31.07.2012 - Secteur des sciences sociales et humaines

Assistance aux comités de bioéthique en Afrique : une première formation organisée au Tchad

A la demande de la république du Tchad, où vient tout juste d’être créé un comité national de bioéthique, une session de formation est organisée à l’hôtel Novotel La Tchadienne de N’Djamena, du 1er au 3 août 2012, visant à clarifier le rôle et la mission de ce tout-nouveau comité de bioéthique, en aidant ses membres à développer des méthodes de travail et des procédures claires, ainsi que des initiatives en faveur de l’information du public et de la mise en place d’un réseau.

Première activité mise en place dans ce pays, dans le cadre du projet de l’UNESCO «Assistance aux comités de bioéthique » (ACB),  cette 1re session de formation de 3 jours permettra également à la vingtaine de membres du tout-nouveau Comité tchadien de bioéthique de s’informer et d’échanger sur les bonnes pratiques mises en œuvre par des comités nationaux de bioéthique déjà opérationnels. S’il appartient à chaque comité national de bioéthique, d’élaborer ses propres méthodes de travail en fonction du mandat qui lui est assigné, ce partage d’expériences permet en effet aux membres des comités nouvellement créés d’apprendre des succès et des échecs de ceux qui les ont précédés.

Mis en place dans le cadre de l’initiative de l’UNESCO pour la construction des capacités en bioéthique voulue par la « Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’Homme », le projet ACB, dans lequel cette 1re formation s’inscrit, accompagne, sur 3 ans, les pays qui le demandent dans le développement de leur comité national de bioéthique, fournissant une formation par an et une variété de ressources et d’outils.

Adapté aux réalités de chaque pays, ce cycle de formations dispensées par des membres du personnel de l’UNESCO et des experts internationaux partenaires de l’Organisation,  entend permettre aux pays bénéficiaires de traiter leurs besoins.

Le contenu des formations repose sur une série de guides produits spécialement par l’UNESCO dans cette perspective, ainsi que sur le « Cours de base de bioéthique » également conçu par l’Organisation pour populariser les standards internationaux en matière d’éthique et de droits de l’Homme en favorisant leur reconnaissance et leur adaptation au niveau local.

Une attention spéciale est accordée à la promotion de l’égalité des genres, tant dans le contenu des matériels utilisés pour la formation que dans le développement des plans d’action et de l’agenda de ces nouveaux comités nationaux de bioéthique.

Pour les formations, tout comme pour son initiative de construction des capacités en bioéthique, l’UNESCO accorde également une attention toute particulière au traitement des requêtes émanant des États africains.

Depuis 2008, des formations de ce type ont ainsi été conduites avec succès en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Ghana, en Guinée, en Jamaïque, au Kenya, au Salvador et au Togo.

Le Kenya est le premier pays bénéficiaire à avoir complété le cycle de 3 formations en novembre 2011.  La Côte d’Ivoire devrait être le prochain d’ici la fin de l’année 2012, période durant laquelle des formations similaires ont été ou seront également conduites pour la 2e fois au Gabon (21-23 juillet), en Guinée (11-15 septembre) et au Ghana (12-16 novembre) et, pour la 1re fois également, au Malawi (22-24 novembre).




<- retour vers Toutes les actualités