04.07.2011 -

Au Sommet de l’ECOSOC, les écoliers appellent les dirigeants à respecter les engagements de l’Education pour tous

© UN PHOTO/Jean-Marc Ferré

Les étudiants ont donné le ton du sommet de l'ECOSOC 2011 en exprimant leur envie et leur vision de l’éducation auprès des hauts responsables de l'ONU rassemblés à Genève le 4 Juillet 2011. Les élèves ont interpelé les dirigeants de la planète, les exhortant à intensifier leurs efforts pour atteindre les objectifs de l’Education pour tous d'ici la date butoir de 2015.

La rencontre a eu lieu à la Place de Nations Unies avant l'ouverture de l'examen ministériel annuel de la Commission économique des Nations Unies et social (ECOSOC). Le sommet de l’ECOSOC coordonne les activités économiques et sociales des 14 agences spécialisées des Nations Unies, des commissions techniques et cinq commissions régionales. La réunion de cette année met l’accent sur « la Mise en œuvre des engagements en matière d'éducation sur le plan international ». Il revient à l'UNESCO de diriger la planification de cet examen ministériel annuel.

Le Président de l'ECOSOC, Lazarous Kapambwe, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Joseph Deiss, la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Asha-Rose Migiro, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova et le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, Sha Zukang, ont recueilli les messages des élèves de cinq établissements scolaires de la région genevoise. 

« Comment pouvons-nous veiller à ce que les systèmes éducatifs ne soient pas uniquement orientés vers l’acquisition de connaissances au service d'un système économique concurrentiel? » a demandé un étudiant. « L'éducation doit garantir le développement de la conscience individuelle pour édifier une société plus éthique et plus respectueuse du bien-être, surtout des plus vulnérables ».

De nombreux élèves se sont dits préoccupés par « la mauvaise qualité, par la rigidité de l’école, par les styles d'enseignement qui étouffent la créativité », tout en soulignant que les nouvelles technologies pourraient encourager la pensée critique et la capacité de décision. L’éducation dans la langue maternelle et l’apprentissage des langues étrangères ont été mis en avant comme des moyens de favoriser le dialogue et l'ouverture aux autres.

« Nous avons commencé notre rencontre avec vous aujourd'hui parce que vous avez insisté sur la qualité de l'éducation, des langues et de la solidarité », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova. Elle a souligné le rôle central de l'éducation pour le développement durable et la paix. « Je vous encourage à être curieux et à vous soutenir les uns les autres. Nous avons besoin d'une jeune génération capable de comprendre le monde, une génération capable d’innover, de comprendre la science et le changement climatique, une génération qui puisse comprendre les autres et percevoir la valeur de l'énorme richesse de nos cultures, qui sont le patrimoine commun de l’humanité ».




<- retour vers Toutes les actualités