20.04.2015 - UNESCOPRESS

Michaëlle Jean plaide à l’UNESCO pour un multilatéralisme renforcé

© UNESCO/Cyril Bailleul -Left to right : Irina Bokova, UNESCO Director-General, H.E. Mrs Michaëlle Jean, Secretary-General of La Francophonie, H. E. Mr Mohamed Sameh Amr, Chairperson of the UNESCO Executive Board

« L’UNESCO et la Francophonie, c’est d’abord le partage de principes et de valeurs au service de l’idéal démocratique de dignité, d’égalité et de respect de la personne humaine », a souligné la Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean, lors de son intervention le 20 avril, devant le Conseil exécutif de l’UNESCO. En visite officielle à l’UNESCO, Michaëlle Jean s’exprimait à l’occasion du 70e anniversaire de l’Organisation.

Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la francophonie, s'exprimait devant le Conseil exécutif, à l'invitation de son Président Monsieur Mohamed Sameh Amr et dans le cadre des celebrations du 70eme anniversaire de l'UNESCO. Le Président du Conseil exécutif  à notamment rappelé les liens qui unissent Michaëlle Jean et l’UNESCO.

« Madame Jean, a-t-il déclaré, vous êtes membre de la famille de l'UNESCO et vous le resterez toujours. En effet, je connais vos liens étroits avec notre Organisation où vous avez oeuvré en qualité d'Envoyée Spéciale pour Haïti pendant plus de quatre ans avec grand succès».

Le Conseil Exécutif avait déjà eu aussi le privilège de l’accueillir en 2009, lors de sa 182ème session. Enfin, il a invité la Secrétaire générale à s’exprimer sur les domaines dans lesquels La Francophonie et l’UNESCO pourraient renforcer leur coopération, en tant que « bâtisseurs du futur. »

Monsieur Hao Ping, Président de la Conférence générale de l'UNESCO, a lui aussi salué la venue de la Secrétaire Générale de La Francophonie et a rappelé que la Francophonie et l’UNESCO défendent toutes deux les valeurs de la paix, de la diversité culturelle et du respect des droits de l’homme. Le Président de la Conférence générale a également tenu à évoquer le soutien qu’avait apporté la Francophonie lors de la Déclaration Universelle sur la Diversité Culturelle proclamée pendant la 31ème Conférence Générale.  

« Compte-tenu de nos valeurs communes, il est important que nos deux organisations travaillent ensemble pour aider les populations africaines à sortir de la pauvreté grâce à l'éducation, la science et la culture », a souligné le Président de la Conférence générale.

Evoquant la « solidarité intellectuelle » et « l’esprit de mutuelle assistance » qui ont présidé à la création de l’UNESCO, Michaëlle Jean a rappelé les liens anciens qui l’unissent à l’Organisation et évoqué son rôle en tant qu’Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti (2010-2014), alors que le pays venait de subir un tremblement de terre dévastateur. « C’est véritablement de l’intérieur que j’ai pu mesurer la capacité de l’UNESCO à rassembler et coordonner les efforts aux côtés de l’Etat haïtien et de la société civile », a-t-elle rappelé.

De son côté, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a évoqué les liens forts qui unissent l’UNESCO et la Francophonie et rendu hommage à l’action de Michaëlle Jean. « En ces temps troublés où nous devons faire face à la violence, à l’intolérance, à la régression des valeurs universelles et aux fractures sociales, nous avons besoin d’une voix forte », a souligné la Directrice générale, ajoutant que Michaëlle Jean était sans conteste « l’une des voix les plus claires et les plus fortes qu’on puisse entendre ».

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie a par ailleurs plaidé en faveur d’un multilatéralisme renforcé dans un contexte où les Etats ne sont plus en mesure de faire face, seuls, à des défis désormais planétaires : « Et ce n’est qu’au sein des organisations internationales que peut s’incarner ce multilatéralisme, qu’il soit à dimension universelle, à dimension régionale, ou à dimension linguistique ou culturelle, comme l’illustre la Francophonie ».

Elle a également rappelé les efforts de l’UNESCO et de l’OIF pour défendre une conception exigeante de la science, promouvoir l’éducation pour tous –notamment des filles–, et préserver la diversité culturelle. A cet égard, elle a exprimé son indignation face aux attaques délibérées visant le patrimoine mondial et au saccage de biens culturels séculaires.

« Nous ne sommes pas en présence d’un choc ou d’une guerre des civilisations, mais d’un combat entre deux projets de société à l’échelle du monde : l’un fondé sur la destruction, la régression, l’obscurantisme, la haine ; l’autre sur la construction, le progrès, l’esprit des Lumières, de toutes nos lumières, l’esprit de fraternité », a déclaré Michaëlle Jean.

« Ce projet, a-t-elle poursuivi, est partagé par des milliards d’individus dans le monde, quelle que soit leur culture, leur religion, la civilisation qui les a nourris […]. C’est ce projet que nous devons […] faire prospérer jour après jour, pour que se réalise enfin, ce rêve d’un monde plus juste, plus libre, plus prospère, plus pacifique, qui a inspiré, il y a quelques décennies, les fondateurs de l’UNESCO et de la Francophonie ».

A l'issue de cet événement, le Président du Groupe francophone auprès de l’UNESCO, Monsieur Khalil Karam,  a remercié Madame Michaëlle Jean, Monsieur Mohamed Sameh Amr, Monsieur Hao Ping et Madame Irina Bokova pour cette matinée dédiée à la diversité culturelle. Il terminé son intervention par une phrase de Jean-Baptiste Chenet de 1846 : « Si le Dieu qui m’entend dans l’espace caché, vient un jour parler à l’homme, son image, il parlera français : c’est bien là son langage. »




<- retour vers Toutes les actualités