Service médical

Le service médical de l’UNESCO propose aux membres du personnel des conseils de prévention et une assistance médicale. C’est l’un des piliers pour améliorer la santé au travail.

Ses missions sont :

  • mettre en place des visites médicales de médecine du travail dans le cadre de la prévention

  • répondre aux situations d’urgence

  • prendre soin de la santé et du bien-être du personnel dans le milieu du travail

  • évaluer les aptitudes à l’occupation d’un poste de travail

  • mener des campagnes de sensibilisation en milieu de travail

  • collaborer au fonctionnement de la Caisse d’Assurance Maladie (rôle de médecin conseil)

  • analyser et valider les arrêts maladie et maternité des membres du personnel

  • effectuer des consultations médicales: diagnostic, traitement et, le cas échéant, orientation vers un spécialiste ou une structure hospitalière adaptée

  • proposer les services d’un(e) infirmier(e) à plein temps et/ou d’un médecin pour donner des conseils de santé avant un départ en mission et pour répondre à toute question de santé qui se pose

  • organiser, si nécessaire, l’évacuation sanitaire des membres du personnel dans les bureaux de l’UNESCO situés hors siège.

Le Service médical à Fontenoy est ouvert de 9h00 à 18h30 sans interruption. (deuxième étage, aile jaune)

Pour tout renseignement ou pour prendre un rendez vous médical appeler le : 80867

EN CAS D’URGENCE MEDICALE appeler le :  80222 (Pompiers de l’UNESCO)

Les visites médicales

Le Service médical est ouvert à tous les membres du personnel, consultants, surnuméraires, stagiaires, délégations et au personnel des autres organisations des Nations Unies.

Les consultations sont sur rendez-vous au : 80867 (fontenoy) ou 83231 (Miollis)

Les soins d’urgence ainsi que les soins infirmiers ne nécessitent pas de rendez-vous.

À votre arrivée au service médical, vous serez reçu par un(e) infirmier(e) qui prendra soin de vous et/ou qui vous dirigera vers le professionnel de santé approprié.

Divers renseignements médicaux sont disponibles dans la salle d’attente (brochures, affiches...)

Emplacement et horaires d’ouverture :

Le service médical à Fontenoy se situe à l’extrémité de l’aile jaune, au 2e étage et est ouvert sans interruption de 09h00 à 18h30.

Le service médical à Miollis se situe au rez de chaussée, ouvert sans interruption de 9h à 16h30.

Médecins de l’Unesco :

Médecin chef
Médecin généraliste
Gynécologue – consultations le mardi matin
Psychiatres – consultations le mercredi après-midi.

Situation d’urgence

En cas d’urgence au sein de l’UNESCO (dans les locaux du siège) :

  • Malaise
  • Accident
  • Début d’incendie

Composez le 18 ou 80222 depuis un poste fixe (ne pas utiliser votre téléphone portable).

Vous serez directement en relation avec le service d’urgence (pompiers de l’Organisation).

Vous devez communiquer à votre interlocuteur :

  • Le lieu où se trouve la personne victime de l’urgence (bâtiment, étage, numéro de bureau)
  • La nature du malaise, de l’accident…

L’équipe des pompiers arrivera dans les plus brefs délais. Le service médical sera informé si nécessaire et prêt à intervenir.

En cas d’urgence en dehors des locaux de l’UNESCO (et si vous êtes en France) :

Composez le 15 (SAMU: Service d’Aide Médicale d’Urgence)

ou le 18 (pompiers de Paris) : urgence médicale, incendie, accident.

Dépistage et prévention

Le dépistage et la prévention sont des éléments clés pour être en bonne condition physique et mentale.

Le Service médical attire votre attention sur les enjeux de santé suivants (d’autres thèmes suivront prochainement) :

Si vous ou l’un de vos proches ressent ou décrit une douleur à la poitrine avec un ou plusieurs signes accompagnateurs tel que :

  • une douleur diffuse dans la poitrine (non localisée à un endroit précis)
  • une sensation « de poids sur la poitrine », «d’écrasement » ou "d’oppression" (parfois accompagnée de douleur dans les bras ou les mâchoires)
  • une douleur continue (et non fulgurante), gênante et empêchant tout effort (incapacité à marcher)

Vous devez :

  • si la douleur dure moins de deux minutes: consulter un médecin rapidement et lui décrire la douleur
  • si la douleur dure plus de deux minutes: appelez ou faites appeler par votre entourage les services d’urgences pour une consultation immédiate (composez le 15 ou le18 si vous êtes en France).

Dans tous les cas, seul un médecin, qui effectuera un électrocardiogramme voire d’autres examens complémentaires, pourra confirmer si la douleur est liée à une insuffisance coronarienne (une oxygénation insuffisante du cœur pouvant conduire à un infarctus).

Il existe deux types de cancer de la peau :

  • Carcinome ou épithélioma: cancer de la couche supérieure de l’épiderme généralement causé par l’exposition au soleil.
    • Le carcinome basocellulaire : le plus fréquent des cancers de la peau. Il est d’évolution lente et peut être très destructeur. Sa malignité reste néanmoins très localisée.
    • Le carcinome spinocellulaire : particulièrement grave en raison de la possibilité de sa propagation vers les ganglions lymphatiques. Il peut apparaître sur des lésions sous-cutanées existantes telles que des cicatrices de brûlures par exemple.
  • Mélanome: c’est le plus dangereux de tous les cancers de la peau de par sa propagation possible.

