bagdad de Radio Free Iraq (al-Iraq al-Hurr), tué le 22 mars par un officier de la garde présidentielle iraquienne et a demandé qu’une enquête approfondie soit menée.

« J’appelle les autorités iraquiennes à mettre tout en œuvre pour faire la lumière sur les causes et les circonstances du meurtre de Mohammed Bdaiwi Owaid al-Shammari. Les journalistes doivent pouvoir travailler dans des conditions de sécurité satisfaisantes dans le pays afin de nourrir un débat éclairé », a déclaré la Directrice générale.

Une fusillade a éclaté le 22 mars dans le quartier de Jadriyah à Bagdad, aux portes du compound qui abrite les bureaux de Radio Free Iraq ainsi que la résidence présidentielle et d’autres résidences privées. Selon plusieurs témoins, le journaliste, qui conduisait sa voiture, a eu une dispute verbale avec un membre de la garde présidentielle, qui a ensuite tiré sur lui.

Mohammed Bdaiwi Owaid al-Shammari, âgé de 46 ans, travaillait pour Radio Free Iraq depuis 2006 et dirigeait le bureau de cette chaîne à Bagdad depuis deux ans. Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par la Directrice générale de l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page