» Vers un partenariat régional en soutien à l’Education 2030 et la CESA 2016-2025
23.03.2017 - UNESCO Office in Dakar

Vers un partenariat régional en soutien à l’Education 2030 et la CESA 2016-2025

©UNESCO

Dans son rôle de Président du Groupe régional de coordination sur l’ODD4-Éducation 2030 pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (GRC4-AOC), l’UNESCO a organisé un panel de discussion en marge de la Triennale de l’ADEA. Consacré au thème « Partenariat régional en soutien à l’Education 2030 et la CESA 16-25 », l’événement a réuni une soixantaine de participants représentant notamment des institutions partenaires au niveau régional/continental, y compris d’Afrique de l’Est et australe.

Les efforts collectifs régionaux et sous régionaux sont reconnus comme essentiels dans la mise en œuvre, le suivi et la révision des agendas mondiaux et régionaux/continentaux d’éducation. Le Cadre d’Action Éducation 2030 souligne la nécessité de s’appuyer sur les partenariats, cadres et mécanismes déjà existants ou nouvellement créés. L’Union africaine, pour sa part, dans son Agenda 2063 et sa Stratégie Continentale pour l’Education en Afrique 2016-2025 (CESA 16-25), appelle la communauté internationale à soutenir la vision et les aspirations de l’Afrique.

En marge de la Triennale de l’ADEA 2017, un panel de discussion organisé par le GRC4-AOC le 14 mars 2017, à Diamniadio, au Sénégal, a rassemblé des représentants de haut niveau de l’Union africaine et de son organe technique l’Association pour le Développement de l’Education en Afrique (ADEA), du Partenariat Mondial pour l’Education (PME), du Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) et du GRC4-AOC. Les panélistes ont échangé leurs perspectives sur la mise en place de partenariats efficaces pour un soutien collectif et cohérent à l’ODD4-Éducation 2030 et à la CESA 16-25.

Ce panel a permis de souligner la convergence et les liens forts existants entre les deux agendas. Des échanges, il est ressorti que la coordination régionale est essentielle pour appuyer le développement des systèmes éducatifs nationaux autour de la nouvelle vision centrée sur l’apprentissage tout au long de la vie, tout en assurant la cohérence avec le dialogue au niveau continental et mondial.

Les défis restent cependant nombreux, en particulier, ceux relatifs à la gouvernance du système et à l’implication des différents acteurs. Les organisations régionales, y compris de recherche, ne sont pas suffisamment consultées malgré leur rôle essentiel d’information pour la prise de décision ; inversement, les décisions de haut niveau ne filtrent pas toujours jusqu’aux niveaux inférieurs. Le manque de prise en compte de la société civile, des enseignants et des syndicats d’enseignants, ainsi que la dispersion et la duplication des efforts des partenaires au développement ont également été évoqués. Enfin, l’instabilité et la censure politique ont été relevées comme des entraves majeures à une coordination efficace.

Plusieurs recommandations ont été émises pour surmonter ces difficultés. Les structures et organisations africaines existantes (Commission de l’Union africaine, Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique-NEPAD, Banque Africaine de Développement, ADEA) doivent être considérées comme points d’entrée et cadres de coordination à l’échelle du continent. En outre, la prise en compte intégrée de l’ODD4-Education 2030 et de la CESA 16-25, l’implication active du secteur privé, de la société civile et autres parties prenantes, la participation des Communautés économiques régionales et l’harmonisation des méthodes et approches des différents acteurs sont essentielles. Enfin, la nécessité de mettre en commun les efforts des organisations et institutions, en tant que communauté unique, en faveur des peuples et des pays, indépendamment de l’appartenance institutionnelle a été jugée cruciale pour la transformation de l’Afrique en un continent prospère, intégré, pacifique et sécurisé comme l’ambitionne l’Union africaine dans son Agenda 2063.

Ce panel de discussion qui a remporté un vif succès a été l’occasion de lancer le dialogue autour d’une coordination efficace pour la mise en œuvre des deux agendas de l’éducation en Afrique. Les échanges seront approfondis et les recommandations discutées dans le cadre du GRC4-AOC et au-delà.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page