19.04.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale demande qu’une enquête approfondie soit ordonnée sur le meurtre du journaliste népalais Yadav Poudel

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le meurtre du journaliste népalais Yadav Poudel et demandé que la lumière soit faite sur ce crime.

« Je condamne le meurtre de Yadav Poudel », a déclaré la Directrice générale. « Je me félicite des informations faisant état de progrès dans l’enquête sur cet événement tragique. Il est essentiel que soient mis au jour les mobiles de ce crime afin que les journalistes puissent continuer à exercer leur droit fondamental à la liberté d’expression et puissent mener à bien leur mission d’informer sans craindre les représailles ».

Le corps de Yadav Poudel, 39 ans, a été retrouvé aux premières heures du 4 avril près d’une gare routière à Birtamod. Les médias locaux indiquent que la police a arrêté plusieurs suspects en lien avec ce meurtre.

Les origines de ce tragique événement ont donné lieu à des informations contradictoires, certaines liant sa mort à ses enquêtes sur les activités illégales.

La mort de Yadav Poudel porte à 8 le nombre de journalistes et de professionnels des médias recensés par l’UNESCO sur la page dédiée au Mémorial des journalistes assassinés. 

En 2011, l’UNESCO a aidé à la mise en place de la radio communautaire, Radio Nari Aawaj (Radio voix des femmes) qui s’adresse aux femmes vivant dans les zones rurales du district de Jumla. L’Organisation a aussi formé 30 professionnelles afin de leur permettre de gérer le projet. En 2010, l’UNESCO a permis de former 20 journalistes népalais à des compétences avancées dans le domaine des médias grâce à un enseignement à distance reposant sur l’utilisation de logiciels libres. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12.

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 




<- retour vers Toutes les actualités