» L’UNESCO reconnaît le patrimoine documentaire de la Nouvelle-Zélande
31.10.2012 - Secteur de la Communication et de l'information

L’UNESCO reconnaît le patrimoine documentaire de la Nouvelle-Zélande

Huia Kopua et Frank Stark de l’archive filmique de Nouvelle-Zélande, et Ray Edmondson, membre du comité Mémoire du monde Asie/Pacifique - © Comité Mémoire du monde de la Nouvelle-Zélande

Des livres de procès-verbaux du tribunal foncier maori du 19e siècle, ainsi que des documents sur la tournée de l'équipe d'Afrique du Sud de rugby en Nouvelle-Zélande en 1981 (connue sous le nom de Springbok Tour), ont été inscrits au Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO.

Ray Edmondson, président du comité Mémoire du monde Asie/Pacifique, a affirmé que les livres de procès verbaux et le documentaire Patu! donnent des informations sur des événements s’inscrivant au cours de deux temps forts de l’histoire néo-zélandaise. Ces événements ont en effet une influence sur la société d’aujourd’hui. Ils sont considérés comme des sources de documentation précieuses pour des historiens, des chercheurs maoris, des enseignants et bien d’autres encore.

Les livres de procès-verbaux du Tribunal foncier maori 1862-1900 comprennent 704 volumes reliés, ainsi que des documents associés. Ces archives remontent aux premières années des tribunaux fonciers maoris. Elles renseignent sur les audiences et les preuves qui ont été avancées pour établir les titres des Native Land Courts (tribunaux fonciers autochtones) en Nouvelle-Zélande. Les documents portent notamment sur l’histoire tribale, le whakapapa (la généalogie) et les preuves d’exploitation et d’occupation des terres par les iwi/hapu.

Les livres de procès-verbaux représentent une source de documentation pour les requérants au titre du Traité de Waitangi. Ils aident également les maoris à maintenir leurs liens à la terre, aux hapu et aux iwi, ainsi qu’à leur histoire.

Les premiers livres de procès-verbaux sont stockés dans les entrepôts des archives de Nouvelle-Zélande. Les livres ont été copiés sous différents formats pour être consultés par le public. Le tribunal foncier maori a aussi créé des copies électroniques dans sa base de données, le Système d’information foncière maori, qui peut être consulté au greffe du tribunal foncier maori.

Le documentaire Patu! présente des événements survenus pendant la tournée de l'équipe d'Afrique du Sud de rugby en Nouvelle-Zélande en 1981, vus par des personnes opposées à cette tournée. Cette œuvre a été créée par Merata Mita, une réalisatrice de documentaires réputée, qui est décédée brusquement en 2010. Le film intègre des travaux de nombreux réalisateurs de films et de documentaires néo-zélandais.

Le film Patu! dans sa version sortie en salles en 1983 et des documents associés sont détenus par l’archive filmique de Nouvelle-Zélande, qui affirme que le documentaire continue à vivre en tant que ressource éducative et culturelle, dans la mesure où l’impact du Springbok Tour est étudié et analysé en Nouvelle-Zélande comme à l’étranger. Le film a été projeté à la foire du livre de Francfort cette année. Une version du documentaire peut être visionnée sur le site Internet « NZ Onscreen ».

La reconnaissance par l’UNESCO de ces éléments du patrimoine documentaire attire l’attention sur l’importance d’un tel patrimoine et des organismes qui en sont les gardiens. L’inscription au sein d’un registre informe sur les collections des organismes prenant en charge la conservation des éléments, et contribue à assurer que ceux-ci sont protégés, préservés et accessibles.

L’UNESCO a lancé le Programme Mémoire du monde en 1992. Le Programme Mémoire du monde néo-zélandais a été créé en 2010. Il illustre les travaux menés par la communauté internationale pour agir en faveur du patrimoine documentaire par l’UNESCO. Ce programme de l’UNESCO vient en complément de la Liste du patrimoine mondial et du Registre du Patrimoine culturel immatériel. Le Registre de la Mémoire du monde est le principal outil de promotion du patrimoine néo-zélandais auprès du public national et à l’étranger.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page