La durabilité environnementale à l’UNESCO

© UNESCO

Face au changement climatique, à la perte de biodiversité et à la pollution de l'environnement, l'UNESCO et les Nations Unies appellent à prendre des actions concrètes, sans précédent et immédiates pour l'environnement. De nombreux programmes de l'UNESCO soutiennent spécifiquement les États membres à aborder la question de la durabilité environnementale et à prendre des mesures concrètes en faveur du climat, par exemple à travers le réseau mondial des réserves de biosphère, le projet sur les Systèmes de savoirs locaux et autochtones et l’éducation au développement durable.

Dans le cadre de la Transformation stratégique et en accord avec la Stratégie de gestion de la durabilité environnementale des Nations Unies 2020-2030, l'UNESCO a également mis l'accent sur la nécessité de rendre ses propres installations, opérations et activités de programme plus respectueuses de l'environnement et d'intégrer les questions environnementales dans les politiques et les directives. Nous souhaitons vous présenter certains des récents progrès réalisés, qui ont été menés par le Secteur de l'administration et du management en étroite collaboration avec tous les autres Secteurs. Les États membres ont été impliqués entre autres via le Comité du Siège, le Conseil exécutif et la Transformation stratégique.

Mise en place d'un système de gestion de management (SME) certifié

L'UNESCO s'est engagée à mettre en place et à appliquer un système de management environnemental (SME) conforme à la norme ISO14001, qui constituera le cadre essentiel pour traiter la performance environnementale à long terme de l'organisation. De cette façon, l'UNESCO sera en mesure de planifier, de contrôler et d'améliorer continuellement de façon structurée ses impacts sur l'environnement tout en augmentant l'efficacité opérationnelle. Nous visons à obtenir la certification ISO en 2021.

Réduction des émissions de carbone : vers la neutralité climatique

Un objectif clé des actions environnementales de l'UNESCO est de réduire considérablement les émissions de carbone : conformément aux objectifs de la Stratégie des Nations Unies, nous devons parvenir à une réduction de 45 % d'ici 2030. En outre, toutes les émissions qui ne peuvent être réduites seront compensées par l'achat de crédits compensatoires. Pour financer ces mesures - et pour sensibiliser davantage au coût environnemental du transport aérien - l'UNESCO met en place une taxe interne sur le carbone (à partir de septembre/octobre 2020, à confirmer) : un petit prélèvement sur tous les billets d'avion achetés, pour tous les bureaux. L'UNESCO pourra ainsi revendiquer la neutralité carbone dès cette année.

Déchets : réduire, recycler et éliminer les plastiques à usage unique

En juin de cette année, de nouvelles stations de tri ont été mises en place au Siège. Ces stations collectent le papier, le plastique et d'autres déchets résiduels et se trouvent à chaque étage. Les poubelles individuelles ont été enlevées des bureaux, afin d’assurer une meilleure sensibilisation, et d’encourager le tri et la réduction des déchets par le personnel. Les bâtiments de Miollis et Bonvin suivront plus tard dans l’année.

De plus, nous interdisons progressivement les plastiques à usage unique au sein des locaux de l'UNESCO. Au Siège, de nouvelles fontaines d'eau - produisant à la fois de l'eau froide et de l'eau chaude - permettront d'éviter l'achat de bouteilles en plastique à usage unique. À plus long terme, il est prévu d'intégrer une ‘interdiction des plastiques’ dans la politique d'achat de l'UNESCO.

Plusieurs bureaux hors-Siège, tels que ceux de Bangkok, Lima et Nairobi, ont déjà adopté des politiques similaires de réduction des déchets et des plastiques. Bangkok mène même une campagne #BeatPlasticPollution dans toute la région Asie-Pacifique - vous pouvez en savoir plus ici.

 

Protéger la biodiversité et promouvoir l'agriculture urbaine

Peu avant le confinement, nous avons pu inaugurer le premier jardin potager du Siège, géré par Noocity. Le personnel peut désormais s'inscrire pour bénéficier de paniers de légumes réguliers et pour participer à des ateliers de jardinage.

Pendant l’été, un deuxième potager jardin éco-responsable, mis en place en collaboration avec la Commission nationale française, a vu la lumière du jour. Il offrira des ateliers pédagogiques et des « side-events » sur le site portant sur l’éducation aux sciences du vivant, l’alimentation durable, les villes durables, la biodiversité et le changement climatique.

Le comité du Siège a été pleinement impliqué dans la planification de ces deux projets.

Les deux potagers forment un ensemble spatial cohérent et envoient un message symbolique fort sur l’engagement de l’Organisation en matière de biodiversité et de développement durable dans un contexte de changement climatique et de transition écologique. Des événements, ateliers et d’autres activités sont prévus tout au long de l’année ; le programme complet sera probablement présenté au mois de septembre.

De nombreux bureaux hors-Siège ont également créé ou prévoient de créer leurs propres jardins, par exemple à Ha Noi, New Delhi et Tachkent.

Sensibilisation et implication du personnel

Un facteur crucial pour le succès de la gestion environnementale est la sensibilisation et la participation du personnel. C'est pourquoi une communication efficace autour du SME, des campagnes de changement de comportement, des enquêtes et des journées d'action du personnel au niveau mondial sont essentielles. La situation actuelle de télétravail limite encore la portée de ce que nous pouvons faire, mais pour l'instant, une page intranet et un bulletin d'information mensuel ont déjà été mis en place. Des campagnes d'action plus régulières suivront, qui impliqueront et viseront également les autres locataires des bâtiments de l’UNESCO, tels que les Délégations permanentes au Siège.

Dans le cadre de la mise en place du SME, de nombreuses autres mesures - par exemple en ce qui concerne la réduction de la consommation d'énergie et d'eau ; l'organisation de réunions durables - font partie de la feuille de route, et nous mettrons à jour cette page régulièrement. Pour de plus amples informations, veuillez contacter : environment(at)unesco.org