18.10.2016 - ODG

L’UNESCO rend hommage à Boutros Boutros-Ghali

© UNESCO/Ignacio Marin

« Je tiens à rendre hommage à un homme qui était un véritable humaniste et qui croyait profondément aux droits et à la dignité inaliénables de chaque femme et de chaque homme », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, à l’occasion d’un événement de commémoration consacré à l’engagement et à l’héritage de Boutros Boutros-Ghali, ancien Secrétaire général de l’ONU et premier Secrétaire général de la Francophonie.

Intitulé « Un visionnaire engagé au service de la paix et du développement », l’événement a eu lieu le 17 octobre 2016 au Siège de l’UNESCO, à Paris. Plusieurs intervenants de haut niveau y ont démontré, en six volets thématiques, que l’action de M. Boutros-Ghali conserve toute sa pertinence de nos jours, notamment à travers les Agendas pour la paix, la démocratie et le développement de l’ancien Secrétaire général, qui sont tous étroitement liés au mandat de l’UNESCO.

S. E. M. Ehab Badawy, Ambassadeur et Délégué permanent de la République arabe d’Égypte auprès de l’UNESCO, a dressé le portrait d’« un fils de l’Égypte, grand diplomate, expert reconnu du droit international, brillant écrivain et véritable défenseur des droits qui, tout au long de sa vie, n’a jamais cessé de promouvoir les causes africaines ». « Il était un véritable modèle d’intégrité, qui toujours respectait la Charte et les idéaux des Nations Unies et plaidait pour le dialogue et la diversité culturelle », a-t-il ajouté.

Mohammad Fayak, Président du Conseil national égyptien des droits de l’homme, a rappelé à quel point la « cause des droits de l’homme et de la démocratie » était au cœur des priorités et des préoccupations de M. Boutros-Ghali. Il a souligné qu’« à l’heure où de nombreux pays étaient engagés dans leur processus d’indépendance, M. Boutros-Ghali avait été l’un des avocats les plus éloquents de leur aspiration à la liberté ».

Énumérant une longue liste de ses grandes réalisations, Amr Moussa, ancien Secrétaire général de la Ligue arabe, a salué le rôle que M. Boutros-Ghali a joué dans l’intégration de la culture, de la clairvoyance et de la documentation dans la diplomatie, ainsi que dans la mise en avant de la voix des plus démunis et de ceux qui ne pouvaient pas se faire entendre.

Alain Dejammet, ancien Ambassadeur et Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, a mentionné la carrière diplomatique de M. Boutros-Ghali, qu'il « considérait et vivait comme une ambition, une vocation, un mandat ».

Lakhdar Brahimi, ancien Sous-Secrétaire général de l’ONU et Secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, a rappelé que « la majorité des sujets au programme des discussions de la communauté internationale de nos jours ont été introduits par M. Boutros-Ghali et à son initiative ».

Lisa Buttenheim, Sous-Secrétaire générale de l’ONU à l’appui aux missions et ancienne proche collaboratrice de M. Boutros-Ghali pendant son mandat de Secrétaire général, a mis en exergue un certain nombre de qualités qu’il possédait et qui, selon elle, illustrent l’homme et le diplomate remarquable qu’il était, à savoir « la discipline, l’intégrité, l’énergie, sa capacité de concevoir l’avenir et sa passion des relations internationales et de leurs acteurs, ainsi qu’un sens de l’humour irrésistible et séduisant ».

Ibrahima Fall, Représentant spécial de l’Union africaine pour la région des Grands Lacs, a mis en avant les liens particuliers et constants que M. Boutros-Ghali tissait avec l’Afrique. « Boutros l’Africain a toujours défendu un partenariat solide entre les Nations Unies et l’Afrique », un partenariat auquel l’ancien Secrétaire général « tenait lui-même à insuffler un élan », a-t-il souligné. Ainsi, « l’Afrique reste au cœur des agendas proposés par M. Boutros-Ghali ».

 « Il a plaidé sans relâche en faveur du dialogue et de la coopération, des droits de l’homme et de la diversité culturelle », a pour sa part déclaré Irina Bokova. « Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin d’entendre son message pour rétablir la confiance et le dialogue. » Les intervenants ont tous estimé que l’esprit de M. Boutros-Ghali était encore bien vivant et que ses idées sont prises en compte dans les programmes qui nous préparent à faire face au monde de demain.

L’hommage s’est conclu sur la lecture, par Annie Dyckmans-Rozinski, ancienne collaboratrice de M. Boutros-Ghali, d’un message de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie. Dans son message, Mme Jean souligne que « M. Boutros-Ghali était extrêmement engagé en faveur de la francophonie et de la langue française bien avant sa nomination au poste de Secrétaire général ». « Avec lui, la Francophonie a quitté sa propre sphère pour entrer dans le monde, sans renier ses principes fondateurs. »

Cet événement était organisé conjointement par l’UNESCO et la délégation permanente de l’Égypte auprès de l’UNESCO. Il a été tenu en marge de la 200e session du Conseil exécutif de l’UNESCO.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com