02.09.2013 - UNESCO Office in Dakar

Binetou Thior: Ne faites pas, comme moi, l’erreur d’abandonner l’école!

Binetou Thior a quitté l’école mais aujourd’hui, elle veut aider d'autres femmes à s'alphabétiser. © UNESCO/Anne Müller

Binetou Thior a 21 ans. Elle habite Soucouta, un petit village de pêcheurs situé sur la côte ouest du Sénégal.

De sa voix emprunt de timidité, elle raconte son parcours scolaire et comment elle souhaite aider d’autres femmes à s’alphabétiser.

Elle explique ses débuts au primaire et son accès au secondaire malgré de nombreux redoublements. Elle quitta l’école au niveau du 5ème pour se marier et travailler dans un salon de coiffure.

« Mon mari insistait pour que je continue l’école mais je voulais être à la maison pour m’occuper de mon foyer et de mes enfants » dit-elle. Des enfants, Binetou en a deux, un petit garçon et un nourrisson qu’elle porte dans ses bras.

Aider les autres femmes

Pour elle, l’éducation revêt une importance cruciale, raison pour laquelle elle a rejoint à Soucouta, dans son village, le groupe de trente femmes participant au projet de l’UNESCO d’alphabétisation des jeunes filles et femmes au Sénégal(PAJEF).

« Je veux participer au projet et aider les autres femmes dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Je souhaite y aider aussi les gens qui habitent avec moi, dans mon foyer, » explique Binetou.

Elle est une des rares personnes dans son village qui savent lire et écrire, et de ce fait, les habitants se tournent vers elle dès qu’ils ont besoin d’envoyer ou de lire un sms sur leur téléphone portable :

« Si quelqu’un a besoin d’écrire, il vient vers moi» dit-elle. De plus, Binetou comprend et parle couramment le français, ce qui fait d’elle un interlocuteur de choix lorsque des touristes arrivent au village. »

Le village de Soucouta est proche de Toubacouta, un lieu hautement touristique dans le Delta du Saloum au Sénégal, ce site classé par l’UNESCO comme Patrimoine de l’humanité.

N’abandonnez pas !

«Mes années passées à étudier ont été très importantes. Je sais lire et écrire et comparé aux autres femmes du village cela est un véritable plus, un atout considérable » dit-elle.

Lorsqu’on lui demande si elle souhaite délivrer un message aux jeunes filles africaines, elle répond sans hésitation :

« N’arrêtez pas l’école, peu importe les difficultés. N’abandonnez pas ! Terminer vos études doit être votre priorité, oubliez le mariage, c’est secondaire… et éloignez-vous des garçons, ils sont dangereux ! »

A propos du projet PAJEF

Le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar coordonne un programme d’alphabétisation pour les jeunes filles et les femmes au Sénégal (PAJEF).

En Afrique, le Sénégal fait partie des dix pays où plus de la moitié des adultes sont analphabètes. La majorité d’entre eux sont des femmes. Lancé en janvier 2012 pour une durée de deux ans, le projet a pour but d’améliorer le niveau d’éducation de 40 000 femmes analphabètes ou néo-alphabètes, âgées de 15 à 55 ans.




<- retour vers Toutes les actualités