» Moins de 40 % des pays ont atteint la parité filles-garçons dans l'éducation, selon un rapport de l'UNESCO
17.09.2010 - UNESCOPRESS

Moins de 40 % des pays ont atteint la parité filles-garçons dans l'éducation, selon un rapport de l'UNESCO

Deux pays sur trois dans le monde sont confrontés à des disparités entre les sexes dans l'enseignement primaire et secondaire, et jusqu'à la moitié n’atteindront pas l'objectif de parité des sexes dans l'éducation d'ici à 2015 selon un nouveau rapport de l'Institut de statistique de l'UNESCO (ISU).

Publié à la veille du Sommet des Nations Unies sur le Millénaire (New York, du 20 au 22 septembre), 15 ans après la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes, le Recueil de données mondiales sur l'éducation consacre son édition 2010 au genre dans l'éducation. Il présente les avancées et les obstacles à surmonter pour éliminer les disparités entre les sexes à tous les niveaux de l’éducation d’ici 2015.  

            « Ces nouvelles données nous montrent que nous devons réaffirmer notre engagement vis-à-vis de l'éducation et de l'égalité entre les sexes », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova. « Les progrès obtenus dans l'accès des filles et des femmes à l'éducation et à la formation au cours des dernières décennies risquent d'être sapés par les réductions de l'aide internationale et des investissements nationaux, alors que le monde affronte des crises imbriquées. Or nous savons tous qu'une remise en cause de l'éducation des filles et des femmes ne fera qu'accroître les vulnérabilités et renforcer le cercle vicieux de la pauvreté ».

            Selon le Recueil, seuls 85 pays assureront aux garçons et aux filles un accès égal à l'enseignement primaire et secondaire en 2015, si les tendances se confirment. 72 pays n'ont aucune chance d'atteindre cet objectif.

            Partout dans le monde, les filles risquent plus que les garçons de ne jamais aller à l'école. En Asie du Sud et de l'Ouest, pour 100 garçons scolarisés, seules 87 filles environ entament des études primaires, d’après l'ISU. La situation n'est guère meilleure en Afrique subsaharienne, où la moyenne régionale est de 93 filles pour 100 garçons entrant dans le primaire.

            Au niveau national, les chances des garçons d'entrer à l'école primaire sont au moins 10 % supérieures à celle des filles en Afghanistan, au Bénin, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en République dominicaine, en Érythrée, en Éthiopie, en Guinée, au  Mali, au Niger, au Pakistan, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en République centrafricaine, au Tchad, à Tuvalu et au Yémen. Dans ces pays, les filles sont souvent totalement exclues de l'éducation. Les données de l'ISU révèlent que les ménages sont plus susceptibles d'envoyer à l'école un garçon ayant dépassé l'âge officiel de la scolarisation  plutôt qu’une fille.

            Pourtant, lorsque les filles vont à l’école, elles ont plus de chances que les garçons d'achever le cycle primaire. Dans bien des pays, les garçons sont plus susceptibles de quitter l'école que les filles. Les garçons risquent plus qu'elles de redoubler les années de primaire dans 90 pays sur 113 pour lesquels ces données sont disponibles. Les taux de redoublement des garçons dans le primaire sont ainsi le double de ceux des filles en Dominique, dans les Îles Vierges britanniques, en Lettonie, en République islamique d'Iran et à Saint-Kitts-et-Nevis.

            La situation est encore plus complexe au niveau secondaire. Les garçons y accèdent plus facilement que les filles dans 38 % des pays, alors que c'est l'inverse qui se produit dans 29 % des pays. Cependant, il faut souligner que dans le secondaire, les disparités observées au détriment des filles sont plus marquées que celles qui touchent les garçons. On le voit clairement en Afrique subsaharienne où, dans les moyennes régionales, l'écart s'est creusé au détriment des filles : pour 100 garçons scolarisés dans le secondaire, il y avait environ 79 filles en 2008, contre 82 en 1999.

