» Les lauréats du Prix UNESCO d’éducation en vue du développement durable créent de nouveaux liens au Japon
08.02.2017 - Education Sector

Les lauréats du Prix UNESCO d’éducation en vue du développement durable créent de nouveaux liens au Japon

© UNESCO-Miriam Tereick

Les lauréats du Prix UNESCO-Japon d’éducation en vue du développement durable (EDD) de 2015 et 2016 se sont réunis à l’occasion d’un voyage d’étude spécial de cinq jours au Japon co-organisé par l’UNESCO. Le prix, financé par le Gouvernement du Japon, récompense des individus et des organisations pour leurs projets remarquables dans le domaine de l’EDD. Les participants ont pu créer des partenariats et partager leurs expériences lors d’une série de manifestations organisées à Okayama et à Tokyo, du 21 au 25 janvier.

« Parmi les discussions les plus importantes que j’ai eues sur l’EDD depuis longtemps », a dit l’une des lauréates du prix, Corrina Grace, de l’Association SERES. Un autre lauréat, Jamie Agombar, de l’Union nationale des étudiants (NUS-UK) du Royaume-Uni, a dit que l’expérience avait été « très utile…Gagner le Prix UNESCO-Japon d’EDD est peut-être la meilleure chose qui nous soit jamais arrivée ».

Créer des partenariats et partager des expériences

Le premier grand événement au programme a été le Forum d’Okayama sur l’EDD, où les représentants des organisations lauréates ont présenté brièvement leur travail devant un public de 400 experts, enseignants, étudiants, ONG, entreprises, citoyens ainsi que le maire de la ville. Un lauréat de 2016 n’a pas dû voyager longtemps pour venir : il s’agit de la Commission de la ville d’Okayama pour la promotion de l’EDD, qui a été récompensée l’année dernière pour son approche exceptionnelle du développement durable dans l’ensemble de la ville.

Le deuxième lauréat de 2016, NUS-UK, qui a reçu le Prix pour son programme « Green Impact » dans les universités, a fait participer son « chef du développement durable » au voyage. Le troisième lauréat de 2016, le Centre pour la régénération et le développement communautaire (Cameroun), n’a malheureusement pas pu participer.

Les lauréats de l’année dernière ont été rejoints par ceux de la première édition du Prix en 2015 : rootAbility (Allemagne), SERES (Guatemala) et le Centre Jayagiri (Indonésie).

Après trois jours à Okayama, les lauréats ont participé à un deuxième Forum sur l’EDD à Tokyo avec des experts japonais de l’EDD de haut niveau. Ils ont également rendu visite à de nombreux organismes, établissements éducatifs et administrations œuvrant dans le domaine de l’EDD dans les deux villes. Figuraient sur la liste plusieurs écoles associées de l’UNESCO ainsi que des partenaires principaux du Programme d’action global sur l’EDD (GAP), tels que le Centre culturel de l'Asie et du Pacifique pour l'UNESCO (ACCU), la Fondation Goi pour la paix et l’Université des Nations Unies (UNU-IAS).

Collaborations futures

La dernière journée a été consacrée à l’examen des futures collaborations entre les participants ainsi qu’avec leurs nouveaux contacts. Il s’agira de mener des projets de recherche sur les résultats de l’EDD, de coopérer en ce qui concerne les demandes de bourses, de rester en contact par le biais d’appels réguliers sur Skype et de réunions avec les principaux partenaires du GAP, de poursuivre le blog conjoint sur le Prix d’EDD et bien sûr d’organiser une autre réunion en 2018, avec les trois prochains lauréats.

L’événement s’est clôturé par une sympathique soirée karaoke, et les participants ont fait part de leur satisfaction : Miki Konishi, de la Commission d’Okayama pour la promotion de l’EDD, a apprécié cette « excellente opportunité de repenser l’EDD en examinant ses diverses approches ».

« Les résultats ont totalement dépassé les attentes de chacun », indique Miriam Tereick, point focal de l’UNESCO pour le Prix. « Nous avons créé tellement de nouveaux liens, et de plans pour de futurs partenariats ».

« Nous avions prévu une activité pour « briser la glace » le premier jour, et amener les gens à discuter », a-t-elle ajouté. « Ce n’était vraiment pas nécessaire. Tout le monde s’est tout de suite très bien entendu ».  

Le Prix UNESCO-Japon

Le Prix UNESCO-Japon d’EDD récompense des individus et des organisations pour leurs projets remarquables dans le domaine de l’EDD. Financé par le Gouvernement japonais, il est doté d’un montant annuel de 150 000 dollars à diviser entre trois lauréats. Le Prix a été décerné pour la première fois en novembre 2015. La date limite des candidatures pour l’édition 2017 est fixée au 2 mai. Veuillez consulter cette page pour plus d’informations.

L’événement de cinq jours a été organisé conjointement par l’UNESCO, le Ministère de l’éducation, de la culture, des sports, des sciences et de la technologie (MEXT) du Japon, la Commission nationale japonaise pour l’UNESCO (JNCU), la Commission d’Okayama pour la promotion de l’EDD, la ville d’Okayama et l’Université d’Okayama.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page