23.09.2013 - UNESCOPRESS

Cent pays adoptent des mesures pour renforcer la répression du dopage dans le sport

© Photo ONU/Logan Abassi

Cent Etats parties à la Convention internationale contre le dopage dans le sport se sont mis d’accord pour renforcer la lutte contre l’utilisation par les athlètes de substances illicites améliorant les performances et ont examiné d’autres questions éthiques relatives au sport, comme les mécanismes visant à lutter contre le fléau des matches truqués.

Les 260 participants à la quatrième session de la Conférence des Etats parties à la Convention internationale contre le dopage dans le sport, qui s’est tenue les 19 et 20 septembre à l’UNESCO, ont décidé de renforcer la coopération entre l’UNESCO, l’Agence mondiale antidopage (WADA) et le Conseil de l’Europe afin d’harmoniser la réglementation et les règles pour mettre un terme au trafic de substances illicites. La lutte contre le dopage, ont conclu les participants, ne peut pas dépendre uniquement des tests effectués sur les athlètes mais doit aussi s’appuyer de plus en plus sur le partage de l’information et l’application des lois.

A la veille de la réunion, les Etats parties ont approuvé l’allocation de plus de 600 000 dollars aux 27 projets de lutte contre le dopage, ce qui porte à 120 le nombre d’initiatives financées par le Fonds de l’UNESCO pour l’élimination du dopage dans le sport. Depuis sa création en 2008, le Fonds a investi plus de 2,1 millions de dollars dans de tels projets.

La Conférence a par ailleurs décidé d’allouer 175 000 dollars à un projet d’une durée de 18 mois visant à aider six pays, qui restent à sélectionner, à développer un cadre légal national pour lutter contre le dopage.

***

Contact médias : Roni Amelan, Service de presse de l’UNESCO. Tel : +33 (0) 1 45 68 16 50, r.amelan(at)unesco.org




<- retour vers Toutes les actualités