10.07.2016 - UNESCOPRESS

Le Comité du patrimoine mondial s’est ouvert à Istanbul

Istanbul, 10 juillet- La 40e session du Comité du patrimoine mondial s’est ouverte aujourd’hui à Istanbul (Turquie) sous la présidence de Lale Ülker, Ambassadeur, Directrice générale des affaires culturelles et de la promotion à l'étranger au ministère turc des affaires étrangères. La cérémonie a été l’occasion de rappeler que le patrimoine mondial, qui fait aujourd’hui l’objet de nombreuses menaces, doit plus que jamais demeurer un vecteur de cohésion et de dialogue.

Le Vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmuş a rappelé dans son discours introductif le rôle fondamental que doivent jouer la culture et le patrimoine, un rôle rendu plus décisif encore dans une période marquée par les guerres et les attaques terroristes. « L’UNESCO a pour vocation de protéger nos valeurs communes […] et ce rôle est encore plus crucial aujourd’hui alors que nous vivons une période difficile », a-t-il déclaré. « La meilleure réponse à ces attaques n’est pas seulement politique mais aussi artistique et culturelle. Il faut faire front ensemble ».

Le patrimoine mondial incarne une idée révolutionnaire a souligné pour sa part la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.  « L’idée selon laquelle toutes les cultures et croyances peuvent s’unir autour de la notion de valeur universelle exceptionnelle. Lorsqu’un site est détruit où que ce soit dans le monde, nous souffrons tous, nous sommes tous affaiblis, même s’il est situé dans une autre région, date d’une autre période ou appartient à une culture différente ».  « Ce qui est en jeu ici, ce n’est pas seulement d’ajouter de nouveaux sites sur une liste. Il s’agit aussi de réaffirmer l’importance des valeurs humaines et des droits de l’homme. Il s’agit de soigner des mémoires blessées, d’utiliser le patrimoine pour reprendre confiance, se rétablir et se tourner vers l’avenir », a-t-elle poursuivi.

Le ministre turc de la culture Nabi Avcı a quant à lui insisté sur le fait que l’UNESCO est la mieux placée pour promouvoir la coopération. « L’UNESCO est l’étendard du “soft power”, un principe fondamental sur lequel on peut construire la paix ». 

« Aujourd’hui, nous sommes tous témoins des menaces qui pèsent sur le patrimoine mondial. Attaquer le patrimoine revient à attaquer l’histoire, l’identité et les valeurs d’un peuple. Face à de telles menaces, nous devons rester unis. Au cours de cette session, sur la base des actions déjà entreprises, nous débattrons des mesures complémentaires à prendre pour faire face à ces menaces », a souligné pour sa part Lale Ülker. 

 

 

 

President of the General Conference Stanley Mutumba Simataa spoke to the relevance of the World Heritage Convention. “At a time of ever increasing threats to natural and cultural sites, the Convention is a key tool to empower the international community to safeguard, protect, promote and transmit our heritage to future generations.”  

Le Président de la Conférence générale de l’UNESCO, Stanley Mutumba Simataa a évoqué la pertinence de la Convention pour la patrimoine mondial « Alors que des menaces croissantes pèsent sur les sites naturels et culturels, la Convention du patrimoine mondial est un instrument clé pour permettre à la communauté internationale de sauvegarder, protéger, promouvoir et transmettre notre patrimoine aux générations futures ».

« Je crois fermement qu'il est de notre devoir de renforcer le rôle de l'UNESCO dans la protection du patrimoine dans les zones de conflit, ainsi que d'assurer la protection et la préservation des sites dans les zones touchées par une catastrophe naturelle », a insisté de son côté Michael Worbs, Président du Conseil exécutif de l’UNESCO.

De nombreuses personnalités, parmi lesquelles Kadir Topbaş, le maire d’Istanbul ou Öcal Oğuz, Président de la Commission nationale turc pour l’UNESCO, ont pris part à cette cérémonie qui a réuni quelque 800 participants.

Au cours de cette session, le Comité du patrimoine mondial examinera les propositions d’inscription de 27 sites sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Parmi les propositions d’inscription, le Comité examinera neuf sites naturels, 14 sites culturels et quatre sites mixtes (à la fois naturels et culturels). Le Comité examinera également l’état de conservation de 108 sites déjà inscrits sur la Liste et des 48 sites figurant sur la Liste du patrimoine mondial en péril au cours de sa session dont les travaux seront retransmis en ligne (www.whc.unesco.org). 

Les  27 propositions d’inscription qui seront examinées sont les suivantes :

Sites naturels :

 

  1. Mistaken Point (Canada)
  2. Shennongjia au Hubei (Chine)
  3. Ensemble tectono-volcanique de la Chaîne des Puys et faille de Limagne (France)
  4. Désert de Lout (République islamique d’Iran)
  5. Tien Shan occidental (Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan)
  6. Archipel de Revillagigedo (Mexique)
  7. Parc national marin de Sanganeb et Parc national marin de la baie de Dungonab- île de Mukkawar (Soudan)
  8. Complexe des forêts de Kaeng Krachan (Thaïlande)
  9. Ecosystèmes de montagne de Koytendag (Turkménistan)

Sites mixtes (naturels et culturels) :

 

  1. Pimachiowin Aki (Canada)
  2. Parc national de Khangchendzonga (Inde)
  3. Les Ahwar du sud de l’Iraq : refuge de biodiversité et paysage relique des villes mésopotamiennes (Iraq)
  4. Massif de l’Ennedi : paysage naturel et culturel (Tchad)

Sites culturels :

 

  1. L’œuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne (Allemagne, Argentine, Belgique, France, Inde, Japon, Suisse)
  2. Chantier naval d’Antigua et sites archéologiques associés (Antigua et Barbuda)
  3. Stećci - Tombes médiévales (Bosnie-Herzégovine, Croatie, Monténégro, Serbie)
  4. Ensemble moderne de Pampulha (Brésil)
  5. Paysage culturel de l’art rupestre de Zuojiang Huashan (Chine)
  6. Site de dolmens d’Antequera (Espagne)
  7. Œuvres majeures de l’architecture moderne par Frank Lloyd Wright (Etats-Unis)
  8. Site archéologique de Philippes (Grèce)
  9. Vestiges mis au jour de Nalanda Mahavihara (Inde)
  10. Le qanat perse (République islamique d’Iran)
  11. Nan Madol : centre cérémoniel de la Micronésie orientale (Etats fédérés de Micronésie)
  12. Site archéologique et centre historique de la ville de Panamá [Modification majeure des limites de « Site archéologique de Panamá Viejo et district historique de Panamá »] (Panama)
  13. Grottes néandertaliennes de Gibraltar et leur environnement (Royaume-Uni)
  14. Site archéologique d’Ani (Turquie)

 

***

Suivre le Comité en direct

Accréditation

Les journalistes souhaitant couvrir les travaux du Comité sont priés de demander un code à : Nesrin Alp, nesrin.alp(at)byegm.gov.tr

Enregistrement en ligne

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page