16.06.2011 -

Renforcer les syndicats de journalistes : clôture de la conférence régionale à Addis-Abeba

Une conférence de deux jours destinée à renforcer les capacités des associations et syndicats de journalistes en Afrique de l'Est s'est conclue cette semaine dans la capitale éthiopienne par un vibrant appel à tous les journalistes de la région pour qu'ils s'engagent activement dans la défense de leurs droits professionnels.

La conférence était organisée par l'Association des journalistes d'Afrique de l'Est (Eastern Africa Journalists Association - EAJA) en collaboration avec le bureau à Addis-Abeba de la Fondation Friedrich Ebert. Autour du mot d'ordre "s'organiser", la conférence a rallié les dirigeants des associations et syndicats de journalistes d'Afrique de l'Est affiliés à l'EAJA.

 

Dans son discours d'introduction, le représentant du Bureau de l'UNESCO à Addis-Abeba, Jean Pierre Ilboudo, a insisté sur la nécessité de renforcer les capacités des syndicats pour qu'ils puissent traiter les problèmes auxquels sont confrontés les journalistes dans la région, comme les mauvaises conditions de travail, les problèmes de sécurité et d'autres difficultés entravant la liberté des médias.

 

"Les journalistes de la région doivent promouvoir l'unité et la solidarité au sein de la profession, aussi bien au niveau national que régional, en créant des coalitions élargies qui deviendront des plateformes crédibles pour traiter les problèmes dans le secteur des médias" a déclaré M. Ilboudo. "La région d'Afrique de l'Est a connu des conflits faisant peser des menaces sur la liberté de la presse et la sécurité des journalistes. L'UNESCO a depuis toujours pris l'engagement de soutenir les journalistes pour résoudre ces problèmes, dans le cadre de son mandat de promotion de la liberté d'expression et de la liberté de la presse" a-t-il ajouté.

 

Le représentant de la Fondation Friedrich Ebert, Arne Schildberg, a insisté quant à lui sur la nécessité, pour les organisations de journalistes, de promouvoir les causes sociales et remarqué que la conférence arrivait à point nommé pour aider les syndicats de journalistes de la région à s'organiser.

 

Gabriel Baglo, directeur du bureau Afrique de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), a félicité l'EAJA et la Fondation Friedrich Ebert pour leur engagement et le soutien apporté aux syndicats de journalistes de la région.

 

Un autre représentant de la FIJ, Wolfgang Mayer, a déclaré que son organisation était prête à engager des "processus durables" pour soutenir les syndicats de journalistes et les aider à remplir leur mission. "Le syndicalisme a besoin d'alliés et de patience pour arriver aux résultats voulus, dont des normes sociales élevées pour renforcer la démocratie" a-t-il ajouté.

 

D'après le secrétaire général de l'EAJA, Omar Faruk Osman, les associations et syndicats de journalistes de la région sont confrontés à d'énormes problèmes, qui ne pourront être résolus qu'à condition que les journalistes s'organisent, aussi bien au niveau national que régional.

 

Parmi les principales questions abordées par les délégués figuraient l'identification et la reconnaissance des droits des syndicats et des journalistes, les modèles d'organisation syndicale et les procédures de négociation d'accords collectifs pour améliorer les conditions de travail ainsi que l'égalité des genres au sein des syndicats.

 

Les dirigeants des associations et syndicats affiliés à l'EAJA, y compris de la nouvelle nation du Sud-Soudan, ont présenté la situation dans leurs pays, mettant en évidence des problèmes accablants, comme les mauvaises conditions de travail, les problèmes de sécurité et des environnements juridiques et politiques défavorables, qui ont des répercussions négatives sur la liberté de la presse.




<- retour vers Toutes les actualités