Attention ! Si un grain de beauté change d’apparence d’une manière ou d’une autre ou si une tache sombre, quelle que soit sa taille, apparaît soudainement sur votre peau, consultez rapidement un médecin et si besoin, un dermatologue. Deux tiers des mélanomes apparaissent sur une peau saine sans grain de beauté préexistant !

Un traitement approprié (chirurgie) repose sur un diagnostic précoce. Détecté tardivement, un mélanome, dont la gravité dépend de l’épaisseur, peut, même s’il a été retiré, récidiver localement ou donner des métastases (ganglionnaires, viscérales...)

Quatre-vingt-dix pour cent des mélanomes peuvent être guéris s’ils sont traités dès l’apparition des premiers signes.

L’exposition aux rayons ultraviolets augmente sérieusement le risque de mélanome.

Une consommation excessive d’alcool peut, comme vous le savez, avoir un retentissement sur votre santé et des répercussions sur votre vie personnelle et professionnelle.

Dans le cadre de ses opérations de prévention, le Service médical vous invite à faire le point sur votre propre consommation.

Pour une consommation responsable, testez-vous en répondant à ce questionnaire à imprimer.

Même si vous ne voyagez pas, certaines vaccinations doivent être effectuées ou renouvelées.

Les vaccinations recommandées dépendent du pays où vous vivez.

Nous vous recommandons de venir au Service Médical ou de voir votre médecin pour faire le point. (Si vous en avez un, munissez-vous de votre carnet de vaccination)

Cette démarche simple peut vous sauver la vie.

L’hypertension artérielle chronique est une affection fréquente qui affecte environ 10 % de la population âgée de 60 ans et plus.  

Elle peut se développer à tout âge, mais sa fréquence augmente avec l’âge.

Elle est difficile à diagnostiquer. En effet, toute personne à un moment ou l’autre de la journée aura une pression artérielle élevée. Cependant, cette personne n’est pas nécessairement hypertendue.

Il est même physiologique (normal) pour la pression artérielle d’augmenter dans certaines circonstances (sport, émotion, etc.)

Ce qui définit l’hypertension artérielle comme une maladie est la permanence d’une tension artérielle élevée. Cela signifie que les mécanismes de régulation de l’organisme ne fonctionnent plus correctement pour ramener la tension artérielle à un niveau normal.

Le diagnostic de l’hypertension artérielle est rendu plus difficile par l’absence de signes physiques de la maladie. (Parfois il existe des signes mais qui n’ont rien de spécifiques). La seule méthode diagnostique est donc la mesure de la pression artérielle avec un brassard.

L'unique façon de confirmer le diagnostic d’hypertension artérielle est de mesurer la pression artérielle plusieurs fois, à différents moments de la journée, sur une période d’environ deux semaines.

Un médecin à qui l’on présente une liste de 5 à 10 mesures de tension artérielle, précisant le jour et les résultats, sera dans la plupart des cas en mesure de confirmer ou d’infirmer le diagnostic d’hypertension artérielle.

Au-dessus de quels chiffres la pression artérielle est considérée comme élevée ?

C’est une question très difficile à laquelle on ne peut donner qu’une réponse partielle.

Des prises au-dessus de 140/90 mm Hg (pression maximale/minimale) doivent être surveillées à plusieurs reprises. Des prises au-dessus de 180/100 mm Hg nécessitent des contrôles plus rapprochés.

(Cependant, ces résultats doivent être jugés en fonction de l’âge et de l’existence d’autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires : diabète, tabagisme, antécédents familiaux, dyslipidémie.)

Une pression artérielle élevée non diagnostiquée et non traitée peut avoir des conséquences à moyen et long terme. C’est un facteur de risque qui peut contribuer à :

  • des accidents vasculaires cérébraux
  • une maladie coronarienne (artères du cœur)
  • une insuffisance cardiaque
  • une insuffisance rénale.

Une fois qu’on a diagnostiqué une pression artérielle élevée, une série de tests est essentielle afin de déterminer une éventuelle cause et son éventuel retentissement sur les différents organes. Ceci peut facilement être fait au moyen d’un examen clinique avec des tests sanguins et urinaires, un électrocardigramme (ECG) et parfois des tests complémentaires.

Le traitement repose sur des principes de vie saine et des conseils alimentaires : perdre du poids, éviter les excès de sel, etc. Un traitement médical est le plus souvent nécessaire, décidé en fonction de l’âge du patient et des facteurs de risque associés. Il existe quatre principaux types de traitement : les diurétiques, les bêtabloquants, les inhibiteurs de l’enzyme conversion et les inhibiteurs calciques. Tous ces traitements peuvent avoir des effets secondaires généralement minimes mais comme le traitement de l’hypertension artérielle doit être instauré à vie, les patients ne doivent pas hésiter à aller voir leur médecin pour modifier le type de traitement en cas d’effets secondaires désagréables.

 

En conclusion :

  • Contrôlez votre tension artérielle régulièrement. Ne manquez pas un check-up !
  • Si votre tension artérielle est élevée, faites-la contrôler plusieurs fois.
  • Le traitement pour l’hypertension artérielle n’est pas une question d’urgence. Ne commencez  pas un « traitement à vie » si le diagnostic n’est pas absolument certain.
  • En revanche, si vous avez une pression artérielle élevée chronique, prenez votre traitement de façon régulière et ininterrompue pour éviter les complications à moyen ou long terme.