» La recherche scientifique dans le pacifique occidental comme engagement prioritaire de la conférence des Natio...
12.05.2017 - Commission océanographique intergouvernementale

La recherche scientifique dans le pacifique occidental comme engagement prioritaire de la conférence des Nations Unies sur l’océan

© Shutterstock: La Grande Barrière de corail, Australie, suite à un épisode de blanchissement de corail en 2016

Le renforcement de la recherche marine, des connaissances, de la surveillance, et du transfert de technologie dans le pacifique occidental et ses régions adjacentes est une étape cruciale vers une gouvernance durable de notre océan et de ses ressources, dans l’objectif de limiter les effets néfastes de l’acidification de l’océan.

Le Pacifique occidental et ses régions adjacentes sont les zones les plus densément peuplées et le cœur de la croissance économique mondiale. Cette croissance, ainsi la vie humaine, les bénéfices culturels et de manière générale la prospérité, reposent fortement sur l’océan. Toutefois, la pollution marine, la surpêche, la diminution de la biodiversité, le changement climatique et l’acidification de l’océan menacent la santé des ressources marines de la région, ainsi que son écosystème.

Par exemple, l’acidification de l’océan, aussi surnommée « l’autre problème du CO2 », est une conséquence de l’effet de serre. Ce phénomène est lié à un taux de CO2 atmosphérique anormalement élevé, dont l’océan absorbe une partie. L’océan a donc grandement contribué à réduire l’impact de l’effet de serre sur le climat, en absorbant une partie des excès de CO2 produits par l’Homme. En d’autres termes, l’océan nous a permis de gagner de temps, en retardant l’apparition de conséquences à nos actions. Mais l’océan ne peut inhiber ces effets néfastes à long terme. Les émissions toujours plus importantes de dioxyde de carbone détériorent la santé de l’océan et la capacité du climat à s’autoréguler. La diminution du pH de l’océan complique la formation de carbonate de calcium par les coraux et les mollusques. L’effet de serre est donc non seulement responsable de l’accélération du réchauffement climatique, mais aussi d’une mise en danger de la biodiversité marine et de la sécurité alimentaire concernant les produits de la mer, qui souffriront de l’acidification des eaux.

Tout cela a d’importants effets nuisibles à notre bien-être ; et pourtant, tous les impacts de l’acidification des océans sur les organismes vivants restent largement incompris. La plupart de notre savoir scientifique en la matière est uniquement basé sur des expériences simplifiées de laboratoire.

Afin de répondre à ces défis urgents dont fait partie l’acidification de l’océan, il est essentiel de combler nos lacunes en termes de connaissances scientifiques, en encourageant le développement de la recherche marine et le transfert de technologies dans le pacifique occidental et ses régions adjacentes. En réponse à cette demande, la Commission Océanographique Intergouvernementale (COI) de l’UNESCO, sa sous-commission pour le Pacifique occidental (WESTPAC) et ses partenaires ont annoncé deux importants engagements :

1. Développer et renforcer la recherche régionale et les réseaux de surveillance afin de mesurer les conséquences de l’acidification de l’océan pour les écosystèmes des récifs coralliens du Pacifique Occidental et dans ses régions adjacentes.

2. Développer des capacités de recherche et de transfert des technologies marines à travers le Réseau régional d’entrainement de la COI et les Centres de recherche de la zone Pacifique Occidental et des régions adjacentes.

Lancées par un partenariat de plus d’une douzaine d’institutions internationales, gouvernementales, scientifiques et instituts de recherche, ces deux initiatives visent à atteindre au niveau régional et d’ici 2020, les résultats clés qui ont été fixés à propos du développement du savoir scientifique, des capacités de recherche et de transfert des technologies marines nécessaires pour renforcer la gouvernance de l’océan et atténuer les impacts de l’acidification de l’océan sur la santé de celui-ci et sur la biodiversité.

Via sa Sous-Commission pour le Pacifique-Occidental (WESTPAC), la COI de l’UNESCO coordonnera ces deux initiatives en étroite collaboration avec ses partenaires les plus pertinents pour ce genre d’initiative. Un certain nombre d’activités sont ainsi prévues d’ici les trois prochaines années, couvrant le Pacifique-Occidental et ses régions adjacentes : notamment la mise en place de deux centres régionaux d’entrainements et de recherches qui devront régulièrement fournir des entrainements sur des problèmes clés de ces régions, et via le développement et le renforcement des capacités de surveillance de l’acidification de l’océan sur la moitié des sites pilotes existants et déjà sélectionnés.

Les livrables de l’initiative incluent également des exercices interactifs et pratiques, de l’assistance technique, et des entrainements scientifiques réguliers, assurés de manière régulière dans les deux centres existants d’entrainement régional et de recherche, respectivement sur les Dynamiques Océaniques et Climatiques (RTRC-ODC) dans le Premier Institut Océanographique ('Administration océanique nationale chinoise), et sur la Santé de la Biodiversité Marine et des Ecosystèmes (RTRC-MarBEST), à l’Institut Indonésien des Sciences.

Ces deux engagements volontaires font partie des résultats de la Conférence des Nations-Unies sur l’Océan (du 5 au 8 juin 2017, au Siège de l’ONU à New-York). Ces initiatives figurent sur The Ocean Conference Registry of Voluntary Commitments, aux côtés d’autres engagements pris par les gouvernements, des organisations internationales, des organisations de la société civile, du secteur privé, des institutions scientifiques et d’autres parties prenantes, toujours dans le cadre de la mise en place de l’objectif de Développement Durable 14 – qui vise à la conservation et un usage durable des ressources de notre océan.

N’hésitez pas à vous rendre sur le website officiel de la Conférence des Nations-Unies sur l’Océan pour une vue d’ensemble du programme de nos événements parallèles, des résultats attendus, et des engagements volontaires.

Pour plus d’informations, merci de contacter:

Wenxi Zhu (w.zhu(at)unesco.org), pour des informations plus précises sur les initiatives sur le Pacifique Occidental et ses regions adjacentes.

Julian Barbière (j.barbiere(at)unesco.org), pour plus d’informations sur la participation de la COI de l’UNESCO à la Conférence sur l’Océan.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com