» Un séminaire de l’UNESCO met l’accent sur la promotion de la qualité de l’éducation des filles en Afrique
14.12.2016 - Education Sector

Un séminaire de l’UNESCO met l’accent sur la promotion de la qualité de l’éducation des filles en Afrique

© UN/Marco Domino

L’UNESCO et le Centre international de l’Union africaine pour l'éducation des filles et des femmes en Afrique (UA/CIEFFA) organisent un séminaire mettant l’accent sur les investissements stratégiques visant à améliorer l’éducation des filles en Afrique.

Le séminaire, une plate-forme pour le débat, l’apprentissage pratique et l’innovation, sera organisé au Siège de l’UNESCO, à Paris, les 14 et 15 décembre, et examinera en particulier la transition critique vers l’enseignement secondaire et au-delà.

Une quarantaine de participants sont attendus, parmi lesquels des représentants des États membres de l’UA, des représentants des communautés économiques régionales, des partenaires du développement, des représentants d’organisations intergouvernementales et non gouvernementales, ainsi que des délégations de l’UNESCO.

Avec le soutien de l’UNESCO, l’UA/CIEFFA a mené des travaux de recherche et de plaidoyer stratégique afin d’éliminer les obstacles limitant l’accès des filles à l’apprentissage.  Ces travaux englobent l’élaboration d’études de cas en Algérie, en Côte d’Ivoire, en Tanzanie, au Tchad et en Zambie sur les approches d’apprentissage inclusives en Afrique, avec une attention particulière portée à l’éducation des filles et des femmes. Des représentants de la Côte d’Ivoire, du Tchad et de la Zambie seront présents.

Accès, rétention, performances

Le séminaire passera en revue les données sur les écarts entre les sexes dans l’éducation en Afrique, notamment les principales conclusions des cinq études de cas nationales. Il fera également progresser la connaissance, la mise en œuvre et la généralisation des politiques et pratiques fructueuses pour combler les écarts entre les sexes dans l’éducation et identifier des stratégies et des mécanismes visant à réduire considérablement les disparités liées au genre, à la situation géographique et à l’origine sociale dans l’accès, la rétention et les performances dans les écoles et les universités.

L’égalité entre les sexes et l’éducation sont au centre des préoccupations du nouveau programme de développement durable, et l’un des 17 objectifs, l’ODD 5, appelle à garantir l’égalité des sexes et à autonomiser les femmes et les filles en tant que fondement nécessaire à la réalisation de l’ensemble des objectifs. L’objectif sur l’éducation, l’ODD 4, dispose de sa propre cible sur l’égalité entre les sexes dans l’éducation.

Malgré des progrès significatifs accomplis depuis l’an 2000 dans la réalisation de la parité entre les sexes dans l’enseignement primaire, les disparités de genre dans la participation des filles se creusent dans l’enseignement secondaire. C’est notamment le cas en Afrique subsaharienne, qui comprend 7 des 10 pays comptant moins de 80 filles scolarisées dans le premier cycle du secondaire pour 100 garçons. Dans cette région, neuf millions de filles ne mettront jamais les pieds dans une salle de classe, et les désavantages extrêmes dans l’éducation sont le plus souvent observés chez les filles les plus pauvres, et celles qui vivent dans des zones rurales ou touchées par des conflits.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page