            Comme au niveau primaire, une fois parvenues au niveau secondaire, les filles ont plus souvent tendance à terminer leurs études. C'est un schéma répandu dans les pays à moyen et à haut revenu, où les jeunes femmes forment la majorité des élèves du second cycle de l'enseignement secondaire pré-universitaire dans 50 des 69 pays ayant transmis leurs données. En Autriche, en Islande, au Luxembourg, en Malaisie, en Norvège, en Slovénie, au Tadjikistan, en Thaïlande et en Tunisie, on compte près de trois filles pour deux garçons diplômés de la fin du secondaire. Par contre, ce sont les garçons qui, dans la plupart des pays, constituent la majorité des élèves de l'enseignement professionnel.

            L'écart entre les sexes est tout aussi marqué dans l'enseignement supérieur, toutes régions confondues. Les seuls pays à réaliser la parité à ce niveau sont le Chili, la Colombie, le Guatemala, le Mexique, la Région administrative spéciale de Hong Kong de Chine, la Suisse et le Swaziland. Dans des pays comme l'Érythrée, l'Éthiopie, la Guinée ou le Niger – ayant un PIB par habitant inférieur à 3 000 dollars PPA – on compte moins de 35 femmes pour 100 hommes parmi les étudiants. En Afrique subsaharienne, les progrès stagnent depuis dix ans. À l'inverse, dans les pays riches, les femmes sont nettement plus nombreuses que les hommes dans les études supérieures.

            En Islande, le nombre de femmes étudiant dans le supérieur est presque le double de celui des hommes. Les États-Unis et la Fédération de Russie affichent, respectivement, près de 129 et 126 étudiantes pour 100 étudiants. La répartition est la même dans les pays d'Amérique latine, comme l'Argentine, le Brésil ou le Vénézuela. On note pourtant quelques exceptions notoires. Ainsi, les hommes restent plus nombreux que les femmes dans les universités à Chypre, au Japon, à Macao (Chine), en République de Corée et en Turquie.

            Bien qu'elles aient globalement progressé dans l'enseignement supérieur, les femmes se heurtent à de gros obstacles dès qu'elles cherchent à se lancer dans une carrière de chercheuse ou entrer sur le marché du travail. Au niveau de la licence, la plupart des pays ayant fourni des données avaient atteint la parité en termes de diplômés. Les femmes ont plus de chances de continuer au niveau éducatif suivant et sont 56 % des titulaires d'un mastère. Mais au-delà, elles sont dans presque tous les pays évincées par les hommes, qui comptent pour 56 % des titulaires d'un doctorat et 71 % des chercheurs.

Plus d'information sur le rapport

L'égalité des genres dans l'éducation

Télécharger un b-roll (images vidéo)

Contacts médias:

Amy Otchet, Institut de statistique de l'UNESCO, Montréal. Tel : +1 514 343 79 33. a.otchet(at)unesco.org

Sue Williams, Siège de l’UNESCO, Paris. Tel : +33 (0) 1 45 68 17 06, s.williams(at)unesco.org

Carole Darmouni (radio et télévision), Siège de l’UNESCO, Paris. Tel : +33 (0) 1 45 68 17 38, c.darmouni(at)unesco.org

Des entretiens peuvent être réalisés avec les experts suivants :

Albert Motivans, Chef de la Section des statistiques de l’éducation à l’Institut de statistique de l’UNESCO. Tel: +1 514 294 7629 (anglais)

Hendrik van der Pol, Directeur de l’Institut de statitistique de l’UNESCO. Tel: +1 514 244 2525 (anglais et espagnol)

Said Belkachla, auteur et analyste de données sur l’éducation : + 961 71 874 688 (français et arabe)

Said Voffal, analyste de données sur l’éducation. Tel: +1 514 343 7752 (français et arabe)

Juan Cruz Perusia, Conseiller régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes à l’ISU. Tel: + 1 514 343 7933 (espagnol)

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page