» Qu’y a-t-il sous la mer ? Des efforts entrepris pour cartographier l’intégralité du plancher océanique avant 2...
20.07.2016 - Commission océanographique intergouvernementale

Qu’y a-t-il sous la mer ? Des efforts entrepris pour cartographier l’intégralité du plancher océanique avant 2030

© GEBCO: SAS Prince Albert II s'adresse à Robert Ward, Président de l'Organisation hydrographique internationale, et à Yohei Sasakawa, Président de la Fondation Nippon.

Plus de 150 hauts représentants, scientifiques, universitaires et partenaires commerciaux des grandes organisations liées à l’océan, se sont réunis à Monaco pour adhérer à l’objectif Seafloor 2030 : rendre possible la cartographie complète du plancher océanique avant 2030.

La cartographie du plancher océanique, ou bathymétrie, est cruciale pour de nombreux acteurs : les scientifiques marins s’appuient sur des cartes bathymétriques pour planifier des expéditions océaniques et pour gérer leur temps de recherche et leurs ressources efficacement ; l’industrie du transport maritime a besoin de cartes bathymétriques de qualité pour garantir des voies de navigation sures et efficaces ; les autorités de gestion des catastrophes dépendent des cartes bathymétriques pour soutenir les efforts de prévision et de modélisation des tsunamis. Savoir ce qu’il y a sous la mer, et plus précisément la forme du plancher océanique, est une information primordiale, qui manque à l’heure actuelle pour une grande partie de l’océan mondial. Plus de 85% du plancher océanique mondial reste non cartographié à l’aide de méthodes de cartographie modernes.

Organisé sous les auspices de la Carte bathymétrique générale des océans (GEBCO), le Forum sur la future cartographie du plancher océanique (du 15 au 17 juin) vise à partager l’information bathymétrique pour créer une base de données bathymétriques mondiale de référence. Il vise également à donner un meilleur accès aux outils et aux technologies, pour les pays en voie de développement et les pays côtiers notamment, afin de permettre la production d’une base de donnée complète, et encourage le partage de données en vue d’atteindre cet objectif.

GEBCO est un projet conjoint de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO et de l’Organisation hydrographique internationale (OHI), et demeure la seule organisation internationale dont le mandat est de cartographier le plancher océanique.

Le forum a été ouvert officiellement par le Prince Albert II de Monaco, arrière-arrière-petit-fils du Prince Albert Ier, le fondateur de GEBCO en 1903. Les discours introductifs ont été prononcés par les représentants des deux organisations mères de GEBCO : Robert Ward, président du Secrétariat de l’Organisation hydrographique internationale, et Thorkild Aarup, représentant la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO.

Le vice-amiral Shin Tani, président du comité directeur de GEBCO, a également pris la parole et souligné le fait que « nous en savons plus sur la topographie de Mars que sur les fonds marins de la Terre ». Le président de la Nippon Foundation, Yohei Sasakawa, qui a parrainé le forum, a appelé à un soutien important de la communauté internationale à la cartographie du plancher océanique.

A l’issue de deux journées de tables rondes intenses et de sessions en groupes restreints, les participants ont conclu que la cartographie du plancher océanique impliquait une nouvelle structure de coordination mondiale des activités de cartographie et de collecte de l’intégralité des mesures de profondeur disponibles sous la forme d’un portrait global du plancher océanique mondial. La coopération internationale est nécessaire en vue de mobiliser les acteurs et d’intégrer les outils avancés que sont les logiciels de traitement et d’analyse bathymétrique, les technologies de base de données, les infrastructures informatiques et les techniques de quadrillage, ainsi que les derniers développements en matière de méthodes de cartographie du plancher marin.

Plusieurs initiatives d’innovation scientifique sont développées en réponse à l’objectif Seafloor 2030. Le Shell Ocean Discovery XPRIZE met actuellement au défi des équipes en vue de développer de nouvelles technologies des eaux profondes pour une cartographie océanique autonome, rapide et en haute résolution. Un projet pilote entre GEBCO et Google sera lancé afin d’examiner plus en détail l’application de la bathymétrie dérivée d’imagerie satellite à l’échelle mondiale, en déployant les réseaux de GEBCO.

Pour atteindre l’objectif Seafloor 2030, il est nécessaire d’identifier les données existantes et de cartographier les informations manquantes. Le développement de la coordination institutionnelle entre la recherche scientifique et l’industrie doit s’accompagner du renforcement des capacités pour assurer l’engagement effectif des Etats en voie de développement, et du soutien politique nécessaire à travers le G7 et les agences des Nations Unies. Les avancées en matière de cartographie des planchers océaniques seront cruciales pour le développement des cadres des Nations Unies sur l’océan en cours d’élaboration, et en particulier pour l’Atlas des Océans des Nations Unies et la mise en œuvre de l’objectif 14 des Objectifs de développement durable : conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines.

Ces conclusions tirées du Forum sur la future cartographie du plancher océanique renvoient directement aux points de vue exprimés par les Etats membres de la COI quant à l’importance des produits GEBCO pour les programmes de la COI tels que la modélisation des tsunamis et les cartes d’inondations, la gestion intégrée des zones côtières, et les prévisions des risques côtiers.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com