16.09.2015 - ODG

« La Bulgarie joue un rôle stratégique dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels », déclare la Directrice générale de l'UNESCO

© UNESCO

Le 16 septembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a participé à une conférence internationale sur « La lutte contre le pillage du patrimoine culturel de la Syrie » à Sofia, en Bulgarie, organisée pour intensifier la mobilisation mondiale et la coopération régionale contre le pillage et le trafic des « antiquités de sang », qui financent le terrorisme au Moyen-Orient.

La Directrice générale a souligné le rôle important joué par la Bulgarie dans la mise en œuvre de la Convention de l'UNESCO de 1970 sur le trafic illicite, en tant que membre de son comité de suivi, et comme un point de contrôle des routes du trafic entre le Moyen-Orient et l'Europe.

« Partout  dans le  monde, les États membres intensifient leurs efforts. Je félicite l'agence d'État pour la sécurité nationale de Bulgarie d'avoir intégré l'enjeu des objets culturels dans son mandat. Je tiens également à féliciter la Norvège pour les changements apportés à la législation nationale », a déclaré la Directrice générale. « Les images satellite montrent des sites archéologiques en Syrie criblés par des milliers de cratères de fouilles illégales. Le pillage de masse atteint une échelle industrielle et participe directement au nettoyage culturel qui sévit dans la région. La lutte contre ce fléau est notre priorité numéro un. »

Mme Roumiana Bachvarova, Vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur bulgare, a souligné la position géographique et stratégique de la Bulgarie dans la lutte contre le trafic illicite et a réitéré l'engagement de son pays à relever le défi : « Nous avons mis en place un certain nombre de mesures, y compris l’adoption récente d'amendements à la législation afin de renforcer les contrôles, la coordination des services nationaux, la formation des professionnels, des marchands d'art aux fonctionnaires des douanes, pour les aider à identifier les objets douteux ».

M. Vezhdi Rashidov, ministre bulgare de la Culture,  a déclaré que « Nous ne devons  pas permettre  le blanchiment d'antiquités volées sur le territoire de la Bulgarie », appelant à une culture de la «tolérance zéro» en ce domaine.

S.E. Guro Katharina H. Vikør, Ambassadeur de Norvège en Bulgarie, a souligné l'initiative conjointe des pays nordiques, notamment la Norvège, le Danemark, la Finlande, l'Islande et la Suède,  de faire front commun contre le commerce illégal de biens culturels en provenance de la Syrie et de l'Irak.

 « La culture est  attaquée, et nous devons répondre », a déclaré S.E. Stavros Avgoustides, Ambassadeur de la République de Chypre en Bulgarie.

« Il ne s'agit pas seulement   de protéger des objets et des pierres, il s'agit des peuples », a commenté M. Carsten Paludan-Müller, Directeur général de l'Institut norvégien de recherche sur le patrimoine culturel (NIKU), appelant les experts et les officiels à  partager des informations et à unir leurs forces pour consolider la riposte mondiale à ce défi aux multiples ramifications.

La conférence était organisée par l'Ambassade Royale de Norvège à Sofia et l'Institut norvégien de recherche sur le patrimoine culturel, sous le patronage de l'UNESCO et en partenariat avec le ministère bulgare de la Culture, le ministère bulgare de l'Intérieur,  l'ambassade de la République de Chypre et l’organisation non gouvernementale "Walk of Truth" (Pays-Bas).




<- retour vers Toutes les actualités