» L’UNESCO salue la réinstallation de la porte sacrée de Sidi Yahia à Tombouctou
20.09.2016 - UNESCOPRESS

L’UNESCO salue la réinstallation de la porte sacrée de Sidi Yahia à Tombouctou

© UNESCO/Clarisse NjikamThe sacred gate of the mosque of Sidi Yahia in Timbuktu reinstalled

Témoignage des traditions culturelles remontant au XVème siècle, la porte de la mosquée Sidi Yahia a été officiellement réinstallée le 19 septembre à Tombouctou lors d’une cérémonie organisée par les communautés locales. Cette porte sacrée avait été arrachée et endommagée le 2 juillet 2012 par les groupes extrémistes armés qui occupaient la ville. La restauration de ce symbole protecteur de la ville a été réalisée par les artisans menuisiers locaux, avec l’appui de l’UNESCO.

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a salué cet événement en soulignant le lien entre la protection du patrimoine et la résilience des sociétés : « La réinstallation de la porte secrète, point de repère cultuel et culturel de Tombouctou, marque une nouvelle étape, décisive, dans l’effort général de réhabilitation et de paix engagé au Mali. C’est une réponse très forte à tous les extrémismes, qui va de pair avec la reconstruction des mausolées et le procès des responsables de leur destruction, qui a commencé devant la Cour pénale internationale. »

La cérémonie s’est déroulée en présence notamment de Andogoly Guindo, Secrétaire général du ministère de la Culture ; Mbaranga Gasarabwe, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général pour la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali) ; Alain Holleville, Ambassadeur de l’Union Européenne ; Lazare Eloundou, Représentant de l’UNESCO et Alphadi Wangara, Imam de la mosquée Sidi Yahia.

« Nos remerciements vont à l'UNESCO, la MINUSMA et aux partenaires qui ont placé la sauvegarde de notre patrimoine au cœur de leurs priorités », a déclaré l'adjoint au maire de Tombouctou, Addarawi Assekou Maiga. De son côté, Alain Holleville Ambassadeur de l'Union européenne a rendu hommage à la communauté de Tombouctou. « Nous continuerons d’apporter notre soutien à la protection du patrimoine culturel de Tombouctou car le travail réalisé à ce jour est un signal fort de relèvement du Mali ».

« Si nous sommes tous réunis aujourd’hui, c’est pour fermer ensemble cette voie qui a été ouverte vers l’obscurité, l’extrémisme violent et le fondamentalisme. En réhabilitant cette porte, la ville de Tombouctou et le Mali tout entier réaffirment leur volonté de rester sur le chemin de la lumière, de la tolérance, de la paix, et du respect des diversités, dans l’esprit de l’accord de paix » a déclaré pour sa part Mbaranga Gasarabwe, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général pour la MINUSMA.

Seule porte de mosquée faisant face au soleil couchant, la porte sacrée dite « secrète » de Sidi Yahia est unique par sa dimension et sa signification. Donnant sur la cour du cimetière où se trouvent les sépultures de plusieurs personnalités de l'histoire de la ville, elle protège symboliquement les mausolées de Mohamed Nadhi, premier chef de la ville et celui de Sidi Yahia. Selon la tradition, quiconque ouvrirait ou briserait cette porte provoquerait le malheur sur la ville.

Depuis janvier 2013, l'UNESCO et le gouvernement du Mali ont engagé un vaste plan de réhabilitation du patrimoine culturel du Mali, qui comprend notamment la reconstruction des mausolées, la sauvegarde des manuscrits anciens, et la reconstruction le cas échéant des monuments endommagés pendant la période de l’occupation. Ce plan d’action bénéficie de l'appui logistique et sécuritaire de la MINUSMA, et du soutien financier de la Suisse et de l'Union européenne.

***

Contact médias : Laetitia Kaci, Service de presse de l’UNESCO, +33 (0) 1 45 68 17 72, l.kaci(at)unesco.org




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page