» L’accord entre l’UNESCO et le Sommet judiciaire ibéro-américain renforce la liberté d’expression et la sécurit...
21.11.2016 - UNESCOPRESS

L’accord entre l’UNESCO et le Sommet judiciaire ibéro-américain renforce la liberté d’expression et la sécurité des journalistes

Un protocole d’accord pour renforcer la coopération sur des questions relatives à la liberté d’expression, l’accès à l’information, la transparence et la sécurité des journalistes a été signé le 17 novembre par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et le Président de la Cour suprême uruguayenne, Ricardo C. Pérez Manrique, au nom du Sommet judiciaire ibéro-américain. M. Pérez Manrique est également président du Secrétariat permanent du Sommet judiciaire ibéro-américain, composé de 23 cours suprêmes.

L’accord renforce la capacité de l’UNESCO et du Sommet dans leur objectif partagé d’améliorer la liberté d’expression et d’information, la transparence et la sécurité des journalistes. L’accord met plus particulièrement en avant le rôle du système judiciaire dans la garantie et la protection des droits humains fondamentaux.

La Directrice générale de l’UNESCO a salué la signature du protocole d’accord qui renforce la coopération en matière de « promotion de l’Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance, en accord avec l’Objectif 16 du Programme de développement durable des Nations Unies ».

Au cours de la cérémonie de signature, Mme Bokova a évoqué la formation en ligne ouverte à tous, un projet exemplaire né de la collaboration entre l’UNESCO et les systèmes judiciaires de l’espace ibéro-américain. Près de 3 200 fonctionnaires judiciaires de 22 pays d’Amérique latine ont été formés aux questions relatives à la liberté d’expression.

L’accord souligne également une des priorités de l’UNESCO, à savoir l’établissement du dialogue avec le système judiciaire et le soutien de formations spécialisées sur les normes internationales en matière de liberté d’expression, de transparence et d’accès à l’information.

M. Pérez Manrique a également souligné l’importance de cette coopération pour « garantir les droits des 610 millions d’habitants de la région ibéro-américaine. Sans accès à la justice pour tous les citoyens, en particulier les plus vulnérables, l’Etat de droit ne peut exister. Sans l’Etat de droit, la dignité des êtres humains, leurs libertés et leurs droits sont violés ».

Le Président de la Cour suprême uruguayenne a exprimé le souhait que cet accord perdure au-delà des quatre ans de sa validité. A la fin de la cérémonie, le Sous-directeur général pour la communication et l’information de l’UNESCO, Frank La Rue, a qualifié l’accord de « grand pas en avant pour la région ibéro-américaine ».

La cérémonie s’est déroulée en présence de représentants de plusieurs Etats membres de l’UNESCO, réunis à l’occasion de la 30ème session du Conseil du Programme international pour le développement de la communication, au Siège de l’UNESCO à Paris.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page